Passer au contenu principal
rechercher

Le gouvernement albertain a profité de la confusion de la crise du coronavirus pour camoufler les erreurs du passé et s'octroyer des pouvoirs extraordinaires qui dureront longtemps après la fin de la crise. Depuis L'Alberta a déclaré que la crise du coronavirus était une urgence de santé publique le 17 mars 2020, la province a émis une rafale d'ordonnances et de règlements qui ont touché tous les domaines de la vie publique albertaine. La violation de toute ordonnance d'urgence, par exemple, peut entraîner une amende $1 000. La province avait-elle une solide autorité légale pour prendre toutes ces ordonnances? D'après l'apparence du projet de loi 10, qui a été adopté par l'Assemblée législative en moins de 48 heures le 2 avril, même la province n'était pas tout à fait sûre. Le projet de loi 10 est un exemple de législation rétroactive et de modification – remonter le temps pour valider les commandes qui n'étaient peut-être pas valides lors de leur passage. Le projet de loi 10 n'était pas seulement la province qui couvrait ses traces - c'était aussi une prise de pouvoir sous la forme de pouvoirs ministériels considérablement élargis en vertu d'une législation d'urgence à l'avenir.

DÉPASSEMENT DE L'AUTORITÉ EN VERTU DE LA LOI SUR LA SANTÉ PUBLIQUE

Le premier motif de l'invalidité des arrêtés antérieurs est que les modifications législatives du ministre de la Santé ont outrepassé le pouvoir qui lui est conféré par la loi. Alors que l'Alberta Loi sur la santé publique (PVVIH) accorde au ministre de la Santé un large éventail de pouvoirs, l'art. 52.1 confère un pouvoir particulièrement impressionnant au ministre : la capacité de indépendamment et sans consultation, « suspendre ou modifier l'application ou le fonctionnement » des lois. Cependant, il y a une certaine distance entre la modification de l'application des lois et la modification formelle d'une loi. Le ministre a sans doute fait ce dernier cas lorsqu'il a supprimé un plafond de $100 par jour pour une liste d'infractions telles que la désobéissance à un ordre de santé publique, et lorsqu'il a augmenté de façon gigantesque le montant des amendes générales pour violation de la PVVIH – d'un maximum de 2 000 à un maximum de 100 000 pour une première infraction et d'un maximum de 5 000 pour les infractions subséquentes à un maximum de 500 000 pour les infractions subséquentes. Le libellé de l'arrêté du ministre soutient l'argument selon lequel il va bien au-delà d'une simple modification ou suspension – l'article 2 de l'arrêté visait à « abroger » le paragraphe précédent et à « substituer » un autre radicalement différent. Essentiellement, le ministre agissait comme si les pleins pouvoirs d'une majorité parlementaire lui étaient personnellement dévolus, ce que la loi n'autorisait pas à l'époque.

La preuve la plus solide que le ministre de la Santé était sur un terrain instable est la tentative du projet de loi 10 de tout aplanir. Le projet de loi 10 a créé un nouveau pouvoir en vertu de l'art. 52.1(2)(b) – le pouvoir de « préciser ou énoncer des dispositions qui s'appliquent en plus ou à la place de toute disposition d'un texte législatif ». C'est une meilleure description de ce que le ministre de la Santé a fait lorsqu'il a augmenté le montant des amendes, même si ce pouvoir n'existait pas au moment où il l'a fait. Peu importe, dit le projet de loi 10, car tout arrêté d'urgence lié au coronavirus qui a été émis par le ministre de la Santé avant l'adoption du projet de loi 10 sera désormais réputé valide.

Le projet de loi 10 n'a pas seulement corrigé des erreurs du passé – il s'agissait également d'une prise de pouvoir potentielle. Désormais, un seul ministre peut librement légiférer, y compris de manière rétroactive, sans responsabilité ni contrainte (sauf en matière fiscale, de fonds publics, ou de création de nouvelles infractions avec application rétroactive). Il peut y avoir des arguments en faveur d'une capacité législative rapide en temps de crise, bien que cela ne créerait pas de retard injustifié pour au moins que le cabinet provincial approuve chaque mesure, ce qui aurait également l'avantage de la perspective supplémentaire de différents domaines de gouvernance. Toutefois, tout arrêté ainsi émis par le ministre sans consultation peut continuer à s'appliquer pendant 6 mois après l'expiration de l'état d'urgence de santé publique conformément à l'art. 52.811 du PVVIH. Étant donné l'applicabilité prolongée de ces lois, il est excessif de concentrer autant de pouvoir sur une seule personne.

DONNER UN AVIS AVANT AMENDES

Le deuxième motif d'invalidité a trait à l'imposition d'amendes élevées pour des actions dont les Albertains ne savaient pas qu'elles étaient contraires à la loi. Le 27 mars 2020, le gouvernement provincial a modifié les règlements pour prévoir une amende $1 000 pour manquement à une ordonnance de l'agent de santé provincial. De tels changements dans les règlements sont, bien entendu, soumis à des exigences de notification – art. 3(5) de la Loi sur les règlements déclare que de tels changements ne sont pas valables contre les personnes qui n'en ont pas été informées et s'ils n'ont pas été publiés dans l'Alberta Gazette. Au moment de la rédaction, la nouvelle amende $1 000 n'avait toujours pas été publiée dans l'Alberta Gazette. Il n'est pas clair si les communiqués de presse de l'Alberta constituent l'avis réel requis par le Loi sur les règlements – en particulier contre les groupes vulnérables tels que les réfugiés qui peuvent ne pas être familiers avec l'anglais ou le français.

Que l'Alberta ait donné un avis réel de ses ordonnances, le projet de loi 10 a soulagé la province du fardeau d'aviser les citoyens avant de les gifler avec une amende $1 000; l'exigence de préavis a été supprimée non seulement à l'avenir, mais aussi à partir du moment où l'amende a été promulguée, de sorte que tout citoyen qui a été frappé d'une amende à l'époque devrait la payer s'il a reçu un préavis du tout.

C'est une approche curieuse pour assurer la conformité de la santé publique. On pourrait imaginer que le but de l'imposition d'amendes pour manquement aux ordonnances de santé publique est la dissuasion. Pourtant, la dissuasion ne peut pas fonctionner s'il n'y a pas de préavis réel ; vous ne pouvez pas craindre ce que vous ne connaissez pas. Si le seul motif du gouvernement albertain était de contenir la pandémie, il ferait de réels efforts pour accroître la transparence en publiant et en publicisant instantanément tous ses arrêtés et nouveaux règlements. Jusqu'à ce que cela se produise, le prélèvement d'amendes importantes serait injuste et contre-productif.

Le projet de loi 10 se distingue par son utilisation abusive de la rétroactivité, un outil dangereux. S'il est trop utilisé, il encourage les gouvernements à outrepasser systématiquement leurs pouvoirs en vertu de la loi - pourquoi s'embêter à agir légalement alors que vous pouvez adopter une loi plus tard pour couvrir toutes vos erreurs ? Ces pouvoirs rétroactifs ont également été édictés de manière secrète - ils ont été enterrés dans un langage juridique byzantin qui serait difficile à comprendre pour un profane et n'ont pas été précédés de consultations ou de débats importants. Lorsque les gouvernements apportent des changements aussi importants que ceux du projet de loi 10, ils devraient être accompagnés d'explications et d'une communication claire. Rien de moins est préjudiciable à la démocratie.

Jianyang (JY) Hoh
Stagiaire d'intérêt public de la Fondation du droit de l'Ontario
Association canadienne des libertés civiles

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada