Passer au contenu principal
rechercher

Les lieux de travail ont toujours surveillé les travailleurs, mais les technologies nouvelles et évolutives ont permis une surveillance de plus en plus intrusive, des frappes au clavier aux mouvements des yeux devant un écran, du suivi de la localisation à l'aide du GPS dans les camions au suivi à l'aide des téléphones de l'entreprise dans les poches. Et à mesure que les moyens de surveillance se développent, la capacité à ce qu'elle se produise de manière invisible dans les coulisses des interfaces que nous utilisons quotidiennement s'est également élargie. Le travail à distance, comme de nombreuses personnes l'ont fait pendant la pandémie, a intensifié l'intérêt du lieu de travail pour un tel suivi et la vulnérabilité des personnes à celui-ci, car les frontières entre le domicile et le travail sont floues.

Ainsi, l'annonce de l'Ontario, aujourd'hui, que le gouvernement envisage de présenter une nouvelle législation plus tard ce mois-ci pour « obliger les employeurs à dire à leurs travailleurs si et comment ils sont surveillés par voie électronique» est le bienvenu. Il y a longtemps qu'il y a une lacune dans la protection des travailleurs dans nos lois sur la protection de la vie privée, et ce sera un petit premier pas pour la combler.

Cependant, bien que l'ajout de telles protections soit une bonne chose, elles doivent être authentiques. Tout d'abord, il convient de noter que si les exigences de transparence semblent favorables aux travailleurs, la manière dont elles sont mises en œuvre fera la différence entre leur utilité ou leur transformation en une case à cocher lors d'une orientation des employés. C'est une chose de savoir comment et pourquoi vous êtes surveillé sur un lieu de travail, mais en l'absence de toute obligation pour les employeurs de limiter leur surveillance à ce qui peut être justifié de manière significative, cela pourrait finir par être un exercice de frustration pour les employés (et de même contre-productif pour les employeurs).

Il y a une ligne fine entre le désir et le besoin en matière de collecte de données. C'est une ligne que nous voyons franchie de différentes manières tout autour de nous. Sur le lieu de travail, où les employeurs ont le pouvoir d'embaucher et de licencier, et où démissionner n'est peut-être pas une option pour les employés ayant une famille et des hypothèques, ce déséquilibre de pouvoir peut être énorme.

Cela signifie que ce que nous avons vraiment besoin de voir, c'est l'enchâssement de certaines pratiques exemplaires pour prendre des décisions concernant tout type de surveillance du lieu de travail, telles que :

  • Déterminez que les méthodes moins intrusives ne peuvent pas faire le travail et qu'il existe un problème documenté, spécifique, continu et vérifiable.
  • Engager une consultation des employés sur les mesures et les moyens
  • Élaborez des politiques et des procédures qui décrivent les rôles et les responsabilités des personnes impliquées dans la collecte d'informations personnelles – comment les informations seront-elles utilisées pour ou contre les travailleurs et qui décide ? Quelles sont les garanties ?
  • Exiger que les grandes entreprises effectuent des évaluations d'impact sur la vie privée pour les nouveaux outils afin de s'assurer qu'ils sont conçus pour minimiser l'impact sur la vie privée et conformes à la loi sur la protection de la vie privée
  • Offrir une formation à ceux qui travaillent avec les données
  • Documenter la manière dont la sécurité appropriée des données est assurée
  • Mener des examens et des évaluations de conformité avec la politique de transparence et les politiques de surveillance plus larges autour de l'utilisation des outils de suivi
  • Assurer l'accès des employés à leurs propres informations personnelles collectées par les outils de surveillance
  • Prévoir des audits/évaluations réguliers

L'introduction d'exigences de transparence pour la surveillance du lieu de travail n'est qu'un premier pas vers des protections significatives pour les travailleurs. La deuxième étape est la législation, peut-être en La nouvelle loi potentielle sur la protection des renseignements personnels de l'Ontario, qui met certaines garanties sur les types de surveillance, dans quelles conditions, est raisonnable du tout et offre un recours aux travailleurs confrontés à des pratiques qu'ils jugent trop invasives. En d'autres termes, les travailleurs n'ont pas seulement besoin de savoir quand ils sont surveillés, ils ont besoin d'être protégés de la surveillance elle-même si ou quand elle franchit la frontière entre le besoin légitime de l'employeur et une collecte de données oppressive de l'employeur.

C'est une mesure législative à surveiller en Ontario au cours des prochaines semaines. Restez à l'écoute.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L’ACLC est un organisme indépendant à but non lucratif qui compte des partisans dans tout le pays. Fondée en 1964, c’est un organisme de défense des droits de la personne qui opère à l’échelle du pays pour défendre les droits, la dignité, la sécurité et la liberté de toute la population du Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada