Passer au contenu principal
recherche

Le personnel

Directeur exécutif et avocat général

Noa Mendelsohn Aviv

Elle/Elle

Noa Mendelsohn Aviv a rejoint l'ACLC en 2002 et a dirigé les programmes d'égalité et de liberté d'expression de l'ACLC, écrivant, apparaissant et plaidant sur des questions telles que la protection des réfugiés, les droits 2SLGBTQI+, le profilage racial, la justice reproductive, la liberté d'expression, la religion et l'intersection de droits. Noa a géré des litiges pour l'organisation, y compris le projet de loi 21 de l'ACLC, l'accès à l'avortement et les défis de l'isolement cellulaire, ainsi que des dizaines d'interventions devant les tribunaux à travers le pays. Elle a comparu devant des comités législatifs parlementaires et provinciaux et d'autres organismes publics. Noa a également lancé des projets de plaidoyer créatifs pour soutenir, engager et responsabiliser les communautés marginalisées, et a organisé des conférences et des ateliers dans le cadre du projet d'éducation publique de CCLET. Elle engage fréquemment le public à travers des articles d'opinion, des blogs et des commentaires dans les médias.

Noa a obtenu son LL.B. et LL.M. (cum laude) de l'Université hébraïque d'Israël, et son BA (avec distinction) de l'Université York. Elle a terminé ses études juridiques à l'Association pour les droits civils en Israël et a été admise au barreau israélien en 1998. Noa a également pratiqué le droit du contentieux, du travail et du commerce à Jérusalem, et a été directrice administrative par intérim du centre de la faculté de droit de l'Université hébraïque. pour les droits de l'homme.

Conseiller spécial sur le racisme anti-noir

Akwasi Owusu-Bempah

Il/Lui

Akwasi Owusu-Bempah BA (Carleton) MA, PhD (Toronto) est professeur adjoint au Département de sociologie de l'Université de Toronto et chercheur principal au Collège Massey. Son travail examine les intersections de la race, du crime et de la justice pénale, avec un accent particulier dans le domaine du maintien de l'ordre. Le professeur Owusu-Bempah a commencé sa carrière universitaire aux États-Unis à l'Université d'Indiana, à Bloomington. Avant de devenir professeur, il a occupé des postes à l'Institut national de la magistrature du Canada, à l'Agence de la santé publique du Canada et au ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels de l'Ontario.

Le professeur Owusu-Bempah est fréquemment sollicité pour fournir des commentaires et des conseils aux services de police, aux organismes gouvernementaux, aux organisations communautaires et aux médias sur des questions liées au maintien de l'ordre, à la justice et aux inégalités sociales. Il publie également régulièrement dans des forums académiques et populaires. Il est l'auteur (avec le professeur Shaun Gabbidon) de Race, Ethnicity, Crime and Justice: An International Dilemma.

Directrice, Programme d'égalité

Harini Sivalingam

Elle/Elle

« Je m'efforce de faire progresser l'égalité et l'accès à la justice pour les communautés marginalisées partout au Canada qui cherchent à utiliser le droit, les politiques et le plaidoyer comme outils de justice sociale et de lutte contre les inégalités systémiques.

Harini Sivalingam est directrice du programme d'égalité à l'ACLC. Elle supervise et exécute des stratégies de plaidoyer auprès des individus et des groupes marginalisés dont le droit à la pleine égalité n'a pas été réalisé. Son travail à l'ACLC comprend la surveillance des problèmes d'égalité importants et des violations flagrantes à travers le Canada, l'élaboration de stratégies sur les interventions en cas de litige, la sensibilisation et l'éducation du public, ainsi que l'engagement avec les décideurs politiques sur les questions concernant l'égalité.

Harini a été admise au Barreau de l'Ontario en 2006. Elle est titulaire d'un diplôme de premier cycle en sciences politiques de l'Université de Toronto et de diplômes en droit de la Osgoode Hall Law School (LLB) et de l'Université McGill (LLM). Elle est en train de terminer un doctorat en études socio-juridiques à l’Université York, poursuivant ses recherches sur les expériences vécues par les migrants forcés par voie maritime alors qu’ils naviguent dans la gouvernance légale et non juridique des frontières et des mobilités.

Harini est également professeur adjoint au diplôme d'études supérieures en droit de l'immigration et de la citoyenneté à l'Université Queen's, enseignant des cours sur les fondements du droit canadien de l'immigration et du droit de la protection des réfugiés.

Harini a défendu les communautés à faible revenu en tant qu'étudiant en droit et avocat travaillant dans des cliniques d'aide juridique communautaires en se concentrant sur l'amélioration de l'accès à la justice dans le domaine des droits des travailleurs, des droits des locataires, en défendant les bénéficiaires de l'aide sociale et du POSPH, ainsi que les communautés de nouveaux arrivants et de réfugiés.

Depuis plus de deux décennies, Harini est impliqué dans l'activisme antiraciste et l'organisation communautaire sur les questions nationales et internationales liées aux droits de l'homme. Elle a été stagiaire au Service international des droits de l'homme à Genève, où elle surveillait et rendait compte de divers organes des droits de l'homme des Nations Unies. Harini a également siégé au conseil d'administration de Lawyer's Rights Watch Canada.

Shakir Rahim
Directeur, Programme de justice pénale

Chakir Rahim

Il/Lui

"Je crois que le respect des droits des personnes soupçonnées, accusées ou reconnues coupables d'infractions pénales est fondamental pour notre engagement sociétal envers les libertés civiles."

Shakir Rahim est le directeur du programme de justice pénale à l'ACLC. Il supervise et exécute des stratégies de plaidoyer pour protéger et développer Charte droits en matière pénale, demander des comptes à la police et défendre les droits des prisonniers. Son travail comprend la gestion stratégique des litiges, la sensibilisation et l'éducation du public, ainsi que l'engagement auprès des décideurs politiques dans divers forums. Plus récemment, Shakir a joué un rôle clé dans la réponse de la société civile au projet de loi C-48 (réforme de la libération sous caution).

Avant de rejoindre l'ACLC, Shakir a exercé le droit pénal chez Presser Barristers et Kastner Lam LLP, tant en première instance qu'en appel. Il a également agi sur des questions d'intérêt public importantes. En dehors du tribunal, il a codirigé la campagne visant à établir le Examen civil indépendant des enquêtes sur les personnes disparues, a conseillé des coalitions d'intérêt public sur la stratégie de plaidoyer et a régulièrement commenté les médias sur des questions de justice pénale et de droits de l'homme.

Shakir est membre du conseil d'administration du Réseau juridique VIH. Il a obtenu son doctorat en droit de la Osgoode Hall Law School, où il a obtenu son diplôme avec distinction en droit pénal, en éthique juridique et en service communautaire.

Directeur, Programme des libertés fondamentales et directeur par intérim, Programme de protection de la vie privée

Anaïs Bussières McNicoll

Elle/Elle

Anaïs Bussières McNicoll est directrice du programme des libertés fondamentales et directrice par intérim du programme de protection de la vie privée, de technologie et de surveillance à l'ACLC. Elle est responsable de l'élaboration et de la mise en œuvre des stratégies de plaidoyer pour ces programmes, en plus de surveiller les questions et développements importants en ce qui concerne, entre autres, la liberté d'expression, la liberté de religion, les droits de protestation, les droits démocratiques et la responsabilité du gouvernement.

Anaïs a été admise au Barreau du Québec en 2015 après avoir complété son diplôme en droit à l'Université de Montréal (LLB). Elle a ensuite complété un stage de 2 ans à la Cour d'appel du Québec.

Avant de se joindre à l'ACLC, Anaïs était associée dans un cabinet d'avocats national où elle pratiquait le litige. Son travail s'est concentré sur le droit public et constitutionnel, ainsi que sur le droit civil. Elle a été particulièrement sollicitée pour contribuer à des dossiers complexes au stade de l'appel, notamment devant la Cour suprême du Canada.

Privacy, Surveillance, and Digital Rights Coordinator

Timilehin Ojo

Il/Lui

Timilehin Ojo serves as the Privacy, Surveillance, and Digital Rights Coordinator at the Canadian Civil Liberties Association (CCLA). Timilehin is responsible for recommending and coordinating advocacy strategies for these critical programs. He closely monitors significant issues and developments in Privacy Law Reform, Surveillance & Technology, Search & Seizure, and National Security.

He earned his law degree from Lagos State University, Ojo and was admitted to the Nigerian Bar in 2019. He obtained a Master of Laws (LL.M.) with a concentration in Law and Technology from the University of Ottawa. He also holds a Certificate of Qualification from the National Committee on Accreditation of the Federation of Law Societies of Canada.

Before joining the CCLA, Timilehin practised dispute resolution and corporate commercial law across multiple industries in Nigeria. His Canadian professional journey includes a technology law internship with a leading international law firm, and subsequent work with another global law firm in Canada. Additionally, Timilehin has been actively involved in professional project management activities and community development roles, demonstrating his commitment to advancing legal standards and public interest.

Randi Thomson
Contrôleur et directeur des finances

Randi Thomson

Elle/Elle

Grandir dans le nord du Québec, avec des racines autochtones et françaises, m'a permis de mieux comprendre les enjeux entourant les droits autochtones et linguistiques au Canada. Faire partie de l'équipe de l'ACLC, et la mission de défendre les droits de l'homme, correspond à mes valeurs. Le travail en cours me donne l'espoir que nous pourrons aborder et sensibiliser à ces problèmes en cours.

Randi a plus de 10 ans d'expérience en finance d'entreprise où elle a travaillé dans l'industrie des aliments et des boissons pour des entreprises telles que Kraft Foods et Starbucks Coffee Canada. Randi a fait la transition vers le secteur à but non lucratif il y a 15 ans, où elle a utilisé ses compétences en finance pour soutenir les causes des enfants, avec des organisations comme Children's Miracle Network et Jays Care Foundation. Plus récemment, Randi était le directeur financier de Camp Quality Canada. Dans son temps personnel, elle aime faire du bénévolat et redonner à sa communauté.

Directeur de l'éducation

Nat Paul

Il/Lui

Nat Paul arrive au CCLET et à l'ACLC avec une formation théorique éclairée par une pédagogie critique, un engagement profond envers l'éducation émancipatrice et plus d'une décennie à soutenir les enseignants de l'Ontario qui s'engagent avec le droit dans leurs salles de classe. En tant que directeur de l'éducation, Nat supervise les programmes axés sur les droits dans les milieux scolaires et communautaires et se joint à ses collègues pour présenter à divers publics afin de créer un sentiment d'appartenance et d'agence en ce qui concerne le système de justice et les droits et libertés des personnes au Canada. . Ferme dans la conviction que les enseignants finiront par changer le monde, Nat est reconnaissante d'avoir la chance de faire du bon travail avec des collègues et des publics exceptionnels.

Chef de projet Education Nationale

Erica Petkov

Elle/Elle

Erica Petkov est la responsable du projet d'éducation nationale au CCLA/CCLET. En collaboration avec l'équipe CCLET, Erica supervise les programmes éducatifs axés sur les droits en milieu scolaire et communautaire. Elle croit fermement à l’importance de l’éducation civique pour construire une démocratie saine et résiliente.

Erica a plus d'une décennie d'expérience dans la formation pédagogique, l'enseignement en classe, la conception de programmes et la recherche sur la démocratie et les droits de l'homme. Avant de se joindre à l'ACLC, Erica était associée de recherche au Samara Centre for Democracy et chargée de cours au Département de science politique de l'Université de Toronto. Elle a également été analyste des politiques et de la recherche auprès de divers ministères de la fonction publique de l'Ontario, notamment le ministère de l'Éducation, le ministère de la Formation, des Collèges et Universités, le ministère des Affaires civiques et de l'Immigration et le Bureau du Cabinet.

Erica a terminé son doctorat. en sciences politiques à l'Université de Toronto avec un accent sur la participation politique et l'engagement civique des jeunes. Elle est également titulaire d'une maîtrise en études internationales (avec concentration en droits de la personne) de la Josef Korbel School of International Studies de l'Université de Denver et d'un diplôme de premier cycle de l'Université de Toronto. Elle est reconnaissante de l'opportunité de travailler avec l'équipe CCLA/CCLET pour élargir l'accès à des programmes éducatifs axés sur les droits à travers le Canada.

Enseignant-Manager, Éducation fondée sur les droits

Megumi Harker

Elle/Elle

Au CCLET, Megumi propose des programmes sur les libertés civiles et travaille en collaboration avec l'équipe du CCLET pour gérer la sensibilisation éducative basée sur les droits dans les écoles et les communautés.

Megumi a plus d'une décennie d'expérience à la fois en tant qu'éducatrice et en faveur des droits de l'homme. Avant de rejoindre le CCLET, Megumi a dirigé les politiques publiques et la recherche à Habitat pour l'humanité à Hong Kong, RAS, où elle a développé et mis en œuvre des stratégies de politique publique pour promouvoir une approche du logement fondée sur les droits. Auparavant, elle a travaillé pour le Département d'État américain à Pékin, en Chine, où elle suivait les progrès et l'impact des projets relatifs aux droits de l'homme à travers le pays et rendait compte des activités de la société civile.

Megumi a enseigné au niveau secondaire et collégial aux États-Unis et en Asie. Megumi est titulaire d'une maîtrise en éducation de l'Université de Californie à Santa Barbara et d'un diplôme de premier cycle de l'Amherst College du Massachusetts, aux États-Unis. Megumi est née et a grandi à Anchorage, en Alaska, par des parents immigrés. Elle possède la double citoyenneté canadienne et américaine.

Directeur, Avancement

Rosemary Olivier

Elle/Elle

Rosemary Oliver a dirigé des programmes croissants de collecte de fonds et d'engagement des donateurs pour des organisations non gouvernementales pendant plus de 30 ans, en tant que directrice de la collecte de fonds à Greenpeace (1992-99) et à Amnesty International (1999-2022). Rosemary a également collecté des fonds pour Oxfam et le Central Hospital de Toronto. Rosemary a souvent été conférencière lors de conférences nationales et internationales sur la collecte de fonds au Canada, aux États-Unis et en Europe pendant plus de 25 ans. Rosemary a rejoint l'ACLC en tant que directrice de l'avancement en octobre 2022.

« Je suis ravi de me joindre à l'ACLC en ce moment. Les droits fondamentaux et les libertés civiles sont attaqués partout dans le monde et aussi ici au Canada. Je suis fier de pouvoir me joindre à l'équipe de principes et de travail acharné de l'ACLC dans la lutte pour les droits et libertés de tous au Canada.

Gestionnaire de fonds annuel, Avancement

Michel Bassey

Il/Lui

« J'ai vécu toute ma vie en tant que personne souffrant de maladie mentale et j'ai été témoin des préjugés et des problèmes systémiques auxquels les personnes atteintes peuvent être confrontées. Comme je me trouve dans une position privilégiée, je veux faire ma part pour améliorer la vie des autres confrontés à ces défis. Le travail accompli à l'ACLC pour défendre leurs droits n'est qu'une des raisons pour lesquelles je suis si excité et fier de travailler ici.

Diplômé de l'Université de Toronto et plus tard de l'Université McMaster, Michael apporte plus de cinq ans d'expérience en collecte de fonds à son rôle à l'ACLC. Il a eu la chance de travailler dans des organisations qui promeuvent diverses grandes causes allant du soutien au cancer au développement international et au bien-être animal au cours de sa carrière.

Responsable de la base de données et des services aux donateurs

Aliya Karim

Elle/Elle

Je suis une professionnelle passionnée et axée sur les objectifs et je m'identifie fièrement comme une femme sud-asiatique. En tant que féministe et égaliste au franc-parler, je soutiens fermement l'ACLC et je suis particulièrement passionnée par l'égalité et les libertés fondamentales.

Avec plus de sept ans d'expérience dans des organisations à but non lucratif, Aliya possède une vaste expérience de travail avec des organisations de femmes, notamment le Sommet des filles 20, Plan International Canada et la Fondation Spark of Hope.

En 2013, Aliya a obtenu son baccalauréat de l'Université d'Ottawa en développement international et mondialisation et études des femmes, avec spécialisation en théories féministes; Femmes, genre et développement, féminisme, et justice et droit.

Le tableau

Andrew Lokan, président

Larry Baldaquin

Nancy E. Cooper

Mohamed Fakih

Iris Fischer

Joe Freedman

Julianna Greenspan

Nader Hassan

Patricia Jackson

Anil Kapoor

Jonathan Lisus

John McCamus

Lipi Mishra

Ron Ness

Benjamin Prud'homme

Simron Singh

Steven Sofer

Kévin Stanton

Le Conseil National

Le conseil national de l'ACLC est composé des membres du conseil d'administration de l'ACLC et des personnes suivantes :

Simron Singh, président

Éric Adams

Frank Addario

Raj Anand

Hon. Louise Arbor

Florence Ashley

Salah Bachir

Reem Bahdi

L'hon. Robert Bauman

Kim Beaudin

Colin Bennett

Professeur Jamie Cameron

Frédéric Doucet

Christine Elliott

Jessy Héroux

Dan Hill Jr.

Justin Khan

Jean-Pierre Kingley

Pippa Lawson

Roger Amour

Wayne McKay

Michael MacMillan

Raji Mangat

Danielle Mc Laughlin

Annamie Paul

Pr Karen Pearlston

Sarah Rankin

Linda Schuyler

Dr Mamdouh Shoukri

Karenna Williams

Sujith Xavier

17 mars 1932 - 11 mai 2015

A. Alan Borovoy

Avocat général, émérite

Alan Borovoy a été avocat général de l'Association canadienne des libertés civiles de mai 1968 à juin 2009. Avant de se joindre à l'ACLC, Alan a travaillé avec d'autres organisations des droits de la personne et des libertés civiles telles que le Comité national des droits de la personne du Congrès du travail du Canada, le Comité du travail de l'Ontario pour les droits de la personne et le Comité du travail de Toronto et du district pour les droits de la personne.

En tant qu'avocat général de l'ACLC, Alan a fait des présentations lors d'enquêtes publiques et a témoigné devant des comités parlementaires sur des questions telles que le dépistage obligatoire des drogues sur le lieu de travail, les écoutes téléphoniques et les relations raciales entre la police. Ses activités d'organisation communautaire comprenaient des délégations aux gouvernements fédéral et provinciaux sur les questions de la peine capitale, l'éducation religieuse dans les écoles publiques, la Loi sur les mesures de guerre, les codes de discours sur les campus et la sécurité nationale et le renseignement. En plus de son travail en tant qu'avocat général, Alan était chroniqueur bimensuel pour le Toronto Star de 1992 à 1996. D'autres travaux médiatiques comprenaient des apparitions dans de nombreuses émissions d'affaires publiques et dans des émissions de télévision et de radio en ligne. Il a publié de nombreux ouvrages à travers le Canada et est l'auteur de plusieurs livres, dont The New Anti-Liberals, Uncivil Obedience: The Tactics and Tales of a Democratic Agitator et When Freedoms Collide: The Case for Our Civil Liberties, qui a été nominé pour le Prix du Gouverneur général en 1988. Ses mémoires, At the Barricades, ont été publiés en 2013.

Alan a donné des conférences et des allocutions publiques à des étudiants, à des organisations de défense des droits de la personne et à des services de police au Canada et à l'étranger. Il a été professeur invité aux facultés de droit de l'Université Dalhousie et de l'Université de Windsor, et chargé de cours à temps partiel à la faculté de travail social de l'Université de Toronto et au département de sciences politiques de l'Université York. Alan a obtenu son BA de l'Université de Toronto en 1953 et son LL.B. de l'Université de Toronto en 1956. Il a été admis au Barreau de l'Ontario en 1958. Il a reçu quatre doctorats honorifiques en droit, la Médaille du Barreau du Barreau du Haut-Canada en 1989, un Prix du mérite de la Ville de Toronto en 1982, et a été inscrit au tableau d'honneur des peuples autochtones du Traité numéro 3 en 1991. Il a été fait Officier de l'Ordre du Canada en 1982. A. Alan Borovoy a été activement impliqué dans l'ACLC jusqu'à son décès en mai 2015. .

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada