Passer au contenu principal
rechercher

Dr Bonnie Henry
Agent provincial de la santé
ministère de la Santé
PO Box 9648, STN PROV GOVT
1515 rue Blanshard,
Victoria, C.-B. V8W 9P4

Honorable Adrian Dix
ministre de la Santé
Salle 337 Édifices du Parlement
Victoria, C.-B. V8V 1X4

Cher Dr Henry et Ministre Dix, 

 Nous écrivons au nom de la British Columbia Civil Liberties Association (BCCLA) et l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) en ce qui concerne les ordonnances concernant les services religieux actuellement en vigueur en Colombie-Britannique. Avant de répondre à ces préoccupations, nous souhaitons noter qu'en général, nous avons apprécié l'approche adoptée par la Colombie-Britannique par rapport à d'autres juridictions provinciales qui ont choisi d'adopter une approche punitive face à la pandémie, en mettant l'accent sur des mesures strictes d'application et de contravention. En revanche, la Colombie-Britannique a toujours accordé la priorité à l'éducation et a visé un message clair et cohérent concernant les restrictions. À notre avis, cette approche non seulement favorise d'importants objectifs de santé publique, mais reconnaît les implications importantes que les restrictions ont sur les droits protégés par la Constitution et l'impact disproportionné des mesures d'exécution sur les communautés marginalisées. Par conséquent, nous étions inquiets de voir l'ordonnance provinciale la plus récente qui, à notre avis, s'écarte de cette approche en imposant une restriction à la liberté religieuse qui est à la fois disproportionnée et inutile.  

 Comme vous le savez, l'ordonnance actuelle des agents de santé provinciaux impose des restrictions dans toute la province sur certains « rassemblements et événements sociaux ». Les rassemblements religieux en personne et les services de culte ont été suspendus en vertu de l'ordonnance et uniquement au volant, virtuel ou les services religieux à distance sont autorisés. Cela contraste avec les règles en place pour une variété d'autres lieux, y compris les écoles et les lieux de travail, les restaurants, les pubs et les bars, et les établissements de vente au détail. Bien qu'il semble que les ordres tentent peut-être de faire la distinction entre les activités sociales et les activités commerciales (limitant les premières de manière plus significative que les secondes), à notre avis, un service religieux ne rentre pas facilement dans l'une ou l'autre de ces catégories. De plus, tenter de définir quels lieux sont « essentiels » implique nécessairement des jugements de valeur très subjectifs.  

En tout cas, nous sommes l'écriture à propos d'une activité protégée par la Constitution.  Les individus participent à des services de culte en personne pour diverses raisons, mais comparer ces services à une soirée au cinéma ou au théâtre ne rend pas service à ce droit constitutionnel.  Pour beaucoup, le culte en tant que membre d'une communauté est essentiel à leur santé mentale et spirituelle et à leur bien-être. Bien que certains puissent atteindre le même sentiment d'appartenance à la communauté à partir d'un service virtuel, cela peut ne pas être possible pour certaines personnes, en particulier les personnes âgées, les personnes à faible revenu, les immigrants récents et les réfugiés, ou celles qui peuvent avoir un accès limité à l'Internet. Il est important de noter que l'arrêté provincial reconnaît que certains rassemblements en personne peuvent se poursuivre, notamment réunions de Alcooliques et Narcotiques Anonymes. Cela reflète probablement le fait que ces rassemblements effectuer une tâche vitale fonction pour les personnes présentes. Nous dirions que cette justification s'applique également au culte en personne, en particulier pendant les périodes de l'année à forte signification religieuse, et lorsque d'autres restrictions en place signifient que beaucoup ne pourront pas compter sur le temps passé avec leurs amis et leur famille pour obtenir du soutien.  

Bien que les restrictions à travers le pays varient (et changent régulièrement), de nombreuses provinces continuent d'autoriser certains services religieux en personne, y compris l'Alberta, Saskatchewan et l'Ontario. De plus, la liberté de religion est un droit protégé par la Constitution, en vertu de l'article 2(a) de la Charte, de telle sorte que les restrictions imposées à son exercice doivent être raisonnables et manifestement justifiées. À première vue, l'ordonnance actuelle de la Colombie-Britannique ne semble pas répondre à ces critères. Nous vous encourageons fortement à reconsidérer l'ordre actuel et à permettre le culte en personne conformément aux garanties appropriées. Alternativement, nous serions heureux de recevoir une réponse de vos bureaux expliquant la justification des restrictions.  

Sincèrement, 

Harsha Walia
Directeur exécutif
Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique

Michael Bryant
Directeur exécutif et avocat général
Association canadienne des libertés civiles

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada