Passer au contenu principal
rechercher

Rappelez-vous la protestation et la dissidence? Il est difficile de croire qu'il y a à peine six semaines, le pays n'était rongé que par cela – des inquiétudes concernant les blocages ferroviaires à l'appui de l'opposition des Wet'suwet'en au projet Coastal Gas Link. Les manifestations et les blocus ont non seulement suscité un débat parmi les Canadiens, mais ont également mis en évidence le rôle essentiel que joue la liberté de réunion pacifique dans notre système démocratique. Ceux qui ont soutenu que les blocus étaient un exercice vital des droits – ou une déviation nécessaire de la loi – comprennent que la protestation peut être un agent efficace de changement. Même ceux qui se sont opposés aux blocus et ont appelé à l'arrestation des manifestants ont pu apprécier l'importance symbolique que jouent les manifestations à grande échelle pour inscrire des problèmes jusque-là ignorés à l'ordre du jour national.

Beaucoup de choses ont changé en six semaines.

La liberté de se réunir au Canada a, à toutes fins utiles, été suspendue indéfiniment. Les restrictions sur les rassemblements publics qui ont été mises en place à travers le pays n'empêchent pas seulement une manifestation ou un blocus à grande échelle. Dans certaines juridictions, il est désormais illégal pour plus de cinq personnes de se rassembler en public. Cela comprend deux des plus grandes villes du Canada – Toronto et Montréal.

Le message d'ensemble – restez à la maison – est assez clair, et c'est important, nous dit-on gravement, jour après jour. Dans l'ensemble, les gens écoutent et, de façon générale, les Canadiens restent fidèles à notre réputation internationale de politesse et de déférence envers le gouvernement. Cependant, il semble que même si vous suivez toutes les règles (si vous pouvez les suivre au fur et à mesure de leur évolution et de leur transformation au jour le jour) et que vous appréciez la gravité de la crise actuelle, nous vivons dans un climat où presque toute remise en question des arrêtés du gouvernement peut conduire à être qualifié de « covidiot ».

En dépit de l'agitation occasionnelle du doigt de politiciens grincheux au sujet de la non-conformité, il est assez remarquable de voir combien de personnes font ce que les gouvernements nous demandent de faire. Ce qui nous ramène à l'importance du droit de manifester et au rôle que joue le rassemblement pacifique dans l'exercice de ce droit. C'est un moment de restrictions sans précédent de nos libertés civiles – et ce sont ces mêmes restrictions qui ont sérieusement limité notre capacité de contester par voie de protestation. Mais cela ne signifie pas que nous devrions devenir complaisants. À une époque où l'on nous demande de faire des sacrifices personnels pour le bien-être collectif, nous pouvons nous poser des questions très raisonnables et importantes sur la façon dont les restrictions actuelles affectent les personnes les plus vulnérables et en marge de la société.

Quelles mesures sont prises pour protéger les personnes incarcérées de cette menace pour la santé publique ? Comment les diktats des autorités nous exhortant à « rester à la maison » affectent-ils les sans-abri ? Les tentatives visant à garantir que la propagation du virus est suivie efficacement vont-elles signifier des incursions déraisonnables dans nos droits à la vie privée et éviter la surveillance du gouvernement ? Qu'en est-il des chambres de pouvoir où se prennent les décisions gouvernementales. Là où des réunions auparavant ouvertes se déroulent désormais par vidéoconférence ou dans des formats qui peuvent empêcher la participation du public, comment faisons-nous entendre nos voix ?

Certaines institutions importantes ont un rôle à jouer en temps de crise, pour souffler dans les voiles des gouvernements, via le journalisme et les législateurs de l'opposition. Mais qu'en est-il de vous ? Bien que nous devions peut-être réfléchir à des moyens créatifs de le faire, nous ne devrions pas hésiter à remettre en question les limites qui sont imposées à nos libertés – à poser des questions difficiles à nos élus et à insister sur des réponses cohérentes. Nous pouvons comprendre que les gouvernements ont du mal à relever des défis comme ils n'en ont jamais été confrontés auparavant, tout en les tenant toujours responsables des décisions qu'ils prennent. C'est ce que signifie vivre dans une démocratie, même en situation de crise.

Cara Zwibel est directrice du programme des libertés fondamentales à l'Association canadienne des libertés civiles. En tant qu'avocate, elle a comparu devant la Cour suprême du Canada et y a fait son stage. 

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada