L'isolement cellulaire est la pratique consistant à confiner une personne dans des conditions d'isolement extrême.

Faire en sorte que la pratique soit déclarée inconstitutionnelle a été un objectif majeur de l'ACLC et de la BCCLA.

Nous sommes allés au plus haut tribunal du Canada pour une confrontation avec le gouvernement fédéral.

Pourquoi l'isolement cellulaire est un problème ;

Les règles Mandela de l'ONU stipulent qu'être en isolement pendant plus de 15 jours est une torture. Si 15 jours sont considérés comme de la torture, alors pourquoi la norme canadienne est-elle tellement inférieure à cela?

Maintenir les gens dans un isolement extrême cause des dommages dévastateurs, permanents et irréversibles aux gens. Et il existe un faisceau de preuves dévastateur détaillant ce que cela fait à une personne d'être laissée jour après jour, dans sa cellule, dans un isolement extrême.

Un chercheur clé des prisons au Canada a mené des entrevues avec des détenus et a conclu que l'isolement est « l'expérience la plus individuellement destructrice, psychologiquement paralysante et socialement aliénante qui puisse exister à l'intérieur des frontières du pays ». Cela a été publié en 1983 - il y a plus de 35 ans.

Nous savons que la ségrégation nuit à la santé mentale. L'isolement cellulaire provoque ce qui suit : une anxiété massive, des difficultés à penser, des troubles du contenu de la pensée, des problèmes de contrôle des impulsions, des troubles cognitifs (p.

 

Quand tu es en isolement, chaque jour ressemble à un cauchemar.

Nous nous battons pour les droits des personnes qui vivent ce cauchemar.

L'ACLC s'efforce depuis longtemps de défendre les droits des détenus, en particulier en ce qui concerne l'isolement et la représentation disproportionnée des groupes vulnérables en isolement, notamment les personnes souffrant de problèmes de santé mentale et les peuples noirs et autochtones.

Notre travail pour mettre fin à l'isolement cellulaire.

ÉNORME VICTOIRE ! 
L'ACLC est reconnaissante pour le soutien et la contribution pro bono de notre équipe de litige exceptionnelle et de leurs cabinets : Jonathan Lisus, Michael Rosenberg, Larissa Vermeersh, Charlotte-Ann Malischewski et Jacob Klugsberg (Lax, O'Sullivan, Lisus, Gottlieb LLP; et McCarthy Tétrault SENCRL).

Le gouvernement fédéral a finalement accepté de cesser de lutter contre l'ACLC et a retiré son appel à la Cour suprême du Canada contre une décision de l'Ontario interdisant l'isolement cellulaire prolongé. tribunaux.. Les dangers de l'isolement cellulaire – et l'isolement prolongé en particulier – sont bien connus et bien documentés, et l'Association canadienne des libertés civiles lutte contre les règles et les pratiques du gouvernement en matière d'isolement cellulaire depuis des années.

L'ACLC a plaidé cette question en faisant comparaître un expert international sur l'isolement devant le jury du jury d'enquête sur Ashley Smith ; CCLA, a contacté des acteurs gouvernementaux à plusieurs reprises ; nous nous sommes prononcés publiquement contre divers projets de loi correctionnels qui n'ont pas réglé le problème; et nous nous battons devant les tribunaux depuis plus de 5 ans.

L'ACLC a contesté avec succès le régime d'isolement cellulaire connu sous le nom d'isolement préventif, d'abord devant la Cour supérieure de l'Ontario sur la base d'un manque d'examen indépendant.

Nous avons de nouveau obtenu gain de cause devant la Cour d'appel de l'Ontario qui a conclu que la pratique de l'isolement cellulaire prolongé (plus de 15 jours) constitue un traitement cruel et inusité, violant l'art. Charte canadienne des droits et libertés. Le Canada a interjeté appel de la décision de la Cour d'appel il y a plusieurs mois, mais nous a informés aujourd'hui qu'il abandonnait son appel.

Il s'agit d'une victoire importante pour toute personne qui est ou a été détenue en isolement, et cela a été long à venir.

Plus d'une décennie de travail :

L'ACLC a fait valoir que la loi autorisant l'isolement est inconstitutionnelle pour 5 raisons différentes :

  1. Cela a forcé l'isolement de personnes simplement préoccupées par leur propre sécurité, plutôt que de proposer des alternatives appropriées et sûres ;
  2. Il a permis l'isolement des personnes atteintes de maladie mentale, malgré les graves dommages à la santé mentale causés par l'isolement ;
  3. Il n'y avait aucune interdiction d'isoler les adolescents et les jeunes adultes jusqu'à l'âge de 21 ans, malgré les preuves médicales des graves dommages causés à leur cerveau en développement ;
  4. Les décisions et les révisions des décisions concernant le maintien d'une personne en isolement ont été prises par le directeur de l'établissement - le directeur - il n'y avait pas d'examen ou de protection indépendant ou externe.
  5. Et il y avait absolument aucune limite de temps sur la durée pendant laquelle une personne peut être placée à l'isolement, malgré le fait qu'il s'agissait d'une mesure de dernier recours, et qu'à ce moment-là, le droit international interdisait le maintien à l'isolement indéfini ou prolongé, défini comme toute période excédant 15 jours.

 

Photo d'une cellule d'isolement typique.
Le Bureau de l'enquêteur correctionnel.

 

« Notre message est clair. Le gouvernement doit mettre fin à la torture de l'isolement cellulaire indéfini. Les tribunaux ont tracé une voie et le gouvernement devrait cesser de se battre et obéir aux ordonnances du tribunal »,

Michael BryantDirecteur exécutif de l'ACLC
L'isolement a été utilisé pour punir les criminels coupables de divers niveaux d'infraction pour plusieurs semaines, mois et même années.
Un prisonnier, Adam Capay, a passé un total de 1647 jours en isolement quand les règles internationales disent que tout ce qui dépasse 15 jours est de la torture.

L'enquête Ashley Smith

Les enfants et les malades mentaux sont placés à l'isolement. 

L'un des plus connus d'entre eux était un adolescent nommé Ashley Smith dont vous connaissez peut-être l'histoire. À quinze ans, elle avait montré des problèmes de comportement en lançant des pommettes sur un facteur, en pénétrant sans autorisation et en d'autres petits incidents. Elle n'avait pas été diagnostiquée à l'époque et finirait par passer une grande partie de sa jeunesse dans des centres de détention pour mineurs pour des délits mineurs.

Les soutiens en santé mentale et les possibilités de réadaptation n'étaient pas fournis de manière adéquate, et elle a été continuellement pénalisée pour divers comportements, y compris l'automutilation, qui ont tous conduit à une spirale négative de comportements, de conséquences et de réactions.

À l'âge tendre et terrifié de 18 ans, elle a été considérée comme une détenue « difficile », transférée dans un pénitencier fédéral pour adultes et placée en isolement où elle a continué à s'automutiler, souvent en attachant des ligatures autour de son cou. La fin tragique de son histoire est bien connue. Le directeur de la prison a décidé qu'Ashley recherchait de l'attention – ce qui est peut-être vrai, car elle devait désespérément rechercher un contact humain – et a ordonné aux responsables de la prison de ne pas entrer dans la cellule d'Ashley à moins qu'elle n'ait cessé de respirer. Et ainsi, le 19 octobre 2007, quatre responsables de la prison se tenaient devant la cellule d'Ashley et la regardaient attacher une ligature autour de son cou pour la dernière fois et s'arrêter de respirer.

Ashley Smith avait 19 ans lorsqu'elle est décédée ce jour-là et avait passé environ 11 mois et demi cumulés en isolement cellulaire.
Nous étions partie à l'enquête et nous nous sommes battus pour que justice soit faite pour Ashley et que sa mort soit reconnue comme un homicide.
L'ACLC se bat pour des gens comme Ashley.
La chronologie

2022

30 mai 2022

Premier jour du procès

Le premier jour de procès à la Cour supérieure du Québec ; la procédure devrait se poursuivre tout au long du mois de juin 2022.

Développer class="bold_timeline_item_button_innet_text">Développer

2021

18 mai 2021

Documents de l'ACLC

Fichiers CCLA matériaux participer en tant qu'intervenant du conservatoire.

2 février 2021

Demande d'origine modifiée déposée

Une demande introductive d'instance modifiée est déposée à la Cour supérieure du Québec. 

Cliquez sur ICI pour la copie française. 

Cliquez sur ICI pour la traduction anglaise non officielle. 

Développer class="bold_timeline_item_button_innet_text">Développer

2020

9 novembre 2020

Première affaire déposée à la Cour supérieure du Québec
Développer class="bold_timeline_item_button_innet_text">Développer

Dernières mises à jour et résumés

Filtre

La coalition rédige une lettre ouverte au SCC et renouvelle ses appels à la fin de l'isolement cellulaire prolongé

6 juillet 2021
En juin 2021, le Service correctionnel du Canada (« SCC ») a invité des dizaines d'organismes communautaires à…

L'ACLC sur les modifications proposées par l'Ontario aux règlements régissant l'isolement cellulaire

9 juin 2021
Le 4 juin 2021, l'ACLC a présenté des observations au ministère du Solliciteur de l'Ontario…

Justice contre. L'isolement cellulaire : la torture dans les prisons canadiennes

30 novembre 2020
Justice contre. examine comment l'isolement cellulaire est utilisé dans le système de justice pénale canadien,…

La Cour suprême accepte d'entendre l'appel du gouvernement contre la contestation par l'ACLC des lois sur l'isolement cellulaire

13 février 2020
Aujourd'hui, la Cour suprême du Canada a rendu sa décision autorisant le gouvernement du Canada à…

Procureur général du Canada V. Corporation de l'Association canadienne des libertés civiles Mémoire

28 juin 2019
Procureur général du Canada V. Corporation de l'Association canadienne des libertés civiles Factum

L'isolement cellulaire : l'affaire continue

18 juin 2019
Le régime d'isolement du Canada doit prendre fin lundi, mais le gouvernement a demandé...

Tenez votre promesse sur l'isolement cellulaire, disent des groupes à Ottawa

14 mai 2018
Les groupes de défense des droits dans les contestations judiciaires s'unissent pour exhorter le gouvernement à se conformer aux ordonnances des tribunaux.

La contestation judiciaire de l'ACLC contre l'isolement cellulaire : la prochaine étape

6 avril 2018
L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) contestera l'injonction exceptionnellement large du gouvernement de la Nouvelle-Écosse limitant…

L'ACLC demande au tribunal de mettre fin à l'isolement cellulaire – L'audience commence le 11 septembre

8 septembre 2017
TORONTO, Ont. – Les 11, 13, 14 et 15 septembre, l'Association canadienne des libertés civiles…

L'ACLC est préoccupée par les conclusions du rapport du coroner sur la mort de Soleiman Faqiri

21 juillet 2017
L'ACLC est très troublée par les conclusions du rapport du coroner concernant le décès de…

Le Canada se joindra au Protocole anti-torture critique

3 mai 2016
L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) contestera l'injonction exceptionnellement large du gouvernement de la Nouvelle-Écosse limitant…

Le gouvernement doit mettre fin à l'isolement des prisonniers souffrant de troubles mentaux.

10 mars 2010
COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Les prisons canadiennes doivent réévaluer radicalement leur utilisation de l'isolement cellulaire, surtout là où…