L'Assemblée législative de l'Ontario a adopté une loi qui oblige les propriétaires de stations-service à apposer des autocollants avec la ligne du parti gouvernemental sur la tarification de la pollution ou la taxe sur le carbone.

Le gouvernement ne devrait forcer personne à partager son message. Si les propriétaires de stations choisissent de ne pas apposer les autocollants, ils peuvent se voir infliger une nouvelle amende chaque jour.

C'est ce qu'on appelle le « discours politique forcé ». C'est inconstitutionnel.

Pourquoi c'est un problème

Forcer une opinion à quelqu'un, ou mettre des mots dans sa bouche, est une violation de sa liberté, de sa liberté de pensée, d'association et d'expression.  

Quand quelqu'un le fait à partir d'une position de pouvoir, c'est humiliant et un abus d'autorité. Lorsqu'un gouvernement le fait à ses citoyens, il est important d'agir et de tenir tête au pouvoir.

C'est pourquoi nous luttons pour la liberté d'expression en Ontario.

L'ACLC poursuit le gouvernement de l'Ontario en justice pour avoir forcé les stations-service à apposer des autocollants qui, selon nous, ne sont rien de moins que de la propagande gouvernementale. Chaque jour, nous choisissons les informations que nous lisons et les informations que nous partageons. Ce que nous partageons exprime nos pensées et nos sentiments sur la vie et la façon dont nous voyons le monde qui nous entoure. Comment nous interagissons avec elle. Mais que se passe-t-il si vous êtes obligé de partager quelque chose que vous pensez être inexact ou faux ?

Et si vous étiez obligé de partager quelque chose, et si vous ne le faisiez pas, le gouvernement pourrait vous infliger une nouvelle amende chaque jour ?

Notre demande soutient que la loi viole la protection de la liberté d'expression de la Charte canadienne des droits et libertés.

Forcer les détaillants à afficher un message particulier mandaté par le gouvernement sur une question politique, en particulier juste avant une élection fédérale, est un discours forcé qui n'est pas raisonnable et ne peut être justifié par aucun objectif gouvernemental impérieux.

Nos récents travaux

VICTOIRE 2020. 

L'ACLC a remporté sa contestation des vignettes fiscales anti-carbone de l'Ontario devant la Cour supérieure de justice de l'Ontario.

La Cour a convenu que l'ACLC avait le droit de contester l'exigence d'autocollants obligatoires et a conclu que les autocollants étaient une forme d'expression politique forcée qui violait la protection constitutionnelle de la liberté d'expression.

La Cour a également reconnu que la violation de la liberté d'expression ne pouvait être justifiée. Comme l'a dit la Cour : « Un gouvernement ou un parti politique peut, selon les mots du ministre de l'Énergie de l'Ontario, « s'en tenir » à un autre palier de gouvernement ou de parti politique en tant que question de liberté d'expression dans une campagne électorale autrement. Mais un gouvernement ne peut pas légiférer pour exiger que les détaillants privés affichent un autocollant conçu pour accomplir cette tâche. L'autocollant de pompe à carburant obligatoire est une tentative inconstitutionnelle de faire exactement cela."

« Le gouvernement provincial peut s'engager dans une guerre des mots avec le gouvernement fédéral au sujet de la taxe sur le carbone, mais il ne peut pas utiliser la menace d'amendes pour enrôler des entreprises privées afin qu'elles défendent sa cause », »

Cara Zwibel,Directeur du programme des libertés fondamentales de l'ACLC.

En octobre 2019, le gouvernement de l'Ontario a signifié à l'Association canadienne des libertés civiles sa défense dans le cadre de la contestation de la loi sur les autocollants de l'Ontario par l'ACLC.  

Leur défense est que l'autocollant du gouvernement Ford ne contient pas de message politique.

Nous ne sommes pas d'accord.

 

« Avec leurs autocollants fiscaux anti-carbone, le gouvernement Ford s'en tient à la liberté d'expression, en forçant les propriétaires d'essence à les respecter ou à payer. C'est un discours forcé inconstitutionnel, car il utilise le pouvoir de l'État pour propager la propagande gouvernementale, en utilisant la puissante menace légale d'imposer des amendes aux dissidents. Donc, à l'ACLC, nous nous opposons à leur abus de pouvoir en les poursuivant devant les tribunaux. »

Michael BryantDirecteur exécutif de l'ACLC.
Nous pensons que vous devriez pouvoir Parle pour toi Et ne pas être Amende pour ne pas avoir diffusé la propagande gouvernementale.
La chronologie

2020

4 septembre 2020

Victoire de l'ACLC

La Cour supérieure de justice de l'Ontario a statué que la loi du gouvernement de l'Ontario exigeant des détaillants d'essence qu'ils affichent une vignette fiscale anti-carbone est un discours forcé inconstitutionnel et que les vignettes ne sont plus obligatoires.

6 juillet 2020

Comparution devant le tribunal

Les avocats de l'ACLC ont comparu devant le juge Morgan de la Cour supérieure de justice de l'Ontario pour présenter des arguments à l'appui de notre position selon laquelle les autocollants d'essence du gouvernement constituent un discours forcé inconstitutionnel. Le juge Morgan a réservé son jugement.

8 mai 2020

L'ACLC dépose une argumentation écrite

L'ACLC a déposé son argumentation écrite dans le cadre de notre contestation des vignettes d'essence obligatoires du gouvernement de l'Ontario. L'argument que nous avançons est le suivant. alors que le gouvernement a parfaitement le droit de s'opposer à l'approche du gouvernement fédéral à l'égard des changements climatiques, il n'a pas le droit de forcer les détaillants privés à transmettre son message politique. Nous aurons la réponse du gouvernement dans quelques semaines et espérons être devant la Cour supérieure de justice de l'Ontario dans cette affaire au début du mois de juillet.

Développer class="bold_timeline_item_button_innet_text">Développer

2019

30 octobre 2019

Le gouvernement de l'Ontario dépose une défense

L'ACLC reçoit la déclaration de défense du gouvernement de l'Ontario.

3 septembre 2019

L'ACLC dépose une déclaration de sinistre

L'ACLC dépose notre déclaration de sinistre.

30 août 2019

La loi entre en vigueur

La loi obligeant les propriétaires de stations-service en Ontario à afficher des autocollants fiscaux anti-carbone entre en vigueur. Les individus pourraient être condamnés à une amende pouvant aller jusqu'à $500 par jour, ou jusqu'à $1 000 par jour pour les infractions ultérieures. Les sociétés pourraient être condamnées à une amende pouvant aller jusqu'à $5 000 par jour, ou jusqu'à $10 000 par jour pour des infractions ultérieures.

29 avril 2019

L'ACLC conteste les vignettes de taxe carbone

L'ACLC envoie une lettre au gouvernement de l'Ontario disant que nous contesterons les autocollants de la taxe sur le carbone, car il s'agit d'un discours forcé.

Développer class="bold_timeline_item_button_innet_text">Développer

Dernières mises à jour et résumés

Filtre

L'ACLC exprime ses inquiétudes sur plusieurs mesures du projet de loi budgétaire

13 mai 2019
L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) contestera l'injonction exceptionnellement large du gouvernement de la Nouvelle-Écosse limitant…

Lettre de l'ACLC au gouvernement de l'Ontario concernant les vignettes de taxe sur le carbone

30 avril 2019
Nous avons averti le gouvernement de l'Ontario que nous contesterons leur discours inconstitutionnel et forcé…

L'exigence de « avis » de la taxe sur le carbone est la propagande du gouvernement provincial, claire et simple

15 avril 2019
Forcer une opinion à quelqu'un, ou mettre des mots dans sa bouche, est une violation de…