Passer au contenu principal
rechercher

Les groupes de défense des droits de l'homme et de la protection de la vie privée demandent une décision plus ferme sur la surveillance en masse, faisant appel d'un jugement historique À la suite de la victoire de l'année dernière dans laquelle la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a déclaré que le régime de surveillance historique du Royaume-Uni était illégal, une coalition de groupes de défense des droits de l'homme, dont l'ACLC, demandent aujourd'hui à la Grande Chambre de la Cour de Strasbourg d'aller plus loin dans son arrêt. Il s'agit d'un cas qui a des implications mondiales pour la surveillance des réseaux de communication mondiaux. L'ACLC participe parce que les messages de personnes au Canada sont régulièrement pris dans cette collecte en masse, violant la confidentialité de nos communications personnelles sans soupçon et en grande partie sans recours significatif. En septembre dernier, après une bataille juridique de cinq ans, la Cour européenne des droits de l'homme a conclu que le régime historique d'interception en masse du Royaume-Uni (en vertu de la loi de 2000 sur la réglementation des pouvoirs d'enquête) violait le droit à la vie privée protégé par l'article 8 de la loi Convention européenne des droits de l'homme et le droit à la liberté d'expression protégé par l'article 10. Aujourd'hui, l'ACLC et six de nos groupes partenaires du Réseau international des organisations des libertés civiles (INCLO) dirigé par Liberty, rejoignent Amnesty International et Privacy International pour tenter de tirer parti de cette victoire. Nous soutenons devant la plus haute chambre de la Cour que l'interception massive de communications viole intrinsèquement notre vie privée et notre liberté d'expression. Nous soutenons également que le régime de partage de renseignements entre le Royaume-Uni et les États étrangers est illégal, car le gouvernement britannique peut, en partageant du matériel intercepté, contourner les garanties en place lorsqu'il intercepte lui-même des communications. Seul un petit nombre des affaires les plus importantes sont entendues par la Grande Chambre. À la lumière des changements technologiques rapides et du caractère intrusif de la surveillance de masse, la coalition exhorte la Cour à réévaluer la légalité d'exercer une surveillance de masse sur des personnes ordinaires qui ne sont pas considérées comme une menace.

Brenda McPhail, directrice de la confidentialité, de la technologie et de la surveillance, CCLA a déclaré :  « La surveillance de masse n'est tout simplement pas justifiable dans une démocratie respectueuse des droits. L'ACLC se tient aux côtés de nos partenaires internationaux dans cette affaire, luttant pour les résidents du Canada et du monde entier contre les ravages causés à la vie privée et aux droits à la liberté d'expression créés par la capture en masse de nos communications personnelles et privées.

Megan Goulding, avocate chez Liberty, a déclaré: «Les pouvoirs de surveillance en masse signifient que les agences gouvernementales britanniques espionnent les gens ordinaires à une échelle énorme, balayant et stockant leurs communications et données privées. « Ces pouvoirs ont déjà été jugés illégaux par la Cour, et l'audience d'aujourd'hui est une autre étape importante pour garantir que notre régime de surveillance respecte nos droits fondamentaux à la vie privée et à la liberté d'expression. « Notre régime de surveillance doit être guidé par la suspicion plutôt que de nous soumettre tous à une surveillance étatique intrusive qui sape notre liberté. »

L'affaire

Le 13 septembre 2018, la Cour EDH a statué que les lois britanniques permettant la surveillance de masse violent nos droits à la vie privée et à la liberté d'expression. Cependant, l'arrêt n'est pas allé assez loin en ce qui concerne l'illégalité des pouvoirs d'interception en masse et les lacunes fondamentales du régime de partage de renseignements entre le Royaume-Uni et les États étrangers. La coalition de groupes de défense des droits a donc demandé à la Cour européenne de renvoyer l'affaire devant sa plus haute instance judiciaire, la Grande Chambre. Dans cet appel, nous cherchons à obtenir une décision finale selon laquelle de tels pouvoirs d'interception massifs violent intrinsèquement nos droits à la vie privée et à la liberté d'expression. Nous soutenons également que le régime de partage de renseignements entre États basé sur de telles interceptions est illégal, car il permet au Royaume-Uni de contourner les garanties en place lorsqu'il procède à une interception, malgré le fait que l'intrusion dans la vie privée d'un individu est identique dans chaque cas.

Elizabeth Farries, responsable du programme Surveillance et droits de l'homme, INCLO, a déclaré :  « Pourquoi devrions-nous nous cacher des gouvernements espions ? Reconnue par de nombreux instruments, traités et normes internationales, la vie privée est notre droit fondamental sur lequel s'appuient nombre de nos libertés associées. Dirigés par Liberty, sept membres de l'INCLO du monde entier se joignent à ce défi pour protéger les droits de communication privés de centaines de millions de personnes.

Fond

Cette affaire a commencé en 2013, à la suite des révélations d'Edward Snowden selon lesquelles le gouvernement britannique interceptait, traitait et stockait secrètement des données concernant les communications privées de millions de personnes, même lorsque ces personnes n'avaient manifestement aucun intérêt pour le renseignement. Snowden a également révélé que le gouvernement accédait aux communications et aux données collectées par la National Security Agency des États-Unis et les agences de renseignement d'autres pays. Tout cela se déroulait sans le consentement ou la sensibilisation du public et sans garanties appropriées. Les informations collectées et stockées par le gouvernement peuvent révéler les aspects les plus intimes de la vie privée d'une personne - y compris qui elle est, où elle va, qui elle contacte, quels sites Internet elle visite, quelle est son opinion, etc.

Caroline Wilson Palow, avocate générale, Privacy International, a déclaré :  « Le gouvernement devrait-il être autorisé à espionner vos communications numériques même si vous n'êtes pas suspecté d'un crime ? Juste parce que la technologie le leur permet, devraient-ils être autorisés à le faire à une échelle sans précédent, en fouinant potentiellement des millions de personnes ? Nous soutenons depuis plusieurs années que la réponse à ces deux questions est un non catégorique. L'année dernière, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé que certaines parties du régime historique de surveillance de masse du Royaume-Uni étaient illégales. Aujourd'hui, nous demandons à la Grande Chambre de s'appuyer sur l'arrêt de l'année dernière et de dire une fois pour toutes que l'interception massive par le gouvernement britannique de nos communications numériques est une violation de la vie privée et de la liberté d'expression, telles que protégées par les articles 8 et 10 de la Convention européenne sur les droits de l'homme"

Les avocats de l'affaire sont Ben Jaffey QC et Gayatri Sarathy de Blackstone Chambers, et David Heaton de Brick Court Chambers.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada