Passer au contenu principal
rechercher

Que voulons-nous? Des lois plus strictes sur la protection de la vie privée. Quand les voulons-nous? MAINTENANT. Il est devenu courant de commencer tous les commentaires sur les lois sur la protection de la vie privée au Canada en avertissant que la modernisation est impérative. Ce n'est pas banal, c'est vrai. Alors que les applications d'intelligence artificielle et d'apprentissage automatique consomment de plus en plus de données pour permettre à ceux qui utilisent ces outils d'analyser, de prédire et, en fin de compte, d'influencer le comportement humain, protéger et contrôler la manière dont les informations nous concernant sont utilisées devient plus conséquent et plus difficile. C'est dans ce contexte que l'ACLC s'est félicitée de l'opportunité de participer avec des soumissions écrites à l'examen par la Colombie-Britannique de sa loi sur la protection des renseignements personnels du secteur privé, la Personal Information Protection Act. De nombreux résidents de la Colombie-Britannique (et de partout au Canada) vivaient une vie où les transactions et les interactions en ligne étaient une partie importante de la vie quotidienne avant que COVID-19 ne frappe. Aujourd'hui, en période de pandémie, nos interactions avec les entreprises sont encore plus susceptibles d'être médiatisées par des systèmes qui collectent plus d'informations que nous ne le pensons, à des fins qui peuvent ne pas être claires et avec des conséquences difficiles à anticiper pour les individus. Mais il ne s'agit pas seulement de magasins et de shopping. Notre système éducatif peut s'appuyer sur des fournisseurs du secteur privé pour les plateformes en ligne. Nos médecins peuvent utiliser des applications basées sur des fournisseurs pour nos rendez-vous médicaux. Nos représentants politiques utilisent les mêmes types d'analyse de mégadonnées que nos assureurs et nos détaillants. La réforme de la loi sur la protection de la vie privée n'est pas une priorité pour la plupart d'entre nous, mais c'est près de ce que nos gouvernements peuvent faire pour s'assurer que les résidents peuvent faire confiance aux systèmes que nous devons utiliser, maintenant et à l'avenir. Les soumissions de l'ACLC inclus les éléments suivants :

  1. La vie privée devrait être reconnue officiellement dans la législation comme le droit de l'homme qu'elle est, essentiel pour la dignité, l'autonomie et fondamental à l'ère numérique pour la facilitation d'autres droits, y compris la liberté d'expression et l'égalité.
  2. Les données biométriques (comme nos visages, empreintes digitales, iris, démarches et ADN) sont intrinsèquement sensibles et doivent être explicitement et efficacement protégées.
  3. Lorsque des outils d'IA sont utilisés pour prendre des décisions concernant des personnes, ils méritent de savoir ce qui se passe, et aucune décision concernant les humains ne devrait être prise uniquement par un algorithme.
  4. L'anonymisation est un processus utilisé pour supprimer les informations personnelles des ensembles de données afin de protéger la confidentialité, et parfois, lorsque les données sont anonymisées, les entreprises disent que cela signifie que la loi sur la confidentialité ne s'applique pas car il ne s'agit plus d'informations personnelles. Cependant, non seulement la recherche montre de plus en plus que l'anonymisation n'est pas efficace pour le 100%, mais les informations contenues dans ces ensembles de données nous concernent toujours, que nos noms soient attachés ou non. Cela signifie que nous devrions avoir notre mot à dire quant à savoir si elles sont collectées et comment elles sont utilisées. La loi sur la protection de la vie privée doit s'appliquer aux données anonymisées.
  5. Les travailleurs ont besoin d'une meilleure protection de la vie privée.
  6. Les jeunes ont besoin d'une protection explicite de la vie privée.

Le Québec, l'Ontario et le gouvernement fédéral travaillent tous sur de nouvelles lois sur la protection de la vie privée ou le seront bientôt. La Colombie-Britannique ouvre la voie et leur examen est une occasion opportune de s'assurer que les lois qui permettent aux résidents de la Colombie-Britannique d'exercer leurs activités en ligne protègent de manière appropriée le droit à la vie privée. Nos soumissions à cet important processus sont l'un des moyens par lesquels l'ACLC plaide pour des lois sur la protection de la vie privée plus solides et plus efficaces alors que les gouvernements à travers le Canada commencent à se débattre avec le besoin urgent de fournir des protections efficaces de la vie privée pour tout le monde.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada