Passer au contenu principal
rechercher

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
19 novembre 2020

TORONTO – Les Associations des libertés civiles du Canada et de la Colombie-Britannique s'inquiètent des restrictions de voyage qui devraient être annoncées aujourd'hui et de la façon dont elles seront appliquées.

« Il n'y a pas de crise interprovinciale massive de réfugiés touchant la Colombie-Britannique. COVID est bien réel, mais cette solution proposée de violer les droits de mobilité des Canadiens n'est pas une solution. C'est un gadget inconstitutionnel de se montrer sévère envers COVID », a déclaré Michael Bryant, directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC).

« Le premier ministre a annoncé hier l'intention de son gouvernement de limiter les déplacements interprovinciaux à travers le Canada, contrairement aux protections des droits de mobilité dans la Charte des droits et libertés. Il n'existe aucune donnée prouvant qu'une interdiction des voyages interprovinciaux est nécessaire, ni aucune preuve que les restrictions de quarantaine ne fonctionnent pas comme prévu. »

« Nos droits à la mobilité sont si fondamentaux que la clause nonobstant de la Charte ne peut même pas être utilisée pour les violer », a déclaré Meghan McDermott, avocate du personnel de la British Columbia Civil Liberties Association. «Nos gouvernements ont le devoir d'envisager et de mettre en œuvre des mesures efficaces qui ne diminuent pas nos droits avant d'envisager quelque chose d'aussi drastique qu'une interdiction de voyager entre les provinces.»

« Il n'y a aucune preuve que des amendes supplémentaires affectent la conformité. Ce que nous savons, c'est que lorsque des amendes sont imposées, ce sont les minorités raciales et les peuples autochtones qui sont ciblés à tort », a conclu Bryant.

À propos de l'Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique
Depuis 1962, la BCCLA fait activement progresser les droits de l'homme et les libertés civiles par le biais de litiges, de réformes législatives, de plaidoyer juridique communautaire et d'engagement et d'éducation du public.

La BCCLA et la CCLA sont des organisations distinctes

Contactez l'ACLC : media@ccla.org
Alex Nanoff, 613-709-6318

Contactez la BCCLA : meghan@bccla.org
Meghan McDermott, avocate principale et directrice des politiques par intérim 778-679-8906

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada