Passer au contenu principal
rechercher

L'ACLC va devant les tribunaux pour réinitialiser le projet de ville intelligente Waterfront Toronto/Sidewalk Labs. Beaucoup de gens disent : « Attendez le plan, rien ne s'est encore passé. Même si le plan est approuvé, il faudra beaucoup de temps pour que les pelles touchent le sol. » Nous avons considéré cette perspective et ne prenons pas cette mesure à la légère. Nous n'avons pas peur du changement ou de l'innovation. Nous ne sommes pas anti-tech. Nous sommes fermement et sans vergogne en faveur des droits et des libertés, et la façon dont ce projet a été conçu met en péril bon nombre des droits que les Canadiens apprécient.

Le problème, c'est que le processus qui a conduit à ce projet en premier lieu a été fatalement vicié et ensuite présenté au public comme un fait accompli, annoncé en fanfare par le premier ministre, puis le premier ministre et le maire.

Le problème, c'est que la dernière année et demie de consultations n'a pas demandé si les Torontois voulaient que la société sœur de Google, Sidewalk Labs, crée un « banc d'essai » chargé de capteurs sur le front de mer, soit dans le quartier de Quayside, soit finalement à travers le Portland. Ils viennent de discuter de ce à quoi cela devrait ressembler et nous promettent que ce sera génial.

Le problème est que nous réalisons de plus en plus que la collecte de données complète qui permet une surveillance granulaire des activités et du comportement des personnes en ligne nuit aux individus et aux groupes, enfreint les droits de l'homme et diminue l'autonomie humaine. Alors pourquoi diable penserions-nous que c'est une bonne idée d'importer ce modèle de mégadonnées dans les rues de nos villes en intégrant plusieurs types de technologies de surveillance dans notre infrastructure ? Une ville construite « à partir d'Internet » ressemble plus à une menace qu'à une promesse.

Le problème est que pratiquement tout le monde, les détracteurs et les partisans du projet, conviennent que les lois que nous avons pour protéger la vie privée ne sont tout simplement pas assez bonnes pour nous protéger contre les dommages potentiels de ce type d'infrastructure de surveillance omniprésente. Bon nombre des technologies qui faciliteront la ville intelligente étaient inimaginables lorsque nos lois ont été écrites. Les données ont désormais une valeur différente, qu'elles soient individualisées ou agrégées, car elles peuvent être utilisées de tant de manières qui créent des avantages potentiels mais soulèvent également des risques concrets. Les meilleures pratiques volontaires, les auto-évaluations pour une utilisation responsable des données, les modèles de gestion civique des données, rien de tout cela n'est mauvais mais ils sont inadéquats. Nous avons besoin et méritons une législation responsable et exécutoire, et non des promesses de bonne conduite.

La liste des problèmes pourrait (et continue) de continuer. C'est pourquoi le projet Quayside ne devrait pas.

Notre avis de demande déposé aujourd'hui, que nous présentons avec le codemandeur Lester Brown, un citoyen de Toronto, s'adresse à Waterfront Toronto et aux trois ordres de gouvernement, municipal, provincial et fédéral. Nous soutenons que les accords au cœur du projet sont en violation du droit administratif et constitutionnel, et sont donc invalides. Ce projet devrait être réinitialisé en conséquence.

Nous vous tiendrons au courant de ce litige au cours des prochains mois. Pour aujourd'hui, nous voulions partager l'actualité de son lancement.

L'ACLC est reconnaissante pour le travail de notre formidable avocat, une équipe de Fogler Rubinoff LLP dirigée par Bill Hearn et Young Park.

Lire notre dossier Avis de demande

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada