Passer au contenu principal
rechercher

Le Canada peut aplatir la courbe sans aplatir la liberté d'expression. La censure gouvernementale n'est guère un outil de santé publique pour lutter contre une pandémie. C'est un outil politique, ou du moins un effort, aussi bien intentionné soit-il, pour restreindre le marché des idées, lorsqu'il est utilisé par les gouvernements. Des informations sur COVID-19 – bonnes et mauvaises, prouvées et spéculatives, vraies, fausses et invérifiables – nous sont parvenues à une vitesse folle au cours des dernières semaines. Maintenant il y a rapports que le gouvernement fédéral envisage une loi visant à criminaliser la désinformation préjudiciable en cas de pandémie. j'ai écrit autre part sur les dangers de la désinformation, en particulier lors d'une crise sanitaire mondiale, et reconnaître le préjudice réel qui peut en résulter si nous ne sommes pas des consommateurs avertis d'informations. Pourtant, je suis profondément sceptique quant à la capacité du droit pénal à s'attaquer à ce problème d'une manière qui n'en crée pas toute une série de nouveaux.

du Canada Code criminel utilisé pour interdire la « diffusion de fausses nouvelles » ; c'était l'infraction utilisée pour poursuivre le tristement célèbre négationniste Ernst Zundel et celle qui a finalement été invalidé par la Cour suprême du Canada comme une violation de la liberté fondamentale d'expression consacrée dans le CalifornieCharte nadienne des droits et libertés. C'était il y a près de trente ans. Sans aucun doute, beaucoup de choses ont changé. La disposition en vertu de laquelle Zundel a été poursuivi a été à l'origine promulguée pour faire face aux « déclarations calomnieuses contre les grands nobles du royaume » afin d'assurer l'harmonie politique. Une majorité de la Cour a conclu que le gouvernement ne pouvait pas simplement adopter un nouvel objectif (par exemple, parvenir à l'harmonie raciale ou lutter contre les discours de haine) lorsque la loi était contestée. Il a également constaté que même si ce dernier objectif était accepté comme impérieux et urgent, la loi telle qu'elle était rédigée était disproportionnée – ses termes étaient tout simplement trop larges et vagues pour atteindre l'objectif visé sans en saisir beaucoup plus. De plus, la majorité a souligné que séparer les « faits purs » des questions d'opinion était loin d'être un exercice simple. L'affaire Zundel a également eu des effets contre-productifs. En poursuivant Zundel, le Canada lui a donné de manière perverse une plate-forme juridique dans laquelle il pourrait vomir ses ordures de déni – un tribunal canadien entendrait des témoins et demanderait de décider si les affirmations sur l'Holocauste étaient vraies.

Existe-t-il un moyen de rédiger une loi pour faire face à la dangereuse désinformation COVID qui échappe à ces défauts d’imprécision et de portée excessive ? Il est difficile d'en imaginer un. Existe-t-il un moyen de catégoriser, grâce à une rédaction précise, l'ensemble du domaine de l'expression en paniers binaires soignés de faits et d'opinions, vrais et faux ? Je ne pense pas que le monde soit aussi simple. Le Parlement créerait-il vraiment une nouvelle infraction pour traiter seul avec la désinformation COVID ou utilisera-t-il l'opportunité de capturer la désinformation dans d'autres domaines où le préjudice peut être tout aussi grave ? Je pense que la deuxième option est plus probable.

Mon scepticisme n'est pas fondé sur une méfiance générale à l'égard du gouvernement, ni sur une allégeance aveugle au principe de la liberté d'expression dans notre démocratie (bien que ne vous y trompez pas, je pense que la liberté d'expression est vitale). Mon souci est que la vérité et la connaissance ne soient pas statiques. Lorsqu'on parle d'un nouveau virus, les connaissances scientifiques évoluent à chaque minute, et ce qui est aujourd'hui vrai et évident peut demain apparaître comme frauduleux et dangereux. Le problème est compliqué par le fait que ce que je «sais» sur le virus découle invariablement du fait d'entendre ce que disent les experts et de lire ce que les experts écrivent. Et il n'est pas toujours facile de décider ce qui constitue une expertise. Et même les experts peuvent être en désaccord. Pour prendre un exemple évident, le gouvernement fédéral s'est appuyé sur des climatologues et des experts économiques pour décider qu'une taxe sur le carbone est la meilleure façon de lutter contre le changement climatique. Certaines provinces ne sont pas d'accord – et leurs positions politiques sont également éclairées par des experts.

Les gouvernements ont tout intérêt à s'assurer que l'opinion des experts correspond à leurs choix politiques et à écarter les voix – même celles des experts – qui ne sont pas d'accord avec leur approche. Il n'y a peut-être rien de mal à cela, mais je préfère faire mes propres recherches et porter des jugements sur l'expertise en fonction de critères qui ne sont pas liés à la fortune politique des dirigeants du moment.

Une loi pénale sur la désinformation est-elle nécessaire ? Je dirais que nous avons déjà de solides outils juridiques dans la boîte à outils pour lutter contre la désinformation préjudiciable. Si la préoccupation concerne les personnes cherchant à tirer un avantage financier de la diffusion de fausses informations, nous avons déjà des lois pénales contre la fraude. Nous avons également des mesures pour lutter contre la publicité et l'étiquetage trompeurs des produits. Nous réglementons également spécifiquement la façon dont les produits de santé sont annoncés. Certaines des désinformation COVID les plus évidentes et les plus nocives pourraient être traitées de manière adéquate par ces lois en vigueur depuis des années. Donnons-leur une chance de travailler avant d'ouvrir la boîte de Pandore de la criminalisation de la « désinformation ».

Bien sûr, si le gouvernement se donne comme priorité d'adopter ce genre de loi au cours d'une de ses séances restreintes, je réserverai mon jugement jusqu'à ce que je voie le projet de loi qui est proposé. Je ne doute pas qu'il y ait de bonnes intentions en jeu ici ; Je comprends l'anxiété que beaucoup d'entre nous éprouvent face aux dangers de la désinformation – en particulier dans un contexte où le comportement des gens – fondé sur de mauvaises informations – peut potentiellement mettre notre santé en danger. Mais il est difficile de ne pas se sentir encore plus anxieux à propos d'une loi qui permet au gouvernement d'être l'arbitre ultime de la vérité - et ensuite autorise les procureurs de la Couronne à poursuivre pénalement ceux qui s'en écartent.

Cet article a été initialement publié par The Lawyer's Daily (www.thelawyersdaily.ca), qui fait partie de LexisNexis Canada Inc.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada