Passer au contenu principal
rechercher

Télécharger ou ne pas télécharger ? Telle est la question pour les résidents canadiens depuis le long week-end d'août, lorsque l'application de notification d'exposition Alerte au covid lancé, en utilisant la province la plus peuplée du Canada, l'Ontario, comme point de départ. Cette application est soutenue par le gouvernement fédéral du Canada – l'une des 40+ applications nationales utilisées dans le monde par différents pays.

De manière générale, les applications automatisées de recherche de contacts sont conçues pour indiquer automatiquement aux utilisateurs ou aux responsables de la santé publique si quelqu'un a potentiellement été exposé au covid-19. Comme lorsqu'un voisin qui promène son chien alerte les autres que son caniche a une toux de chenil. Une alerte de recherche de contacts ne signifie pas que son chiot est infecté ; seulement qu'ils ont été en contact avec un autre qui est infecté.

Voici le conseil de l'Association canadienne des libertés civiles : parce qu'il est volontaire de télécharger l'application, le gouvernement fédéral a apparemment apaisé nos préoccupations constitutionnelles respectant notre vie privée et notre liberté. Les autorités font la promotion de l'application, mais elles n'utilisent pas leurs pouvoirs légaux pour imposer son utilisation. C'est incontestablement la bonne voie à suivre. Laissez aux gens le soin de décider de l'utiliser ou de le perdre.

Quant à l'appli Alerte au covid, techniquement, c'est plutôt bien pour ce que c'est. Les développeurs ont clairement priorisé la confidentialité. La conception réussit à minimiser la collecte d'informations. Il charge également les individus de le télécharger, de l'exécuter, de choisir de suivre les notifications avec la santé publique et, en cas de test positif, de choisir d'acquérir et de télécharger un code qui déclenchera la notification des autres à propos de leur exposition potentielle. Cela dit, il y a d'importantes questions techniques et pratiques quant à savoir si cela fonctionnera comme annoncé. Le temps nous le dira.

Le fait que la confidentialité ait été à l'honneur signifie qu'un obstacle clé à la confiance a été franchi. Mais cet accent mis sur la confidentialité a laissé d'autres barrières au milieu de la piste.

Le lancement de ce nouvel outil technologique dans la partie profonde du système de santé publique de l'Ontario va faire des vagues, des impacts qui se répercuteront et affecteront des vies. Sur qui les notifications auront-elles le plus d'impact ? Qui sera laissé de côté ? Quel type de soutien social existe-t-il : des congés de maladie payés pour les tests COVID, la protection de l'emploi, l'accès à la technologie qui exécutera l'application pour ceux qui le souhaitent et ne peuvent pas se le permettre ? Aucune réponse n'a encore été fournie par le gouvernement fédéral sur ce front. L'une des raisons pour lesquelles le directeur de la confidentialité de l'ACLC participe au Conseil consultatif national pour l'application est de poser ce genre de questions.

L'application améliorera-t-elle réellement la santé publique ou stressera-t-elle simplement les travailleurs pris entre ce que l'application leur dit de faire et la réalité du loyer, de l'épicerie et de l'emploi précaire ? Comme nous l'avons dit, qu'il n'y ait pas de sanctions légales pour s'opposer à l'utilisation de cette application est une condition préalable importante de sa constitutionnalité. Mais il n'y a pas non plus d'incitations à participer à cette grande expérience nationale. Cela signifie que pour certains Canadiens, l'incertitude de ce que la participation signifiera pour leur vie peut la rendre trop risquée.

Nous ne pensons pas qu'il existe une réponse évidente quant à savoir si l'on doit le télécharger. En fait, parmi le personnel de l'ACLC, certains le sont, d'autres non. Michael Bryant, directeur exécutif de l'ACLC, va télécharger l'application. Noa Mendelsohn Aviv La directrice de l'égalité de l'ACLC examine toujours les implications. Dans l'intérêt de contribuer à une discussion, et peut-être pour aider à exposer les avantages et les inconvénients, voici pourquoi.

Contact Tracing App in Canada Infographic

NOA MENDELSOHN AVIV, DIRECTRICE ÉGALITÉ DE L'ACLC

La nouvelle application d'exposition COVID offre aux personnes privilégiées un moyen supplémentaire d'essayer de se protéger d'un virus terrible et terrifiant. À première vue, il n'y a rien de mal à cela. Les problèmes résident dans ce que l'application fait et ne fait pas pour les personnes défavorisées dans notre société. Ces personnes sont déjà les plus à risque d'être exposées au COVID, de tomber malades et de subir les conséquences les plus graves du COVID. Et ces mêmes personnes seront moins en mesure d'accéder à cette nouvelle application qui ne fonctionne que sur des smartphones relativement récents, beaucoup moins capables de prendre des mesures d'autoprotection basées sur les données de l'application et les plus vulnérables aux utilisations pernicieuses de l'application. Après tout, aucune protection légale n'empêche quiconque d'exiger un contrôle d'application propre comme condition pour venir travailler ou accéder à un service de base. Mais il devrait y en avoir.

Les individus et les communautés qui ont été les plus durement touchés par COVID comprennent les personnes sans abri et les personnes issues de quartiers racialement diversifiés et à faible revenu, dont certains ont une concentration plus élevée d'immigrants récents. Ces groupes ont non seulement été confrontés à une exposition au COVID et à des taux d'infection plus élevés, mais ils ont également subi les conséquences les plus graves du COVID, notamment des hospitalisations, des admissions en soins intensifs et des décès. Il s'agit d'une situation tragique pour les communautés qui sont déjà confrontées à des inégalités préexistantes en matière de revenus, d'éducation, de sécurité alimentaire et de logement – qui sont tous bien connus pour avoir un effet néfaste sur la santé.

Les types de mesures d'autoprotection nécessaires pendant la pandémie de COVID ont été beaucoup moins disponibles pour les individus de ces groupes. Il est difficile, voire impossible, de se distancier physiquement lorsque sa famille ou les membres du ménage vivent dans des logements inadaptés, exigus ou dans des refuges pour sans-abri. Et rester à la maison n'est pas une option pour de nombreuses personnes à faible revenu qui occupent divers postes de première ligne, y compris des postes de santé sous-payés, la fabrication et les établissements de soins de longue durée où les taux de COVID ont été particulièrement mauvais.

Et puis vient une nouvelle mesure, l'application d'exposition COVID, qui n'est disponible que sur des smartphones assez récents. Il est difficile de concevoir l'utilité qu'il aura dans les ménages où tous les membres ne disposent pas d'un tel appareil. (Et on ne sait toujours pas si l'application fonctionnera vraiment. On ne sait toujours pas si les balises Bluetooth peuvent enregistrer avec précision la proximité dans des conditions non contrôlées et réduire au minimum les faux positifs et négatifs). Mais si l'application s'avère même quelque peu efficace, de nombreux individus et groupes défavorisés seront exclus de cette protection. Selon un rapport de juin du Échange de politiques de cybersécurité de Ryerson, il existe des écarts importants dans la possession de téléphones intelligents entre les familles à revenu élevé (97%) et les familles à faible revenu (74%). Les plus de 60 ans étaient également moins susceptibles d'avoir un smartphone que les plus jeunes. Compte tenu de ce que nous savons des ravages du COVID-19 dans les zones à faible revenu et parmi les personnes âgées, cela signifie que l'application laisse simplement de côté de nombreuses personnes vulnérables qui pourraient en avoir le plus besoin.

Même si un foyer possède un ou plusieurs smartphones, et même si l'application fonctionne parfaitement, ses effets et bénéfices au sein des communautés défavorisées sont encore très discutables. Les personnes qui recevront le plus de notifications seront probablement les travailleurs de première ligne, dont beaucoup sont des femmes et des jeunes, souvent racialisés, dont beaucoup n'ont pas de congés de maladie payés ou de protection d'emploi. Pour que l'application protège véritablement leur santé et leur bien-être, si l'application leur envoie une notification positive concernant un contact, ils doivent savoir qu'ils peuvent se faire tester rapidement, qu'ils peuvent rester à la maison (payant) en attendant leurs propres résultats, et s'il s'avère qu'ils ont le COVID, ils peuvent se mettre en quarantaine sans craindre que leur travail ne disparaisse lorsqu'ils seront rétablis. Des protections juridiques de ce type sont attendues depuis longtemps.

Pire encore, l'application pourrait être militarisée par d'autres, mais a été introduite sans restrictions indispensables quant à son utilisation par les employeurs, les propriétaires ou les fournisseurs de services. Il n'y a pas de loi ou de réglementation protégeant la vie privée et la liberté individuelle en interdisant à quiconque d'exiger que ses employés, clients ou clients utilisent l'application ; et rien n'empêche quiconque d'exiger de voir une application « propre » sur son téléphone.

L'utilisation de l'application est censée être volontaire, ce qui est important. Ce caractère volontaire a besoin d'une protection juridique afin que personne ne puisse se faire dire qu'il doit utiliser l'application pour accéder à un service. Pire encore, que se passe-t-il si les employeurs demandent « Ne venez pas travailler à moins que je ne puisse voir que vous n'avez aucune notification positive sur l'application COVID Alert » ? Les personnes qui pourraient recevoir les notifications les plus positives en raison de leur travail ou de leur communauté peuvent être les moins capables de rester à la maison en raison de conditions de travail précaires ou d'un besoin accru de revenus stables.

Ce scénario horrible peut ne pas se produire si seulement certaines personnes téléchargent l'application. Les propriétaires de magasins et les patrons peuvent ne pas se sentir enhardis à faire de telles demandes si la plupart des gens ne l'ont pas encore sur leur téléphone. De toute évidence, la réponse est que les législateurs interdisent ces abus sans plus tarder. En attendant, il n'est pas clair à quel point l'application peut être efficace si seul un petit groupe l'utilise. Mais une fois qu'une masse critique l'a téléchargée, l'application peut être mûre pour les abus contre les membres les plus défavorisés de notre société – les personnes qui ont le plus besoin de soutien pendant cette pandémie.

MICHAEL BRYANT, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L'ACLC

Pour moi, il n'y a pas de désincitations économiques, aucun contrôle centralisé de mes informations privées par des tiers, aucun problème de confidentialité pour moi et aucun impact négatif sur les autres, du moins causé par mon téléchargement de l'application, au moment de la rédaction de cet article. Je partage les préoccupations exprimées par mes collègues Noa et Brenda. Pour moi, cependant, il n'y a pas de points négatifs à ce téléchargement, et le point positif est que je peux aider les efforts de santé publique pour empêcher la propagation d'une maladie. Permettez-moi d'élaborer.

Intimité. Je donne déjà beaucoup d'informations personnelles sur moi-même, en tant que personnage semi-public qui parle de moi-même via les médias grand public et sociaux. Je ne me considère pas comme une personne privée. Plus important encore, pour moi, l'application prend au sérieux la vie privée de tous les Canadiens.

En plus de cela, je suis rassuré que l'application elle-même me donne suffisamment de contrôle à chaque étape de son fonctionnement. Je ne suis pas bloqué en le téléchargeant et en l'utilisant simplement. Je contrôle quand l'application est en cours d'exécution et je décide s'il faut suivre les notifications avec la santé publique, et, si mon test est positif, je peux décider si jamais d'acquérir et de télécharger un code qui déclenchera la notification des autres sur leur exposition potentielle à COVID à travers moi. Contrairement à une application lampe de poche étrange ou à une application Facebook, lorsque je télécharge et ouvre l'application COVID Alert, je ne perds pas le contrôle sur ce qu'il advient de mes informations personnelles. J'ai le contrôle total tout au long.

Il n'y a pas non plus d'inconvénient socio-économique, pour moi. Grâce à la chance et aux privilèges, mon emploi n'est pas affecté si je dois m'isoler. Il n'y a donc aucune dissuasion économique ou sociale à me mettre en quarantaine, au cas où une application me suggère de le faire. Comme le les économistes diraient, mon intérêt personnel est aligné sur les objectifs de santé publique de l'application. Comme nous l'avons dit, ce n'est pas le cas pour de nombreux Canadiens, et aucun incitatif n'est offert par un gouvernement canadien pour compenser la pénalité économique de l'auto-quarantaine sans salaire, pour ceux qui téléchargent l'application mais manquent de soutien socio-économique.

Je suis constitutionnellement libre de décider si ma vision du monde est plus Calvin que Hobbes. Je respecte les gens qui privilégient l'auto-préservation. Je choisis de participer à quelque chose qui peut augmenter la capacité du Canada à alerter les autres d'un contact potentiel avec un porteur de COVID. Je ne m'attends pas à ce que l'application fasse une grande différence dans l'ensemble, car le nombre élevé d'utilisateurs nécessaires pour réaliser le potentiel de l'application ne sera probablement pas atteint sans un filet de sécurité sociale pour soutenir ceux dont l'intérêt économique n'est pas aligné avec le objectifs de l'application. Mais je ne suis pas opposé à l'essayer. Je suis un agitateur impulsif la plupart du temps, donc l'opportunité de dire "oui" à quelque chose est un départ bienvenu pour moi. Bien sûr, je vais le télécharger et l'utiliser.

BRENDA MCPHAIL, DIRECTRICE DE LA CONFIDENTIALITÉ, DE LA SURVEILLANCE ET DE LA TECHNOLOGIE DE L'ACLC

La semaine dernière, le directeur général de l'ACLC a tweeté que l'un de nous allait télécharger la nouvelle application de notification d'exposition aux alertes COVID et que l'autre ne l'était pas. J'étais celui qui allait dire non et il y a un mois quand nous en avons discuté et co-écrit un blog expliquant nos raisons, pensant que l'application allait être lancée le 2 juilletsd, je t'aurais parié de l'argent que je ne changerais pas d'avis. Mais à ma grande surprise, je l'ai fait.

Je reste sceptique quant à l'efficacité ultime. De telles applications n'ont pas changé la donne ailleurs dans le monde, et il y a des questions sur l'exactitude de la technologie Bluetooth dans la nature et sur la capacité du Canada à atteindre le niveau d'adoption nécessaire pour faire une réelle différence qui va être vraiment important de répondre.

Mais ce que j'ai vu au cours du dernier mois de la part des personnes des gouvernements fédéral et ontarien travaillant sur l'application, c'est une volonté de répondre aux questions difficiles, même s'ils n'y répondent pas encore à toutes. Par exemple, le gouvernement fédéral s'est engagé à effectuer une vérification de l'application au quatrième trimestre, avec le CPVP, qui comprendra une évaluation de l'efficacité. Cela me semble une mesure raisonnable qui permet d'essayer la technologie, tout en reconnaissant que les effets doivent être mesurés, dans un délai assez court, pour permettre aux membres du public de voir si l'outil qu'ils se sont portés volontaires pour utiliser fonctionne et si leur participation fait vraiment une différence.

Même au moment de la première annonce de lancement, j'ai été raisonnablement impressionné par l'attention portée aux protections techniques de la confidentialité intégrées à l'application ; il était clair que la confidentialité était prise au sérieux dans le processus de conception, à un degré inhabituel. Mais en juin, il restait un drapeau rouge et l'ACLC s'est jointe à des collègues de la société civile pour demander pourquoi les commissaires à la protection de la vie privée n'étaient pas impliqués dans une analyse de l'application avant son lancement. Le délai d'un mois a permis que cela se produise, et le commissaire à la protection de la vie privée du Canada et le commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'Ontario ont eu le temps de procéder à des examens détaillés, publiant leurs conclusions le jour même de la sortie de l'application.

Cela signifie que ce qui me reste, ce sont des préoccupations plus générales, similaires à celles de Noa, concernant les impacts de l'introduction de cette nouvelle technologie dans un monde où elle va avoir des impacts sociaux, bien au-delà de son impact sur la vie privée, qui sont en dehors de la capacité de la conception de l'application pour atténuer. Une application bien conçue peut ou non avoir l'effet escompté si le cadre politique qui la prend en charge n'est pas à la hauteur, et une plus grande considération doit être accordée à ce cadre. Par exemple, à l'heure actuelle, qu'est-ce qui empêche les tiers, comme les propriétaires ou les employeurs, de transformer essentiellement l'application volontaire en une application de facto obligatoire en exigeant son utilisation par les locataires ou les employés est une déclaration des gouvernements qu'il n'est pas censé être utilisé de cette façon. D'autres endroits, comme l'Australie par exemple, ont fourni une protection juridique contre une telle cooptation de leur application, et nous devrions examiner cela ici.

Mais en fin de compte, sous une forme véritablement canadienne, mesurée, cette application n'est pas présentée comme la solution la plus récente et la meilleure, mais comme un élément d'un effort de santé publique. Je suis peut-être sceptique, mais personne qui travaille dans une organisation de la société civile ne reste sain d'esprit sans être également, au moins dans une certaine mesure, optimiste quant au fait que nous, en tant que société, pourrions un jour faire quelque chose de bien. Et c'est cette petite partie optimiste de moi qui a décidé de garder espoir que le Canada sera le pays qui trouvera un moyen de faire fonctionner la notification d'exposition dans un cadre plus large de mesures complémentaires de santé publique. Je surveillerai de très près si les promesses qui m'ont encouragé à changer d'avis et à donner une chance à l'application — pour les audits, pour la transparence et pour l'écoute des nouvelles préoccupations du public dans chaque province et territoire qui choisit de participer—sont honorés. Cela dit, j'ai téléchargé l'application.

Pour les biographies des auteurs, veuillez visiter notre page Equipe.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada