Passer au contenu principal
rechercher

Le 31 décembre marque la fin d'une époque pour les Torontois. C'est le dernier jour, jamais, que nous pouvons utiliser un metropass sur le réseau de Toronto Transit. À partir du 1er janvier 2019, le système de paiement électronique Presto prend le relais, ce qui signifie que notre capacité à voyager en bus ou en métro à travers la ville sans trace a radicalement diminué. Nous pourrions acheter un metropass avec de l'argent liquide, l'utiliser tous les jours tout le mois en le montrant à un percepteur, et aucun enregistrement nous reliant à cette carte ne serait créé. Ce n'est pas le cas avec Presto.

Presto, maintenant en opération dans les réseaux de transport en commun du Grand Toronto, de Hamilton et d'Ottawa, est en train de développer la réputation d'être le système que nous aimons détester. Mais les reproches que vous entendez flotter au sujet du passage du laissez-passer à Presto se concentrent sur le fait que le système Presto est en proie à des lecteurs de cartes dysfonctionnels, des erreurs de remplissage automatique qui laissent les coureurs à court de fonds de manière inattendue et des distributeurs automatiques qui sont mieux à prendre de l'argent que de cracher de nouvelles cartes. Ce sont tous irritants, mais ils sont susceptibles de se corriger avec le temps.

Le gros problème dont nous ne parlons pas du tout est la confidentialité - lorsque Presto devient la seule option, les voyages anonymes deviennent pratiquement impossibles. C'est à cause de la façon dont le système Presto est conçu, en tant que carte rechargeable qui oblige les gens à créer un compte et probablement à associer une carte de crédit pour maximiser les avantages et la commodité.

Presto est optimisé pour fonctionner pour les utilisateurs identifiés. Lorsque nous devenons titulaire d'un compte, les avantages incluent la possibilité d'annuler une carte en cas de perte, la possibilité de vérifier que nous ne sommes facturés que pour les voyages que nous avons effectués et la possibilité de recharger automatiquement une carte en le lier à une carte de crédit. Mais toute cette commodité a un coût. Chaque trajet est suivi. Chaque fois que nous tapons sur la carte, notre présence est enregistrée. Ces informations peuvent être partagé avec la police, agents de sécurité des transports ou agents spéciaux, sans mandat dans de nombreux cas. Les enregistrements sont conservés pendant au moins cinq ans, selon les conditions d'utilisation de Presto. Et pour être clair, une grande partie de la collecte de données n'est pas une nécessité, c'est un choix de conception. De nombreux avantages, y compris le rechargement en ligne et la révision des frais, pourraient être possibles sans enregistrer votre position à chaque fois que vous appuyez, ce n'est tout simplement pas la façon dont le système a été conçu.

Techniquement, vous pourriez payer une carte presto et un abonnement mensuel en espèces à un comptoir de service et éviter toute cette collecte de données en choisissant de ne pas enregistrer la carte. Vos déplacements seraient toujours liés à la carte, mais pas explicitement à votre identité. Bien sûr, vous perdriez la possibilité d'annuler la carte si elle est perdue (ce qui la rend un peu comme le metropass), de la charger ou de la renouveler automatiquement. Mais le mois suivant, si vous ne vouliez pas que les données s'accumulent, vous deviez remplacer la carte et payer comptant pour une autre. Ainsi, la confidentialité devient difficile, elle devient plus chère, et lorsque ces deux facteurs se combinent, cela devient de plus en plus improbable.

Il est raisonnable à ce stade de se demander pourquoi cela devrait-il être important ? Pourquoi s'en soucier ? Tout le monde collecte des données maintenant, n'est-ce pas ? Bien sûr, la réponse à cette question est de plus en plus, régulièrement, oui. Et c'est la principale raison pour laquelle la carte Presto devrait nous faire réfléchir. En réalité, il n'a pas été conçu pour être le dispositif ultime de surveillance des transports en commun. Personne ne s'est assis et n'a dit, combien d'informations pouvons-nous recueillir sur les usagers du transport en commun ? Au lieu de cela, les conversations portaient probablement beaucoup sur la commodité de l'utilisateur, sur la fourniture de fonctionnalités pour faciliter l'utilisation du transport en commun et sur la réduction des coûts pour l'autorité de transport, et la collecte de données était un moyen d'atteindre une fin sans trop penser aux autres implications. Presto n'est qu'un exemple de la façon dont le monde fonctionne maintenant, et c'est là le problème.

Parce que cela se produit encore et encore dans tous les aspects de notre vie - les choses que nous utilisons pour naviguer dans nos routines quotidiennes sont connectées, mises en réseau, générant des données volontairement ou accidentellement, qui peuvent ensuite être utilisées de manière qui peut nous être bénéfique, ou non, mais de toute façon c'est en grande partie hors de notre contrôle. Les laissez-passer, téléphones portables, thermostats, montres, voitures, même jouets sexuels, tout collecte des informations. Parfois, les données sont nécessaires pour qu'un appareil fasse des choses intéressantes. Souvent, il est également collecté s'il est nécessaire ou non pour la fonctionnalité initiale, car il peut ajouter à la proposition de valeur pour le créateur si l'appareil rapporte de l'argent lorsqu'il est acheté, puis plus d'argent, perpétuellement, car son utilisation crée un flux de données potentiellement rentable.

Nous nous dirigeons progressivement, appareil par appareil, vers un monde où le prix de la participation à la société moderne est de céder les minuties parfois triviales, parfois intimes, mais fondamentalement personnelles de notre quotidien à quiconque a trouvé un moyen de les collecter. Chaque petit morceau se sent, eh bien, petit. Chaque compromis semble mineur, souvent fait dans le contexte d'un gain immédiat - je veux cette application maintenant, cliquez sur oui et passez à autre chose. Mais dans notre monde axé sur les mégadonnées et les algorithmes, tous ces petits morceaux, toutes ces promenades, discussions, clics et balayages sont combinés pour créer un portrait de nous cela peut aider à révéler aux autres des choses que nous ne savons même pas sur nous-mêmes. Et nous ne savons pas qui sont ces autres, la plupart du temps, ni ce qu'ils feront de l'information, ni même si ou comment leurs actions nous affecteront. Peut-être qu'ils le feront, peut-être qu'ils ne le feront pas, et souvent nous ne le saurons jamais.

Nous devons y réfléchir, ne pas acquiescer aveuglément. Nous devons faire des choix, ne pas accepter des produits qui, délibérément ou accidentellement, omettent d'inclure des protections de la vie privée dans le cadre de la conception de la technologie et des politiques qui l'entourent. Nous avons besoin de meilleures lois pour nous protéger. Nous ne devons pas tomber dans le vieux sifflement, si vous ne payez pas pour cela, vous êtes le produit, car de plus en plus, nous payons pour cela mais nous sommes toujours le produit et nous devenons convaincus que nous devrions être le produit. Nous devons dépasser l'idée que les données sont le nouveau pétrole pour alimenter l'innovation et que couper le flux mettra fin à la machinerie de la nation, car si le pétrole provient des restes d'organismes préhistoriques, les données proviennent - et ont des conséquences pour -vivre, respirer, les humains. Bien sûr, les entreprises, même les gouvernements, veulent avoir la capacité de collecter des informations si elles sont utiles ou rentables, mais cela ne signifie pas que nous devons les transmettre sans poser de questions. Nous devons décider combien vaut la commodité et si les avantages que nous obtenons valent ce que nous renonçons en échange, en gardant à l'esprit que la vie privée n'est pas seulement un privilège, c'est un droit, et nous le méritons.

Presto n'est pas le pire contrevenant, c'est juste un contrevenant typique. Lorsque le dernier metropass sera passé, probablement une minute avant minuit le 31 décembre, l'occasion ne sera pas signalée. Mais nous aurons un peu moins d'intimité le 1er janvier. Alors que nous entamons une nouvelle année, nous devrions nous résoudre à exiger mieux.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada