Passer au contenu principal
rechercher

MISE À JOUR – 16 juin 2022

En réponse à soumissions de l'ACLC et bien d'autres devant le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense, des sénateurs étudiant le projet de loi voté pour remplacer le roman, norme intensément critiquée de «préoccupation générale raisonnable» avec le seuil légalement reconnu et plus strict de «motifs raisonnables de soupçonner» pour les fouilles d'appareils à la frontière.

Il s'agit d'une excellente étape vers une meilleure protection de la vie privée et, parallèlement, une meilleure protection contre les recherches discriminatoires qui, en vertu de la nouvelle norme initialement proposée, pourraient être effectuées essentiellement sur la base de ce que nous avons qualifié de « test de reniflement » plutôt que d'une norme.

Nous continuerons de surveiller ce projet de loi au fur et à mesure qu'il progresse au Sénat et au Parlement.

[16 mai 2022] Une tentative tant attendue de modifier la Loi sur les douanes signale une reconnaissance tardive et timide par le gouvernement que fouiller dans les détails intimes de nos vies contenus sur notre téléphone ou notre ordinateur portable n'est pas la même chose que fouiller dans une boîte ou une valise contenant quelques chemises et des chaussettes. Projet de loi S-7, qui modifierait la Loi sur les douanes et Loi de 2016 sur le précontrôle (les « Lois »), a été déposée récemment au Sénat et sera bientôt renvoyée au Comité permanent de la sécurité nationale et de la défense pour étude.

Le projet de loi a été rendu nécessaire par un jugement clé de la Cour d'appel de l'Alberta. En 2020, la décision en R. c.Canfield a jugé que l'examen du contenu d'un appareil numérique personnel (par exemple, un téléphone cellulaire ou un ordinateur portable) en vertu de la Loi sur les douanes est inconstitutionnel, car l'article pertinent de la législation n'impose aucune limite à la recherche de l'appareil. La Cour a suspendu la déclaration d'invalidité pendant un an afin de donner au Parlement le temps de modifier la législation et d'introduire un seuil.

C'est un moment important pour améliorer la protection de la vie privée à la frontière. Les tribunaux canadiens ont établi que les gens ont des intérêts très importants en matière de confidentialité de leurs appareils numériques personnels. En fait, la Cour suprême a déclaré qu'il est difficile d'imaginer une atteinte à la vie privée plus intrusive que la fouille de l'ordinateur personnel d'une personne. L'ACLC soutient depuis longtemps que la Loi sur les douanes doit être modifiée pour protéger le droit à la vie privée des voyageurs en empêchant les fouilles déraisonnables des appareils numériques personnels des personnes. Malheureusement, le projet de loi S-7, tel qu'il est rédigé, ne le fait pas.

Le seuil très bas (et juridiquement nouveau) de « préoccupation générale raisonnable » pour que les agents des frontières effectuent une fouille de l'appareil électronique personnel d'un voyageur ne protège pas adéquatement la vie privée des voyageurs. Il est dommage qu'après avoir attendu bien au-delà du délai d'un an imposé par la Cour pour ce projet de loi, le seuil proposé rate la cible. En effet, le seuil de «préoccupation générale raisonnable» est un test de détection, pas une norme. Il n'est utilisé nulle part ailleurs dans la législation (ou dans toute autre législation que nous avons identifiée jusqu'à présent). L'introduction d'une norme aussi basse non seulement ne protège pas la vie privée des individus, mais n'offre pas non plus de protection contre le profilage racial et religieux qui peut découler de la discrétion excessive qu'une norme aussi minimaliste offrira, et peut même exacerber ce profilage.

L'ACLC croit qu'un seuil minimal de « motifs raisonnables de soupçonner » est nécessaire pour protéger les voyageurs. Cette position est conforme aux recommandations du rapport du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique de la Chambre des communes sur «Protéger la vie privée des Canadiens à la frontière américaine» en 2017. À titre subsidiaire, une norme de « motifs raisonnables de croire », qui apparaît ailleurs dans les lois, serait une option acceptable. Ces normes sont individualisées et non générales et offriraient donc des protections plus solides contre les fouilles abusives d'appareils électroniques personnels à la frontière. L'un ou l'autre offrirait également une plus grande protection contre le profilage racial et religieux.

Il y a aussi d'autres défauts dans le projet de loi, et nous préparerons des soumissions détaillées pour que le Comité identifie tous nos sujets de préoccupation et fasse des recommandations pour y remédier.

L'ACLC a hâte de participer aux débats publics et législatifs sur le projet de loi S-7 et de défendre les droits des voyageurs à nos frontières.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada