Passer au contenu principal
rechercher

Depuis que Sidewalk Labs et Waterfront Toronto ont annoncé leur accord pour l'élaboration d'un plan pour un projet de ville intelligente Quayside, les préoccupations en matière de confidentialité ont été une grande partie de la conversation. Une si grande partie que récemment, il y a eu un peu de réaction contre les conversations sur la confidentialité des villes intelligentes, notamment dans un récent Éditorial du Toronto Star ce qui suggère que bien qu'il ne s'est pas encore passé grand-chose sur le projet, "il semble que de nombreuses personnes qui savent qu'elles devraient être plus vigilantes quant à leur vie privée qu'elles ne le sont lorsqu'il s'agit de toutes ces applications sur leurs téléphones portables ont décidé de se débarrasser de tous leurs problèmes de confidentialité refoulés sur ce seul projet."

Franchement, s'il est vrai, comme le soutient le Star, que le projet fait l'objet d'un examen plus approfondi du public parce que les scandales de l'année dernière impliquant des sociétés de collecte de données volumineuses et des millions d'utilisateurs sans méfiance inquiètent les gens quant aux risques d'utilisation abusive et de détournement de données, cela semble juste. Après tout, l'entreprise qui pilote le projet de ville intelligente de Toronto est en fait une sœur de Google, l'entreprise qui, cette semaine, a été condamné à une amende de $57m en France pour non-respect du règlement général de l'UE sur la protection des données. Plus importante que le montant de l'amende est la justification, le New York Times a rapporté"Dans un communiqué, le régulateur a déclaré que les pratiques de Google obscurcissaient la façon dont ses services "peuvent révéler des parties importantes de leur vie privée car ils sont basés sur une énorme quantité de données, une grande variété de services et des combinaisons possibles presque illimitées". Sidewalk n'est pas Google, comme ils nous le disent souvent et avec frustration, mais nous n'avons pas besoin de confondre les deux pour croire que la relation compte.

Malgré le temps d'antenne des médias accordé aux questions de confidentialité, nous dirions qu'il n'y a pas eu beaucoup de conversation significative avec le public sur la vie privée du tout. La revendication de trottoir de «meilleures pratiques mondiales» n'a été sérieusement examiné dans aucun forum public, que ce soit lors de l'une des tables rondes sur le trottoir à forte intensité de relations publiques ou lors du propre groupe consultatif sur la stratégie numérique de Waterfront Toronto. Les avantages du modèle (volontaire) de confidentialité dès la conception ont été vantés, mais ses limites n'ont pas été discutées, en particulier compte tenu de l'insuffisance des cadres juridiques existants en matière de confidentialité. Il y a eu très peu d'éducation du public sur les questions de vie privée individuelle et collective, comment elles sont distinguées et comment elles devraient être abordées.

Nous dirions que c'est vraiment le bon moment pour exprimer les préoccupations et discuter du sujet épineux de ce que Sidewalk eux-mêmes ont initialement caractérisé comme une «couche numérique» de la ville - avant de concevoir des produits difficiles à changer ou d'intégrer quelque chose d'extraordinairement difficile. et coûteux à remplacer dans notre infrastructure. Déterrer des capteurs dans la rue n'est pas aussi simple que de supprimer une application de notre téléphone, et avec un plus grand risque et une plus grande exposition financière, il devrait y avoir une plus grande diligence raisonnable. Les conversations sur des menaces qui ne se sont pas encore cristallisées est probablement le prix à payer pour s'assurer qu'elles ne se concrétisent jamais.

Par ailleurs, il est absolument nécessaire de parler de politique de confidentialité, y compris de gouvernance des données, à ce stade initial. Il est devenu banal de dire que l'innovation technologique a dépassé les protections légales de la vie privée, mais ce fait est pertinent dans ce contexte. Dans un projet centré sur l'innovation, une politique forte qui utilise la loi comme seuil, et non comme la barre, est nécessaire dès le départ. Si nous avons le moindre espoir de bien faire les choses, cela ne se fera pas sans parler de ce que nous sommes prêts à permettre, de ce que nous ne sommes pas, de ce qui est légal, de ce qui est éthique (et ce ne sont pas les mêmes) et de ce qui est réalisable, maintenant et tout au long du projet, de manière itérative et inévitable, de manière répétitive.

De toute évidence, la confidentialité n'est pas le seul sujet qui compte dans la conversation plus large sur la ville intelligente que Toronto devrait avoir. C'est une préoccupation légitime que nous passions peut-être autant de temps à parler de vie privée, que nous ne parlions pas assez de toutes les autres questions fondamentales que ce projet soulève, à commencer par : « Voulons-nous vraiment une ville où l'expérience humaine est conçue comme Les données?" Il y a tellement de discussions que nous devons avoir où la vie privée ne joue pas un rôle - responsabilité et déficits démocratiques, propriété intellectuelle, relations économiques et de pouvoir asymétriques, la différence entre l'innovation dont nous avons besoin et l'innovation qui a besoin de nous comme "banc d'essai", toutes ces choses et bien d'autres devraient faire partie de la conversation globale non seulement sur ce projet particulier de ville intelligente, mais plus fondamentalement, sur le type de ville dans laquelle nous voulons vivre.

Mais cela signifie que nous devons faire un meilleur travail pour ouvrir un espace pour parler de tous ces autres problèmes, pas pour fermer la conversation sur la confidentialité, notamment parce que c'est un fil qui se tisse à travers beaucoup d'autres. Si la ville intelligente est une ville durable, comment contrôler les consommations d'énergie sans créer des logements qui surveillent nos manières d'y vivre ? Si la ville intelligente inclut des logements abordables, comment pouvons-nous nous assurer que les personnes vulnérables (qui ont tellement besoin de logements qu'elles ne vont pas se disputer avec les termes et conditions pour les atteindre) ne finissent pas comme les cobayes pour la modélisation comportementale intrusive ? Si la ville intelligente inclut la « nouvelle mobilité » de quel type d'informations sur les utilisateurs, par exemple, un service de covoiturage autonome aurait-il besoin par rapport à ce qu'ils pourraient vouloir savoir sur les clients, et qui décide de la manière dont cela sera équilibré ?

Les résidents de Toronto n'ont pas tort d'avoir constamment soulevé les problèmes de confidentialité créés par ce projet, et le fait que la confidentialité n'est qu'un des nombreux problèmes qui nécessitent une attention ne signifie pas qu'il ne mérite pas un examen minutieux et continu pour aller de l'avant. Une ville construite « à partir d'Internet vers le haut » est une ville construite sur les données que nous créons tous alors que nous naviguons quotidiennement dans les endroits où nous vivons notre vie. Ce qui est fait avec les bits et les octets de données nous concernant, les détails de nos interactions à travers le temps dans les espaces urbains, et quel impact cela a sur nous en tant qu'individus et en tant que communauté, va être un facteur clé pour savoir si une ville intelligente est vivable ou non, durable ou non, réussie ou non. La protection de la vie privée, dans la conception, la gouvernance et la politique, doit jouer un rôle clé dans la conversation si nous voulons qu'une ville intelligente soit un endroit où nous contrôlons la technologie qui nous sert, plutôt qu'un endroit où nous servons la technologie et ceux qui la contrôlent. ce.

-

Nabeel Ahmed est chercheur sur les villes intelligentes et membre du Toronto Open Smart Cities Forum.

Brenda McPhail est le directeur du Privacy, Technology & Surveillance Project à l'Association canadienne des libertés civiles et membre du Toronto Open Smart Cities Forum.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada