Réforme de la loi sur la protection de la vie privée.

Le leadership en matière de protection de la vie privée est une opportunité précieuse à un moment où la confiance du public dans la technologie et dans la capacité ou la volonté des dirigeants politiques de guider éthiquement leur développement est fragile.  

La collecte, l'utilisation, la protection et la gouvernance des données sont devenues des problèmes urgents de politique sociale et publique. Aux niveaux fédéral, provincial et territorial, il est temps de mettre à jour les lois sur la protection de la vie privée des secteurs public et privé pour protéger et servir les gens partout au Canada en cette période d'évolution rapide de la technologie et d'érosion rapide de la vie privée.  

Les résidents canadiens sont régulièrement invités par le secteur privé, et maintenant de plus en plus, par le secteur public, à se fier aux promesses concernant les avantages des utilisations novatrices des données. Cependant, le fait que les technologies permettent une collecte accrue et différentes utilisations de nos informations personnelles ne change pas fondamentalement les attentes selon lesquelles ceux qui souhaitent utiliser nos informations ont le devoir envers les résidents d'utiliser nos informations de manière à respecter nos droits, y compris, mais sans s'y limiter, notre droit à la vie privée. Dans un monde où les risques de collecte excessive, de partage inattendu et de sécurité inadéquate apparaissent quotidiennement dans l'actualité, dans les lettres de notification de violation que la plupart d'entre nous ont reçues d'une entreprise (anciennement) de confiance, et dans le ciblage omniprésent qui diffuse des publicités ou articles à nos divers comptes en ligne avec une précision qui révèle une connaissance d'aspects de notre vie que nous n'avons pas choisi consciemment de partager, les gouvernements ont la responsabilité de s'assurer que leur politique d'information fixe des normes plus élevées. Nous avons besoin d'une loi suffisamment solide et efficace pour établir les bonnes garanties lorsque les organismes du secteur public ou privé décident quand et comment utiliser nos informations personnelles, que ce soit pour développer des produits basés sur les données ou pour conduire une politique qui aura un impact sur les chances de vie de des millions. 

L'ACLC plaide en faveur de lois sur la protection de la vie privée qui reconnaissent la vie privée comme un droit de l'homme, qui fournissent des garde-fous fondés sur des principes pour la collecte, l'utilisation et la divulgation d'informations, et qui sont suffisamment étendues et rigoureuses pour faire face aux risques d'une économie axée sur les données et au rythme rapide des technologies monnaie. 

Notre victoire à la Cour suprême en 2018

Les Canadiens peuvent-ils raisonnablement s'attendre à ce que les messages texte qu'ils envoient restent privés, même après que les messages aient atteint leur destination? Ou l'État est-il libre, quelles que soient les circonstances, d'accéder aux messages texte depuis l'appareil d'un destinataire sans mandat ?

Lorsque Nour Marakah a été accusé de divers crimes, les SMS qu'il avait envoyés ont été utilisés comme preuves contre lui. Les SMS sur son téléphone ont été jugés inadmissibles car leur utilisation violerait le droit de Nour d'être à l'abri des fouilles et des saisies ; l'équipe d'enquête a donc obtenu un iPhone appartenant à une autre personne qui avait reçu des SMS de Nour et a tenté de les utiliser comme preuve.

Les communications orales au Canada sont protégées et nécessitent un mandat pour être obtenues, et avec de plus en plus de personnes utilisant les SMS pour communiquer, nous avons soutenu que la communication écrite devrait également bénéficier de la même confidentialité. Les progrès technologiques permettent de nier la vie privée, mais ils ne la rendent pas légale.

La Cour a conclu qu'il y avait eu violation des droits de Marakah garantis par la Charte dans cette affaire. Sans ces textes, il aurait été acquitté et maintenir la condamnation serait une erreur judiciaire.

Le tribunal a convenu que les communications écrites devraient avoir les mêmes attentes en matière de confidentialité que les communications orales, et que la violation de cette confidentialité constitue une violation de votre droit garanti par la charte d'être exempt de perquisition et de saisie.

Notre travail dans la réforme de la loi sur la protection de la vie privée

Filtre

Une nouvelle loi sur la protection des renseignements personnels sera déposée aujourd'hui : ce que l'ACLC espère voir

16 juin 2022
L'ACLC attend avec impatience une plongée en profondeur dans la législation déposée aujourd'hui, un projet de loi longuement…

Mémoire au comité spécial chargé d'examiner la loi sur l'accès à l'information et la protection de la vie privée (Colombie-Britannique)

31 mars 2022
Une démocratie saine doit contrebalancer le droit d'accès à l'information avec le droit à la vie privée…

L'Ontario obligera les employeurs à divulguer la surveillance électronique

24 février 2022
Il y a une lacune dans la protection des travailleurs dans nos lois sur la protection de la vie privée depuis un…

Le projet de loi C-11 était le cadeau qu'il fallait rendre

16 novembre 2021
Parfois, un cadeau tant attendu qui arrive emballé dans du papier scintillant déçoit lorsqu'il est ouvert.…

L'utilisation de l'outil de reconnaissance faciale par la GRC a enfreint la loi sur la protection des renseignements personnels

10 juin 2021
Aujourd'hui, la commissaire à la protection de la vie privée du Canada a publié le rapport spécial au Parlement sur l'utilisation des masques…

L'ACLC contribue aux consultations sur le cadre d'IA de l'Ontario

4 juin 2021
L'ACLC était heureuse d'avoir l'occasion de participer à la consultation du gouvernement de l'Ontario sur…

Avons-nous obtenu la loi sur la confidentialité dont nous avons besoin ?

17 novembre 2020
Le Canada a une nouvelle législation sur la protection de la vie privée sur la table, et c'est un buffet, mais le temps…

Soumission au comité spécial de révision de la Personal Information Protection Act de la Colombie-Britannique

23 octobre 2020
Le 14 août, l'ACLC a présenté des observations au comité spécial chargé d'examiner les renseignements personnels de la Colombie-Britannique…

Mémoires de l'ACLC concernant la réforme de la protection de la vie privée dans le secteur privé de l'Ontario

23 octobre 2020
Le 16 octobre, l'ACLC a fait des soumissions en réponse à l'appel à contribution du gouvernement de l'Ontario…

Québec cherche à franchir la piste en tant que chef de file en matière de protection de la vie privée au Canada

20 octobre 2020
L'Assemblée nationale du Québec étudie présentement le projet de loi 64, « Loi visant à moderniser le…

Que voulons-nous? Des lois plus strictes sur la protection de la vie privée. Quand les voulons-nous? Maintenant

26 août 2020
Il est devenu courant de commencer tous les commentaires sur les lois sur la protection de la vie privée au Canada avec un…

Les protections de la vie privée Patchwork du Canada sont prêtes pour une mise à jour majeure

1 janvier 2020
L'économie numérique et l'impérieuse nécessité de démocratiser la société civile nous obligent à…

Les Canadiens se soucient de la vie privée, les politiciens doivent montrer qu'ils se soucient de nous

19 décembre 2018
73% des Canadiens sont préoccupés ou quelque peu préoccupés par la façon dont les partis politiques utilisent les renseignements personnels…

Il est temps de moderniser les lois qui protègent nos droits à la vie privée

28 septembre 2018
L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) contestera l'injonction exceptionnellement large du gouvernement de la Nouvelle-Écosse limitant…