Passer au contenu principal
rechercher

Le vérificateur général de l'Ontario a reproché cette semaine à un organisme provincial son rôle dans un complot de science-fiction de Wall Street qui est malheureusement vrai. Les personnages de la version torontoise d'une Smart City numérique futuriste n'étaient pas aussi intelligents qu'ils auraient dû l'être, a-t-elle conclu.

Depuis que Waterfront Toronto et Sidewalk Labs ont annoncé leur projet de ville intelligente Quayside, nous, à l'ACLC, avons posé des questions sur les risques de confidentialité et de sécurité et l'énigme du consentement pour la collecte de données dans une ville parsemée de capteurs. Il y a aussi de sérieuses questions sur la propriété intellectuelle, la responsabilité publique et démocratique, et si la ville et ses résidents seront les véritables bénéficiaires du partenariat Waterfront/Sidewalk.

Ce n'était pas censé se passer comme ça. Une ville "construit à partir d'Internet. " C'était le pitch original de Sidewalk Labs en réponse à un Appel d'offres délivré par Waterfront Toronto pour un partenaire d'innovation et de financement pour développer les terrains riverains du quai à Toronto. C'était une ambition digne d'une filiale d'Alphabet, la maison mère de Google.

Mais tout ce qu'il faut, c'est un tour rapide dans un journal à peu près n'importe quel jour de la semaine pour voir les problèmes de confidentialité inhérents au principal modèle commercial d'Internet : collecter des ensembles de données à partir d'interactions quotidiennes et les exploiter à des fins lucratives. Que se passe-t-il lorsque nous commençons à renforcer la capacité de collecter des informations sur les citoyens de notre ville dans nos rues et nos bâtiments ? Et ensuite, que se passe-t-il lorsque ces données sont intégrées à encore plus de données, peut-être des informations provenant, par exemple, de notre smartphone personnel exécutant le système d'exploitation de Google ?

Le 5 décembre, Rapport annuel du vérificateur général de l'Ontario a soulevé bon nombre de ces mêmes questions, tout en remettant en question l'équité du processus qui a conduit à la proposition gagnante de Sidewalk Labs. Le rapport reproche à Waterfront Toronto de ne pas avoir « consulté adéquatement tous les ordres de gouvernement » au sujet du projet. Il identifie également « des préoccupations dans des domaines tels que la protection des consommateurs, la collecte de données, la sécurité, la confidentialité, la gouvernance, les lois antitrust et la propriété intellectuelle », déclarant « Ce sont des domaines ayant des impacts à long terme et de grande envergure que le gouvernement provincial, ainsi que la ville de Toronto, doit aborder du point de vue du cadre stratégique afin de protéger l'intérêt public avant que cette initiative ne se poursuive.

Le vérificateur général de l'Ontario a raison. L'innovation technologique peut contribuer au bien public ou nuire. Une ville ne devient pas intelligente lorsqu'elle installe de nouveaux jouets technologiques brillants. Cela devient intelligent lorsque les résidents, les experts, les technologues, les élus, la société civile et d'autres parties prenantes s'engagent dans un processus sérieux d'imagination puis de construction d'une ville qui réponde aux besoins identifiés d'une manière avec laquelle nous pouvons vivre et qui reflète nos valeurs communes pour une maison durable, inclusive et respectueuse des droits. Le rapport du vérificateur général est un signal d'alarme.

Mais ce n'est pas le premier. L'ancienne commissaire à la protection de la vie privée et experte en protection de la vie privée de l'Ontario, Ann Cavoukian, a démissionné de son rôle de chien de garde interne de la protection de la vie privée en octobre. Il y a eu beaucoup d'autres démissions, qui auraient toutes dû alarmer les trois paliers de gouvernement.

D'autres villes intelligentes mondiales font cela différemment de Toronto. Mais la porte-parole de Sidewalk Labs, Keerthana Rang, a répondu au rapport du vérificateur avec une tournure défensive qui ne satisfera probablement ni les résidents de Toronto ni le vérificateur. Il est temps pour Toronto d'être plus intelligent sur ce dossier, et vite.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada