Passer au contenu principal
rechercher

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE 

L'Association canadienne des libertés civiles lance une contestation constitutionnelle de la loi ontarienne sur les fouilles à nu

20 juin 2022 

TORONTO, CANADA – L'Association canadienne des libertés civiles et une femme ayant une expérience personnelle ont lancé une contestation constitutionnelle majeure de la loi ontarienne régissant les fouilles à nu dans les prisons provinciales. La contestation judiciaire prétend que la loi provinciale, qui donne aux directeurs de prison un pouvoir discrétionnaire presque illimité pour fouiller à nu les prisonniers, est inconstitutionnelle.  

Les fouilles à nu sont intrinsèquement déshumanisantes et dégradantes ; ils doivent être soumis à des limites légales appropriées pour protéger les individus contre les traumatismes et les abus inutiles. La loi actuelle de l'Ontario accorde aux surintendants le pouvoir absolu de fouiller à nu les prisonniers à tout moment et dans n'importe quelle situation. L'Ontario manque de garanties juridiques de base – des garanties qui existent dans d'autres provinces et au niveau fédéral. 

L'action en justice de l'ACLC, qui a été déposée devant la Cour supérieure de justice de l'Ontario, prétend que la loi ontarienne viole la Charte canadienne des droits et libertésprotections contre les perquisitions et saisies abusives (article 8) et porter atteinte à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne (article 7). 

Vanessa, qui préfère être désignée par son prénom uniquement en raison de la stigmatisation associée aux fouilles à nu et à l'incarcération, est co-plaignante dans l'affaire. Vanessa a déclaré : « J'ai été traumatisée par beaucoup trop de fouilles à nu brutales dans les prisons provinciales de l'Ontario. Je me souviens très bien d'avoir été déshabillé avec toute mon unité dans la cour, même immédiatement après avoir fait une fausse couche. Je me souviens de nombreuses fois où nous avons été raillés et moqués par les gardes. Dans l'ensemble, nous avons été traités comme des animaux. Les fouilles à nu en Ontario sont beaucoup plus fréquentes et brutales que dans les autres provinces. J'espère que nous pourrons résoudre ce problème avec cette affaire. 

« L'examen indépendant de l'Ontario a recommandé que la loi provinciale sur les fouilles à nu soit supprimée et remplacée par des dispositions constitutionnellement valides », a déclaré Kent Elson, avocat de l'ACLC. « Cela ne s'est pas produit. Au lieu de cela, l'Ontario a inutilement fouillé à nu plusieurs milliers de personnes, les forçant à se déshabiller, à se pencher, à s'accroupir et à tousser, et à faire d'autres choses dégradantes. La loi de l'Ontario donne aux responsables des prisons carte blanche fouiller à nu qui ils veulent, quand ils veulent, pour quelque raison que ce soit. L'Association canadienne des libertés civiles demande au tribunal d'annuler la loi trop large de l'Ontario et d'exiger les garanties essentielles pour prévenir les abus et les traumatismes inutiles. 

Alain Bartleman, conseiller spécial de l'ACLC sur les questions autochtones, a déclaré : « Les Autochtones sont en moyenne cinq fois plus susceptibles que les autres Ontariens de se retrouver dans une prison provinciale. L'incarcération massive d'Autochtones est le résultat direct du colonialisme historique et actuel, des traumatismes intergénérationnels et de la discrimination. Les fouilles à nu dégradantes et déshumanisantes qui ont lieu dans les prisons de l'Ontario ont un impact disproportionné sur les peuples autochtones. Adam Capay, un homme autochtone qui a été détenu à l'isolement pendant quatre ans et qui a généralement été fouillé à nu tous les jours, comme l'exigent les propres politiques du gouvernement de l'Ontario. 

-30- 

Cette Association canadienne des libertés civiles (ACLC) est une organisation nationale non partisane à but non lucratif qui travaille à protéger les droits et libertés de toutes les personnes au Canada. 

 Une copie de la déclaration de sinistre est disponible ICI. 

Personne-ressource pour les médias :
media@ccla.org
Alex Nanoff – 613-709-6318 

_____

 

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

L'Association canadienne des libertés civiles lance une contestation constitutionnelle de la loi ontarienne régissant les fouilles à nu

Le 20 juin 2022

TORONTO, CANADA – L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) et une femme ayant une expérience personnelle ont lancé une importante contestation constitutionnelle de la loi régissant les fouilles à nu dans les établissements correctionnels provinciaux de l'Ontario. La contestation judiciaire affirme que la loi provinciale, qui donne aux directeurs de prisons un pouvoir discrétionnaire quasi illimité pour fouiller les prisonniers à nu, est inconstitutionnelle.

Les fouilles à nu sont intrinsèquement déshumanisantes et dégradantes ; elles doivent être soumises à un cadre légal approprié afin de protéger les individus contre les sévices et les traumatismes indus. La loi provinciale actuelle accorde aux directeurs d'établissements le pouvoir illimité de fouiller à nu les prisonniers à tout moment et dans n'importe quelle situation. L'Ontario ne dispose pas de garanties juridiques de base – des garanties qui existent dans d'autres provinces ainsi qu'au palier fédéral.

L'action en justice de l'ACLC, qui a été déposée devant la Cour supérieure de justice de l'Ontario, affirme que la loi de l'Ontario enfreint les protections contre les fouilles, les perquisitions et les saisies abusives (article 8) , et porte atteinte à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne (article 7) de la Charte canadienne des droits et libertés.

L'une désignée des suspectes dans cette affaire, Vanessa, qui préfère être par son prénom seulement en raison de la stigmatisation associée aux fouilles à nu et à l'incarcération, a déclaré : « J'ai été traumatisée par beaucoup trop de fouilles à nu brutales dans les prisons provinciales de l'Ontario. Je me souviens très bien avoir été déshabillée avec toute mon unité dans la cour, immédiatement après avoir subi une fausse couche. Je me souviens de nombreuses fois où les gardiens se sont moqués de nous. Dans l'ensemble, nous pensions comme des animaux. Les fouilles à nu sont beaucoup plus exécutées et brutales en Ontario que dans les autres provinces. J'espère que nous pourrons traiter à la situation grâce à cette affaire. »

« L'examen indépendant réalisé par la province elle-même a recommandé que la loi ordonnant les fouilles à nu de la province soit abolie et rétablie par des dispositions constitutionnelles valides, a déclaré Kent Elson, avocat de l'ACLC. Cela ne s'est pas produit. Au lieu de cela, l'Ontario a procédé à des fouilles à nu inutiles sur des milliers de personnes, les obligeant à se déshabiller, à se pencher, à s'accroupir, à tousser et à faire d'autres choses dégradantes. La loi de l'Ontario donne carte blanche aux responsables des prisons pour fouiller à nu qui ils veulent, quand ils le veulent, pour n'importe quel motif. L'Association canadienne des libertés civiles demande au tribunal d'invalider la loi ontarienne, trop large, et d'exiger les garanties essentielles pour prévenir les sévices et les traumatismes inutiles. »

Alain Bartleman, conseiller spécial aux affaires autochtones de l'ACLC, a déclaré : « Les Autochtones devraient en moyenne cinq fois plus que les autres Ontariens de se retrouver dans une prison provinciale. L'incarcération massive des Autochtones est le résultat direct du colonialisme, des traumatismes intergénérationnels et de la discrimination historiques et persistants. Les fouilles à nu dégradantes et déshumanisantes qui ont lieu dans les prisons de l'Ontario affectent de manière disproportionnée les populations autochtones. À preuve, Adam Capay, un Autochtone qui a été maintenu en isolement pendant quatre ans, était normalement soumis à une fouille à nu tous les jours – comme l'exigent les politiques du gouvernement de l'Ontario lui-même. »

-30-

https://ccla.org/

L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) est un organisme indépendant à but non lucratif qui œuvre à l'échelle du Canada à la protection des droits et des libertés civiles de toute sa population.

 

Une copie de la déclaration est disponible à l'adresse suivante : https://ccla.org/wp-content/uploads/2022/06/Statement-of-Claim-June-20-2022-Website.pdf

Informations :
media@ccla.org
Alex Nanoff – 613-709-6318

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada