Passer au contenu principal
rechercher

L'ACLC sera devant la Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse le 11 avril 2022 pour tenter de protéger les droits fondamentaux des Canadiens à manifester. L'affaire concerne des mesures prises par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse au printemps 2021. À ce moment-là, le procureur général de la province a demandé et obtenu une ordonnance spéciale du tribunal, appelée injonction, par le tribunal de cette province. L'ordre a été obtenu sans la présence d'aucune autre partie, et bien qu'il ait été demandé en relation avec une manifestation planifiée particulière contestant les restrictions de santé publique, l'ordre a effectivement interdit toute activité de protestation publique et a rendu toute personne enfreignant l'ordre immédiatement susceptible d'être arrêtée pour outrage au tribunal. Le gouvernement a ensuite demandé au tribunal d'annuler l'ordonnance, arguant qu'elle n'était « plus nécessaire ».

Bien que l'ACLC ne veuille pas que l'injonction soit en place, nous voulions que les questions juridiques qui ont abouti à son octroi soient portées devant la Cour. À la suite de l'appel de l'ACLC, la cour d'appel provinciale aura l'occasion d'entendre et d'examiner des arguments importants concernant la portée du droit de manifester et la pertinence de l'ordonnance générale initialement accordée par le gouvernement. Cette affaire a pris une importance encore plus grande à la lumière des manifestations et blocages qui ont eu lieu à travers le Canada en février de cette année, et demandera à la Cour de se prononcer sur les paramètres appropriés lors de la demande d'une injonction anti-manifestation.

Bien que l'ACLC ne prétende pas qu'une injonction ne peut jamais être demandée pour lutter contre une activité de protestation potentiellement illégale, nous soutenons que lorsque le gouvernement demande ce type d'ordonnance, il doit disposer de preuves convaincantes et être transparent dans ses arguments devant la Cour. Nous soutenons également que toute ordonnance rendue par la Cour doit être étroitement adaptée en fonction des preuves et de l'impératif constitutionnel de protéger la liberté de réunion pacifique. L'injonction de la Nouvelle-Écosse qui a été accordée au printemps 2021 n'a pas, à notre avis, respecté ces principes.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada