Passer au contenu principal
rechercher

27 octobre 2020

Mme Suzanne Gilbert
Vice-président de la Section d'appel de l'immigration
Place Minto, Édifice du Canada
344, rue Slater, 12e étage
Ottawa, Ontario K1A 0K1
Par email

Chère Madame Gilbert,

Re : Le principe de la publicité des débats et l'importance de l'accès du public aux audiences de la CISR

Nous écrivons au nom de l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) pour exprimer notre préoccupation concernant l'accessibilité des audiences de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié (« CISR ») aux membres du public. Plus précisément, il a été porté à notre attention que les étudiants ont rencontré des difficultés lorsqu'ils ont tenté d'observer les audiences de la Section d'appel de l'immigration (« SAI ») à Toronto, contrairement à l'alinéa 166(a) de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, LC 2001, ch. 27 (« LIPR »). Comme vous le savez, l'article 166(a) exige que les procédures soient publiques.

Nous réalisons que COVID-19 a présenté des défis uniques pour les cours et les tribunaux et que la participation en personne aux audiences du public peut ne pas être possible. Néanmoins, votre obligation légale continue de s'appliquer. Une solution doit être élaborée, et des solutions ont été élaborées par les cours et les tribunaux du monde entier. Nous exhortons la CISR à développer une solution dans toutes les régions pour garantir que les membres du public puissent observer les audiences à distance et que l'esprit du principe de la publicité des débats soit respecté.

Comme l'a déclaré l'ancienne juge en chef Beverley McLachlin, le principe de la publicité des débats est un élément fondamental du droit canadien, qui aide à la recherche de la vérité, améliore la responsabilité judiciaire et préserve la confiance du public dans le système de justice.1 Les concepts de responsabilité et de confiance du public sont particulièrement important dans le contexte des audiences d'immigration, où la partie comparaissant devant le tribunal peut être vulnérable et les enjeux sont particulièrement élevés.

Les tribunaux ont souligné à maintes reprises l'importance du principe de la publicité des débats, notant qu'il est lié aux droits garantis par l'alinéa 2b) de la Charte canadienne des droits et libertés et que son volet éducatif permet aux membres de la communauté de comprendre le fonctionnement des tribunaux. .2 Sans accès aux audiences, comment le public peut-il comprendre le processus utilisé pour prendre des décisions susceptibles de changer la vie de la partie comparaissant devant le tribunal, de sa famille et de sa communauté? Le fait que la LIPR exige des audiences publiques dans certaines circonstances souligne leur importance.

De nombreuses autres cours et tribunaux, dont la SAI occidentale, facilitent l'accès à distance du public aux audiences par vidéoconférence. Nous comprenons que les étudiants peuvent contacter l'IAD de l'Ouest par téléphone pour obtenir des informations d'accès à distance afin d'observer les audiences à distance. Cela correspond à la note de politique sur le site Web de la CISR, qui stipule que l'utilisation de la vidéoconférence améliore l'accès aux procédures pour les membres du public et les médias.3

Cependant, lorsqu'une demande a été faite à la SAI centrale concernant la possibilité d'observer les audiences, il a été suggéré que l'octroi d'un accès à distance aux étudiants serait compliqué et qu'à la place, les membres de l'IRB qui souhaitaient que les étudiants observent puissent contacter directement les étudiants. Ce processus fait essentiellement de l'accès public l'exception plutôt que la règle. Cela est contraire à la fois à la LIPR et au principe de la publicité des débats, qui exige un motif impérieux pour refuser l'accès au public. L'accès public ne devrait pas être soumis à la discrétion des membres individuels de la CISR.

L'accès du public aux audiences de la SAI centrale est un droit statutaire et constitutionnel. Limiter ce droit est déraisonnable, en particulier lorsque la SAI occidentale est en mesure de faciliter l'accès du public par vidéoconférence. Des restrictions de santé publique sont imposées depuis plus de sept mois et il est peu probable qu'elles soient levées dans un proche avenir, ce qui rend impératif de régler ce problème sans délai. Nous vous exhortons à exiger que toutes les régions de la SAI respectent le principe de la publicité des débats en veillant à ce que le public puisse accéder aux audiences.

Sincèrement,

Cara Zwibel, directrice, Programme des libertés fondamentales
Julia Sande, stagiaire

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada