Passer au contenu principal
rechercher

19 novembre 2020

Lors de la première vague de COVID, nous étions assez critique d'un certain nombre de décrets d'urgence promulgués par les gouvernements provinciaux et territoriaux. Certains étaient simplement mal rédigés. Beaucoup étaient mal communiqués. D'autres étaient, à notre avis, carrément inconstitutionnelles. Nous avons également soulevé d'importantes préoccupations au sujet de la recours inutile à l'exécution punitive qui a eu lieu dans certaines juridictions, mais pas toutes. Le Québec, l'Ontario et la Nouvelle-Écosse, en particulier, se sont tournés vers la police, les agents municipaux pour assurer le respect de la loi. Plus de $13 millions d'amendes ont été perçues en l'espace de quelques semaines. Les services de police ont un impact disproportionné sur les membres des communautés marginalisées, y compris les Autochtones, les Noirs et les autres Canadiens racialisés, les personnes vivant dans des logements précaires et les personnes vivant avec des toxicomanies et des maladies mentales. Nous avons trouvé des indications profondément troublantes selon lesquelles ces mêmes schémas de discrimination systémique se répétaient dans la première vague d'actions d'application de la loi COVID-19.

De nombreuses juridictions au Canada sont maintenant au milieu de la deuxième vague de COVID-19. Dès la deuxième semaine de novembre, le taux de cas actifs de COVID-19 a fortement augmenté au Manitoba et en Alberta, et le taux de positivité des tests au Manitoba est passé à 9,5%. Au Québec et en Ontario, les infections augmentaient également depuis des semaines, et la Saskatchewan signalait un nombre record de cas actifs.

Le Québec, l'Ontario, la Colombie-Britannique, l'Alberta et le Manitoba ont tous récemment mis en place des mesures d'urgence plus restrictives visant à aplatir la deuxième courbe COVID. Donc, avec la deuxième vague de lois COVID sur nous, nous avons pensé qu'il était temps de nous concentrer sur quelques provinces avec des restrictions COVID de deuxième vague pour fournir une mise à jour sur la façon dont nos libertés civiles se portent.

Le point à retenir de notre examen est que, bien que l'état des libertés civiles au Canada demeure une préoccupation importante dans plusieurs juridictions, plusieurs provinces avancent plus prudemment qu'elles ne l'ont fait lors de la première vague. Les écoles et les garderies restent généralement ouvertes, et il semble y avoir un effort pour maintenir les entreprises au moins marginalement opérationnelles. Des restrictions de collecte ont été adoptées – bien qu'à l'exception du Québec et de certaines parties de la Colombie-Britannique, elles ne soient pas aussi strictes que la majorité des restrictions de la première vague.

En bref, les gouvernements semblent de plus en plus chercher des moyens d'équilibrer les objectifs de santé publique avec des préoccupations plus larges concernant l'économie et les méfaits qui découlent des fermetures sévères. Cette approche peut profiter aux libertés civiles au sens large. Liberté de mouvement, d'association, d'expression, sécurité de la personne – maximiser autant que possible ces droits et libertés et d'autres a un lien direct avec le bien-être individuel et sociétal. Protéger les droits individuels est un moyen de protéger à la fois la santé mentale et physique.

Cela dit, cependant, nous ne devons pas perdre de vue le fait que même les restrictions les plus permissives mises en place restent des intrusions incroyables dans nos libertés. Cela montre à quel point les attentes de base des Canadiens ont, du moins pour le moment, changé.

Il existe également des approches divergentes en matière d’application – comme ce fut le cas lors de la première vague COVID. Le Québec et le Manitoba ont adopté des mesures d'exécution punitives très préoccupantes, augmentant les pouvoirs d'application de la loi et, dans le cas du Manitoba, embauchant des entreprises de sécurité privées pour surveiller la population. La combinaison de lois très restrictives et d'une approche d'application punitive représente une menace importante pour les libertés civiles.

Québec

Le gouvernement du Québec a été le premier à édicter de vastes mesures d'urgence en réponse à la résurgence de la COVID-19. Actuellement, la province a établi trois niveaux de base de restrictions COVID : Niveau 2 – alerte précoce (jaune) ; Niveau 3 – alerte (orange) ; et Niveau 4 – alerte maximale (rouge).

Cette les lois régissant ce qui peut et ne peut pas se produire aux différents niveaux sont détaillées et complexes. Pour nos besoins, nous allons nous concentrer sur les restrictions sur les rassemblements.

Les restrictions de niveau 2 sont les plus permissives, permettant à un maximum de 10 personnes de se rassembler à l'intérieur ou à l'extérieur, des rassemblements plus importants étant autorisés pour des activités organisées dans des lieux publics. Les régions désignées comme niveau 3 ont un nombre de rassemblement maximum de 6. Dans la catégorie d'alerte maximale de niveau 4, il existe une interdiction générale pour les visiteurs de l'extérieur de votre foyer, et tous les rassemblements privés à l'intérieur ou à l'extérieur sont interdits. Le décret d'urgence exige que les Québécois qui s'aventurent à l'extérieur de leur domicile restent en tout temps à deux mètres de ceux avec qui ils ne vivent pas.

Mais, bien sûr, il n'est pas possible de maintenir ces limites de collecte incroyablement strictes à tout moment. Qu'en est-il de la fournaise cassée, de l'assistante personnelle à domicile ? Urgences, dans la rue ou à domicile ? Qu'en est-il de tous les services et organisations qui ne sont pas fermés – les enfants sont à l'école, les garderies fonctionnent et de nombreuses entreprises et services sont toujours opérationnels. Il n'est tout simplement pas possible de ne jamais laisser personne entrer dans votre maison ou de toujours garder une bulle de 2 mètres autour de vous. La loi contient donc inévitablement des exceptions. Ils sont plus longs et beaucoup plus complexes que les interdictions.

Vous pouvez laisser entrer des personnes chez vous si vous recevez un « service ou un soutien » requis pour la santé, la sécurité, les soins personnels ou l'esthétique, le répit, l'aide domestique, l'aide aux activités de la vie quotidienne, la pédagogie ou l'éducation. À l'extérieur, vous pouvez vous trouver à moins de 2 mètres d'une personne vous fournissant un service ou un soutien. Si vous vivez seul, vous pouvez inviter une personne chez vous ou dans votre jardin. Si vous habitez en zone rouge, vous pouvez voyager et échapper aux règles de la zone rouge pour travailler, étudier ou exercer votre profession. Les écoles bénéficient également d'exemptions et de réglementations spécifiques, tout comme les manifestations, les funérailles et les lieux de culte.

En résumé, les restrictions COVID actuelles du Québec sont les plus larges, les plus restrictives et les plus complexes au pays. Cette combinaison – lois larges, compliquées et strictes – est une recette pour une application arbitraire et injuste. Lors de la première vague de COVID, les Québécois nous ont contactés pour nous signaler qu'ils ont reçu une contravention lorsque l'étranger marchant derrière eux dans le parc s'est approché de trop près. Une femme qui travaille dans un organisme de services sociaux de Montréal a reçu une contravention pour avoir cessé d'offrir des services de soutien à un client autochtone de la rue. Les organisations de la société civile du Québec ont également signalé que la contravention et le harcèlement accru des populations de la rue étaient monnaie courante et nuisaient aux soutiens essentiels de la santé publique et des services sociaux.

Malheureusement, le Québec a encore doublé son approche punitive dirigée par la police. Le gouvernement a étendu les pouvoirs de la police pour émettre rapidement des contraventions et a fourni un système de télémandat pour leur permettre d'obtenir rapidement des mandats de leurs voitures de patrouille. maire de Montréal a annoncé que la présence policière dans les parcs serait accrue pour empêcher les gens de se rassembler, et plusieurs services de police du Québec ont commencé à envoyer des policiers visiter les terrains des écoles secondaires pour s'assurer que les étudiants respectent la loi.

Comme nous l'avons écrit ailleurs, les approches punitives peuvent considérablement saper les efforts de santé publique et conduire à des modèles d'application discriminatoires.

Bref, l'approche stricte et punitive du gouvernement face à une crise de santé publique continue de présenter une menace importante pour les libertés civiles des Québécois.

Ontario

Au cours de la première vague de COVID, de nombreux les impacts les plus préoccupants sur les libertés civiles des Ontariens découlait des interdictions larges et strictes sur les rassemblements publics et privés, et des limites larges, confuses et apparemment arbitraires sur l'utilisation des espaces verts publics ou des équipements du parc. Les parcs étaient généralement ouverts, mais les bancs de parc, les terrains de sport dans les parcs et les parcs pour chiens sans laisse étaient fermés. Les Ontariens ont été condamnés à une amende pour des choses comme marcher trop lentement dans un parc ouvert, courir le long d'une route qui faisait partie d'un parc canin non balisé et essayer d'ouvrir la porte d'une toilette publique sur une plage déserte. Il y avait des indications profondément préoccupantes selon lesquelles les personnes et les familles racialisées, les couples de même sexe et les personnes ayant des barrières linguistiques faisaient partie de ceux qui ont été touchés de manière disproportionnée par les mesures d'exécution.

De nombreuses restrictions légales ont été levées au cours de l'été, et malgré l'augmentation du nombre de cas à l'automne, l'Ontario n'a pas rétabli ses limites les plus larges et les plus préoccupantes sur les rassemblements et l'accès aux espaces publics. Les niveaux élevés d'application de la loi et de contraventions subis en Ontario au cours des premiers mois de la pandémie semblent également avoir diminué et sont restés faibles.

Ces deux tendances sont bienvenues dans la mesure où elles montrent une retenue dans l'utilisation de lois coercitives et d'une application punitive. Après tout, d'autres juridictions ont réussi à faire face au COVID sans avoir recours à de larges édits juridiques, à des amendes punitives ou à des blitz coercitifs d'application de la loi.

Dans le même temps, certains craignent que le gouvernement de l'Ontario n'ait pas fait preuve de transparence quant aux conseils qu'il reçoit de ses experts en santé publique et que ses messages soient confus et incohérents.

Les Ontariens sont passés de l'assouplissement des restrictions et de la levée de l'état d'urgence en un mois à la menace de « »amendes sévères, sévères… les plus élevées du pays" le suivant.[1] Le cadre provincial de lutte contre la pandémie en trois étapes qui a été déployé au cours de l'été a d'abord été appliqué de manière modifiée, puis complètement abandonné au profit d'un nouveau système de code couleur en cinq étapes. Étonnamment, plusieurs régions de la province qui connaissaient les taux d'infection au COVID les plus élevés devaient passer à un moins cadre juridique restrictif, malgré le fait que le nombre de cas continuait d'augmenter. Cela a suscité une vive inquiétude de la part d'un certain nombre d'experts en santé publique, et des articles de presse ont rapidement révélé que le cadre de la province était nettement moins restrictif que ce que les experts en santé publique avaient recommandé. Les agents de santé publique municipaux ont commencé à invoquer leurs propres pouvoirs pour mettre en place des contrôles locaux plus stricts, et Le maire de Toronto, John Tory, recommence à insister sur la nécessité de « devenir beaucoup plus sévère, de faire tomber le marteau pour ainsi dire, en ce qui concerne l'application de la loi.. " Le problème est, cependant, que les messages incohérents des politiciens et des dirigeants de la santé publique ont laissé de nombreux Ontariens confus quant à la nature des recommandations de santé publique en vigueur et aux règles qui ont force de loi.

Tout cela sape une réponse collective cohésive, mettant en danger les efforts pour contenir la propagation du COVID-19 et augmentant la probabilité que la province revienne éventuellement à des mesures d'application punitives. La version la plus récente de l'Ontario du cadre d'intervention COVID-19 ne contient aucun détail sur ce qu'un niveau de « verrouillage » impliquerait, laissant la porte ouverte à un retour aux lois arbitraires et injustes et aux modèles d'application vécus au printemps. À Toronto, le règlement local exigeant que les personnes dans les parcs publics restent à 2 mètres de celles qui ne vivaient pas dans leur ménage reste en vigueur. Le fait qu'il n'ait pas été abrogé après la première vague nous a surpris – le règlement contredit certainement les conseils de santé publique en vigueur autorisant de petites bulles sociales au cours de l'été.

Il convient également de noter que le gouvernement de l'Ontario est continuant d'exercer ses pouvoirs extraordinaires d'urgence tout en s'étant déchargé d'une partie du contrôle démocratique essentiel qui s'accompagne normalement d'un état d'urgence. En juillet, le gouvernement a présenté une loi mettant fin à l'état d'urgence tout en maintenant bon nombre des pouvoirs d'urgence exercés par le premier ministre et son cabinet. Les Loi de 2020 sur la réouverture de l'Ontario (une réponse flexible à la COVID-19) soulagé le premier ministre de l'obligation de retourner devant l'Assemblée législative pour justifier la prolongation de l'état d'urgence à intervalles réguliers. Mais cela permet à de nombreux décrets qui avaient été promulgués pendant l'urgence de rester en place et d'être «modifiés» (ou réécrits) par le Cabinet pour traiter de nouveaux problèmes. Alors qu'annoncer généralement la fin de l'état d'urgence aiderait à apaiser les craintes d'une prise de pouvoir du gouvernement, cette législation – qui maintenait des pouvoirs exécutifs exceptionnels avec moins de contrôle – a eu l'effet inverse.

L'Ontario doit renouveler son engagement envers la surveillance démocratique de l'urgence en cours. Et à l'avenir, les dirigeants provinciaux et municipaux devront faire un bien meilleur travail de coordination et de communication de leurs recommandations et attentes en matière de santé publique. Les libertés civiles des Ontariens – et leur vie – sont menacées s'ils échouent.

Manitoba

Le Manitoba a actuellement le taux le plus élevé de cas actifs de COVID-19 dans le pays, et le 12 novembree toute la province est passée au niveau rouge – ou critique – de son système provincial d'intervention en cas de pandémie. Les derniers arrêtés de santé publique a interdit de manière générale les rassemblements de plus de cinq personnes n'habitant pas la même résidence. Les exceptions comprenaient les établissements de soins de santé ou de services sociaux, ou les rassemblements dans des entreprises ou des établissements autorisés à rester ouverts en vertu du décret. L'ordonnance précise également que les personnes qui résident dans une résidence privée particulière ne doivent pas être incluses dans le calcul de la taille maximale du rassemblement dans cette résidence. L'ordonnance a également fermé toutes les installations récréatives en plein air (par exemple, les terrains de soccer, les terrains de jeux et les patinoires de hockey) et obligeait les personnes participant à des activités récréatives en plein air telles que la course à rester à au moins deux mètres l'une de l'autre. Les masques sont obligatoires dans les espaces intérieurs, à diverses exceptions près, y compris pour les jeunes enfants et ceux ayant des conditions médicales pertinentes.

La nouvelle ordonnance soulève d'importantes préoccupations. Les interdictions générales d'accès aux terrains de sport extérieurs, par exemple, sont les mêmes types d'interdictions qui ont conduit auparavant à une application arbitraire en Ontario et en Nouvelle-Écosse. Sur un point important, cependant, le plus récent décret d'urgence du Manitoba est en fait moins restrictif que prévu. Deux jours seulement avant la sortie de l'ordonnance d'urgence, le Dr Brent Roussin, administrateur en chef de la santé publique de la province du Manitoba, a confirmé que l'ordonnance interdirait aux Manitobains de socialiser avec des personnes extérieures à leur foyer. Lorsque l'ordre a été publié, cependant, la limite de rassemblement est restée fixée à un maximum de cinq personnes. Le Dr Roussin a expliqué que la décision de ne pas inscrire cette interdiction dans une ordonnance juridiquement contraignante était fondée sur des inquiétudes quant à la capacité d'appliquer une interdiction aussi large. Ces inquiétudes sont fondées. Les provinces qui ont tenté de mettre en place des limites de collecte aussi strictes ont dû les accompagner de dizaines d'exceptions déroutantes (le Québec en est un excellent exemple), risquant une application arbitraire et discriminatoire. Malheureusement, de telles erreurs de communication ont des conséquences importantes. La perception que la loi est désormais plus permissive que prévu à l'origine a dans une certaine mesure sapé la recommandation forte et claire de santé publique de limiter les contacts à votre ménage.

Le Manitoba a également mis l'accent sur les amendes punitives et l'application de la loi. Fin octobre, la province pouvoirs d'exécution étendus aux agents des règlements administratifs et augmenté de manière significative le montant d'argent que les individus ont été condamnés à une amende pour des violations de la santé publique; les amendes sont désormais fixées à $1 296 pour les particuliers et à $5 000 pour les sociétés. Début novembre la province a annoncé qu'il dépenserait $2,5 millions pour « soutenir une application supplémentaire » pour COVID-19 et étendre les pouvoirs d'application à 275 personnes supplémentaires. Et le 17 novembree les Le premier ministre a annoncé qu'il avait signé un contrat avec une entreprise de sécurité privée, qui serait mandatée pour patrouiller et imposer des amendes pour les infractions à la santé publique. La province a également annoncé que le gouvernement rembourser les municipalités pour la valeur équivalente des contraventions rédigées par le personnel chargé de l'application des règlements municipaux, créant une incitation financière importante pour les municipalités à émettre un grand nombre de contraventions.

Comme c'est le cas au Québec, la combinaison d'une forte concentration sur l'application punitive de lois strictes et larges soulève d'importantes préoccupations en matière de libertés civiles.

Enfin, il convient de noter que la communauté autochtone du Manitoba fait les frais de la deuxième vague de COVID-19. Les Rapport de l'équipe de coordination de l'intervention en cas de pandémie des Premières Nations du Manitoba que le 5 novembree Les membres des Premières Nations représentaient plus du quart des hospitalisations de la province et 69% des patients en soins intensifs de la province. Plusieurs communautés autochtones éloignées a été sous un verrouillage encore plus strict pendant des semaines, les résidents étant effectivement confinés dans leurs maisons, sauf pour les déplacements pour des services médicaux ou d'autres éléments essentiels.

Alberta

Contrairement à la plupart des juridictions au Canada, l'Alberta en fait a mis fin à son état d'urgence en juin 2020, lorsque le pire de la première vague était passé et que l'on sentait que les ressources de santé de la province n'étaient pas en danger. Cependant, en vertu de la province Loi sur la santé publique une déclaration d'urgence du Cabinet n'est pas nécessaire pour accorder au médecin-chef de larges pouvoirs juridiques. En conséquence, alors que le virus a réapparu dans la province, le médecin-chef a répondu par des ordres formels dans certaines circonstances et des orientations/conseils moins formels dans d'autres.

Début novembre, un L'ordre a été émis qui limitait tous les rassemblements sociaux privés à 15 personnes pour certaines zones géographiques de la province – en particulier, toute région où le taux de cas actifs est de 50+ pour 100 000 habitants ou où le nombre de cas actifs dans la région est de 10 ou plus. Quelques jours après la passation de cette Commande, d'autres mesures sanitaires ciblées ont été introduites pour certaines régions (région de Calgary, région d'Edmonton, Fort McMurray, Grand Prairie, Lethbridge et Red Deer). La province a imposé une interdiction de deux semaines sur les cours de conditionnement physique en groupe en salle et les sports d'équipe, une interdiction de deux semaines sur les spectacles, le chant et la danse en groupe, et une fin anticipée des ventes d'alcool et des heures de restaurant et de pub pendant une période de deux semaines. Les services de mariage et de funérailles sont actuellement limités à 50 personnes.

En plus de ces mesures obligatoires, la province a également défini certaines mesures volontaires qui sont recommandées dans les régions les plus durement touchées, bien qu'il ne soit pas toujours clair dans les messages du gouvernement quelles mesures sont obligatoires et lesquelles sont volontaires. Les mesures volontaires comprennent une interdiction des rassemblements à l'intérieur de votre domicile ou à l'extérieur de votre communauté (c.-à-d. dans une autre région de la province). En d'autres termes, les gens pourraient se réunir en groupes de 15 personnes maximum dans des environnements structurés et réglementés comme les restaurants, mais il est également demandé de ne pas se rendre dans des zones sans restrictions pour tenter de les contourner. Les mesures volontaires ciblées recommandent également que les gens se limitent à appartenir à 3 « cohortes », ce qui peut signifier votre foyer principal, votre école et une autre cohorte sportive ou sociale. L'utilisation de masques est encouragée dans tous les lieux de travail intérieurs et les bureaux doivent réduire le nombre d'employés sur le lieu de travail en même temps. Les rassemblements confessionnels sont limités à 1/3 de la capacité, bien que cela semble également être une mesure volontaire.

En plus d'avoir mis en place certaines des mesures de santé publique les moins restrictives – et d'encourager le respect volontaire des conseils de santé publique – l'Alberta semble également adopter une approche plus légère en matière d'application, du moins pour le moment. Contrairement à de nombreuses autres juridictions, les agents des règlements administratifs en Alberta n'ont pas de pouvoirs d'exécution autonomes en vertu de la Loi sur la santé publique. Le service de police de Calgary a déclaré avoir remis un total de 35 contraventions entre le 1er avril et le 13 novembre, aucune à des entreprises, et à Edmonton, le chef de police Dale McFee a, à juste titre, à notre avis, a continué à mettre l'accent sur l'éducation et la sensibilisation plutôt que sur la rédaction de contraventions ou l'imposition d'amendes: « Nous obtenons beaucoup d'amendes dans le système de justice pénale. Je ne suis pas sûr qu'ils aient dissuadé beaucoup d'activités dans de nombreux domaines. Le maire de Calgary, cependant, a exprimé certaines inquiétudes quant à l'approche actuelle de l'application de la loi et aimerait que les agents municipaux de la ville aient à nouveau des pouvoirs d'application, et le médecin-hygiéniste en chef de l'Alberta vient d'écrire à la police de l'Alberta demander de l'aide pour les efforts d'application de la loi. Nous continuerons de surveiller attentivement la réponse du gouvernement dans les semaines et les mois à venir.

Colombie britannique

Lors de la première vague de la pandémie, La Colombie-Britannique était considérée comme une juridiction qui, du point de vue des libertés civiles, adoptait une approche modèle  . La province a réussi à aplatir efficacement sa courbe sans imposer certaines des mesures de verrouillage les plus sévères observées dans d'autres provinces, et en mettant l'accent sur l'éducation et la persuasion plutôt que sur l'application. L'administratrice en chef de la santé publique de la province, la Dre Bonnie Henry, est une personnalité publique très respectée et l'un des responsables de la santé publique les plus efficaces au pays. Elle parlait, les Britanno-Colombiens écoutaient, la courbe s'aplatissait.

La province a connu une augmentation inquiétante des cas avec la deuxième vague, de nouvelles mesures étant introduites pour tenter d'y remédier. Fin octobre, le Dr Henry a émis une ordonnance limitant sévèrement les rassemblements dans la plupart des espaces intérieurs, y compris les résidences privées. Le rassemblement de plus de six invités en plus des occupants d'une résidence privée a été interdit. Cette commande fut suivie quelques jours plus tard d'une qui ciblait les régions sanitaires de Vancouver Coastal Health et Fraser, interdisant aux personnes de participer à des réunions sociales dans une résidence privée avec toute personne autre que leur « bulle centrale » (généralement définie comme un ménage, à quelques exceptions près pour les personnes vivant seules). Comme c'est le cas au Québec, il existe un grand nombre d'exceptions pour les services à domicile en personne. Une différence clé, cependant, est la réglementation des espaces publics extérieurs : contrairement au Québec, la Colombie-Britannique n'a pas étendu le même niveau de restrictions aux rassemblements extérieurs et aux activités d'exercice de groupe en plein air. L'arrêté ne ferme pas non plus les parcs publics. L'ordonnance restera en vigueur au moins jusqu'au 23 novembre. L'idée derrière une « répression » de deux semaines à Vancouver est de briser les chaînes de transmission – une approche « coupe-circuit » que d'autres juridictions semblent également envisager.

Il est important de noter que le leadership de la santé publique de la Colombie-Britannique a continué de s'opposer aux appels à une application générale faisant appel à la police et aux agents des arrêtés. Comme l'a expliqué le Dr Henry lors d'une récente conférence de presse, la province a aucun plan pour accompagner les restrictions accrues avec une application accrue: « Nous n'avons pas nécessairement besoin de l'appliquer. Ce sont les règles et nous savons que les gens comprennent le raisonnement et, pour la plupart, ils les suivent. …. nous avons la capacité d'appliquer les règles par l'intermédiaire de SPO, des agents des règlements administratifs et de la police, mais je ne pense pas que cela soit nécessaire. Malgré ce message très bienvenu, l'application de la loi dans la province a augmenté depuis les premiers mois de la pandémie. En août et septembre, le gouvernement provincial a donné à la police et à d'autres agents d'application de la loi provinciaux la capacité d'émettre des contraventions pour contravention aux ordonnances de l'agent de santé publique – pouvoirs d'exécution qui étaient réservés aux responsables de la santé publique lors de la première vague de COVID en Colombie-Britannique.

Les mesures d'exécution dans la province ont également augmenté depuis la première vague. Rapport de juin de l'ACLC a estimé qu'entre le 1er avril et le 15 juin, seuls 22 billets liés à la COVID ont été émis en Colombie-Britannique. Entre le 21 août et le 9 novembre la province a déclaré un total de 47 billets, s'élevant à un peu moins de $55 000 d'amendes ont été infligées. Un plus grand nombre de contraventions – 58 – ont été délivrés au cours de la même période à des personnes qui auraient violé la loi fédérale. Loi sur la quarantaine, qui nécessite une période d'auto-isolement de 14 jours pour les personnes revenant d'un voyage international.

[1] https://www.theglobeandmail.com/canada/article-ontario-to-lower-limits-on-social-gatherings-after-recent-jump-in/.

Abby Deshman
Directeur, Directeur du programme de justice pénale

Cara Faith Zwibel
Directeur, Programme des libertés fondamentales

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada