Passer au contenu principal
rechercher

Un essai de l'ACLC par Cara Zwibel, directrice des libertés fondamentales et Brenda McPhail, directrice du programme Vie privée, technologie et surveillance. En savoir plus sur Cara ou Brenda.

Travailler pour une organisation dédiée aux droits de l'homme et aux libertés civiles a été un défi pendant la pandémie, et pas seulement, ni même principalement, parce que nous voyons des lois et des restrictions sur nos activités qui étaient auparavant difficiles à imaginer. C'est difficile parce que les gens ont certaines idées préconçues et souvent inexactes sur ce que doit signifier un attachement aux libertés civiles. Certains comprennent les « libertés civiles » comme une focalisation sur l'individu, au détriment du collectif. Liée à cela est la notion que le gouvernement devrait être aussi « insensible » que possible, afin que la liberté individuelle puisse s'épanouir. C'est certainement une conception de ce que signifie être un libertaire civil. Mais l'ACLC n'a jamais pris la position que les libertés individuelles l'emportent sur tout, ou que toute intervention gouvernementale est injustifiée ou indésirable. Nous croyons non seulement à la liberté, mais aussi à égalité réelle – et nous avons toujours reconnu que si parfois les gouvernements sont le principal obstacle à sa réalisation, il est également vrai que les gouvernements doivent parfois intervenir pour aider à y parvenir.

Tout au long de la pandémie, nous avons essayé d'exhorter les gouvernements à réfléchir sérieusement à la manière d'équilibrer de manière appropriée les droits et intérêts concurrents - et nous avons également encouragé le public à réfléchir de manière critique à ces questions. Nous sommes préoccupés par plus que les impacts immédiats de la dernière ordonnance de santé publique - notre préoccupation concerne également ce que l'accumulation de lois et de règlements introduits dans des circonstances exceptionnelles signifiera à long terme, pour tout le monde, y compris (en particulier) ceux qui vivent en marge de notre société.

De notre point de vue en tant que personnes soucieuses des libertés civiles, l'un des développements les plus surprenants et les plus troublants au cours de la pandémie est à quel point nous semblons être devenus dépendants des règles et des ordonnances juridiques. Ne vous méprenez pas : les lois sont importantes et la primauté du droit est un pilier d'une société démocratique qui fonctionne. Mais pendant la pandémie, nos lois et réglementations ont touché des domaines de notre vie jusque-là intouchés. Combien de personnes puis-je inviter à mon mariage ? Il y a une règle pour ça. Puis-je manger au restaurant avec quelqu'un d'un autre foyer ? Il y a une règle pour cela (et assurez-vous de regarder la dernière version, elle a peut-être changé depuis la dernière fois que vous avez vérifié). La semaine dernière, lorsque des manifestations ont eu lieu à l'extérieur des hôpitaux, le chef du Parti libéral fédéral a promis d'édicter de nouvelles infractions criminelles pour empêcher le harcèlement des travailleurs de la santé s'il est élu. Bien sûr, une telle loi est totalement inutile – nous avons déjà des lois pour lutter contre le harcèlement et les menaces ; la police n'a pas besoin d'une nouvelle loi pour s'assurer que les entrées des salles d'urgence des hôpitaux et des ambulances ne sont pas bloquées. Mais Trudeau a affiné le désir que de nombreux Canadiens semblent avoir pour plus de lois et de règles, que beaucoup pensent être nécessaires pour nous garder en sécurité et en bonne santé.

Non seulement nous avons adopté une pléthore de règles et de règlements, mais nous commençons à voir une autre tendance inquiétante. Ceux qui remettent en cause les règles établies au nom de la sécurité publique courent le risque d'être moqués ou dénigrés, regroupés avec les anti-vaccins et les théoriciens du complot. Les nouvelles exigences en matière de preuve de vaccination dans certains milieux, qui deviennent rapidement courantes partout au Canada, en sont un bon exemple. Il y a des questions importantes à se poser au sujet de ces initiatives, notamment : pendant combien de temps cela sera-t-il en place ? Comment les gouvernements décideront-ils que nous n'en avons plus besoin ? Comment cela affecte-t-il les communautés dont nous savons qu'elles ont été touchées de manière disproportionnée par cette pandémie, y compris les personnes handicapées, les personnes racialisées et les pauvres ? Y a-t-il un risque que cela enracine certains dans des opinions hésitantes vis-à-vis des vaccins, et si oui, comment atténuer ce risque ? Nous pensons que ces questions doivent être posées et répondues. Étouffer le débat, en dépeignant ceux qui remettent en question les restrictions comme égoïstes et dangereux, ne fait rien de bon pour nous maintenant et nuit à la santé à long terme de notre démocratie.

Nous craignons que notre confiance excessive dans la loi, en particulier lorsqu'elle est combinée avec une réticence à la remettre en question, soit un passif qui aura des effets à long terme. Nous semblons ne plus croire que la plupart des gens feront de bons choix s'ils disposent de bonnes informations et nombre de nos gouvernements semblent croire que chaque aspect de notre vie doit être réglementé… au moins jusqu'à la fin de la pandémie, quand cela peut être. C'était le cas lorsqu'il n'y avait pas de vaccin et que notre connaissance du virus n'en était qu'à ses balbutiements, et cela semble le rester maintenant, même si le Canada a l'un des taux de vaccination les plus élevés au monde.

Nous ne devrions probablement pas être surpris qu'après 18 mois de restrictions pandémiques, certains d'entre nous soient un peu à cran. Nous sommes frustrés, en colère, déprimés et anxieux. Alors qu'au début nous étions « tous dans le même bateau », l'opinion du grand public semble être que ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner sont égoïstes et nous mettent tous en danger, et que ceux qui remettent en question les politiques et directives de santé publique alimentent l'hésitation vaccinale. Il n'y a aucun bénéfice du doute accordé à qui que ce soit - nous devons prouver un test négatif, nous devons prouver notre statut vaccinal, nous devons prouver une exemption médicale pour renoncer à l'obligation de vaccination. À l'heure actuelle, nous semblons avoir plus peur les uns des autres que de la portée excessive de l'État, mais nous comptons sur une couverture protectrice de restrictions qui pourraient bien, lorsque les temps s'amélioreront, devenir étouffantes. Nous ne devrions jamais, dans une démocratie, cesser de poser des questions à nos dirigeants politiques ou de soumettre leurs diktats à un examen minutieux. La loi peut être un outil puissant, mais ce ne devrait pas être le seul que nous retirons lorsque les choses doivent être corrigées.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada