Passer au contenu principal
rechercher

Comme pour la dépendance excessive des États-Unis à l'égard d'entrepreneurs privés pour mener des guerres, au Canada, nous sommes également devenus la proie de mercenaires. Pas des soldats de fortune sur le champ de bataille - du moins lorsqu'un pays retient des mercenaires privés, c'est un moyen discutable de remplir un mandat obtenu des élus. Mais ce que nous faisons dernièrement au Canada, c'est de contourner les élus, les assemblées législatives, les conseils municipaux, les électeurs. Nous avons commencé à gouverner par des mercenaires, via un mécanisme à l'air innocent appelé approvisionnement - tel que découvert, découvert et exposé par Bianca Wylie [1].

 

Sous la gouvernance des mercenaires, les gouvernements ne se livrent plus à un débat controversé sur les politiques de santé ou d'éducation concernant la manière d'utiliser les données des étudiants et des patients. Cette tâche est sous-traitée à la « meilleure » offre du secteur privé, par le biais d'une politique d'approvisionnement qui semble étanche sur le papier mais qui est généralement violée par un auditeur public après qu'il soit trop tard. Cela a été l'expérience mondiale avec les programmes de cybersanté nationaux et infranationaux ; dans le secteur de la justice avec des projets de numérisation ; et avec des programmes de conservation de l'énergie. Ils impliquent tous les quatre cavaliers d'une apocalypse annuelle de l'auditeur public : technologie, confidentialité, prestation de services publics et marchés privés.

La préoccupation ici, comme on peut s'y attendre d'une organisation des libertés civiles, n'est pas la même que celle d'un vérificateur. En fait, les scandales des dépenses masquent le mal public plus pernicieux de gouverner par des mercenaires. Notre principale préoccupation à l'ACLC n'est pas l'argent. Nous nous soucions de la vie privée, d'une procédure régulière (données collectées et utilisées contre un accusé par la police sans mandat), des violations des droits des données impliquant les libertés civiles (par exemple, le profilage racial par des fonctionnaires de justice), de l'état de droit et des droits démocratiques (le vide causé par des législatures silencieuses se remplit de capitalisme de surveillance). Qu'une mauvaise affaire pour les contribuables ait été conclue est une histoire politique séculaire au Canada, qui remonte à la construction de notre chemin de fer. Notre préoccupation est de savoir comment les mercenaires subvertissent notre constitution.

Le problème constitutionnel qui se pose avec l'externalisation de l'intérêt public est multiple, mais il s'apparente à un gouvernement qui retient Exxon pour concevoir la politique énergétique d'une juridiction – la production d'électricité sera-t-elle principalement à base de carbone ou verte ? Quelle capacité nucléaire ? Y aura-t-il des incitations à la conservation pour les utilisateurs ? Le transport et la distribution seront-ils administrés publiquement ou en privé ? Comment la Couronne s'acquitte-t-elle de son obligation fiduciaire envers les peuples autochtones? Lorsque les gouvernements laissent ces questions à décider par Exxon, il a remplacé sa législature par un mercenaire.

Par exemple, plutôt que de forcer les politiciens provinciaux et locaux à expliquer ce qu'il faut faire avec les données personnelles de mes enfants des écoles publiques, le plus grand conseil scolaire du Canada a simplement acheté Google, leur faisant confiance pour gérer la confidentialité et les droits des données de nos enfants. La même approche a été adoptée au Royaume-Uni et dans toute l'Europe avec les politiques de cybersanté. Et à Toronto, ça se passe avec le projet Quayside « smart city ».

 

Au lieu de débattre, disons une politique de données et de confidentialité au Cabinet ou au gouvernement municipal, puis la présenter dans les médias, en débattre à la législature, voter dessus, enregistrer ce vote pour la prochaine élection, puis l'inscrire dans la loi et les règlements ; au lieu de tout ça (alias démocratie), la gouvernance par des mercenaires est le contraire. Le mercenaire fait juste le travail et est payé. Il n'y a pas de vote, pas de débat, pas de statut, pas de règlement, pas de reddition de comptes. De nouveaux obstacles empêchent également une ONG comme la nôtre d'examiner ce que fait le mercenaire car, après tout, Google n'est pas une institution publique.

Cette entreprise - et c'est tout ce que sont les achats, après tout - s'insinue dans nos vies et contourne la démocratie, en particulier dans les secteurs où les politiciens eux-mêmes se sentent incompétents, surtout s'il s'agit de technologie. Ainsi, le partenariat entre Waterfront Toronto et Sidewalk Labs, une filiale de Google, était un match de mercenaire fait au paradis pour les trois niveaux de gouvernement qui se sont présentés pour une séance publique de back-tapotage en 2017.

Le problème est que les mercenaires sont, par définition, là pour l'argent, faisant un travail qu'un gouvernement ne veut pas ou ne peut pas faire lui-même. Parce que les scandales politiques des mégaprojets ont tendance à suivre l'argent, par l'intermédiaire de l'auditeur public, les gouvernements délèguent la gestion financière et la responsabilité publique de cette gestion aux prétendus experts : le secteur privé. Tout va bien et dandy. Mais les décisions qualitatives, les politiques elles-mêmes, la manière dont le projet impacte notre dignité humaine et nos libertés civiles, cette activité est censée être la fonction d'une démocratie. Au lieu de cela, les politiciens peuvent complètement esquiver la démocratie s'ils sous-traitent ces décisions au mercenaire. Et lorsque quelqu'un se demande si cela est constitutionnellement casher, le gouvernement amorce sa défense en invoquant son processus d'approvisionnement juridique. En politique, nous appelons cela remuer le chien.

Et alors? La gouvernance par mercenaire n'est-elle qu'une obscure complainte sur le processus ? Oui, tout comme la Boston Tea Party. Contrairement à la domination coloniale, cependant, où les indigènes sont opprimés par une monarchie lointaine, gouverner par des mercenaires considère Wall Street comme notre nouveau souverain. L'alliance entre l'électeur et le parlement est remplacée par une obligation fiduciaire d'une société envers ses actionnaires afin de maximiser les profits.

L'ironie est que le spectacle des mercenaires est meilleur que ce que les partis politiques enregistrés réalisent lors d'une élection. Il y a tellement d'éblouissement sans fin, pas d'élection, pas de vote, pas de responsabilité. Il n'y a pas de moment démocratique là-dedans. Juste un glorieux fantasme de relations publiques, donnant en quelque sorte une apparence profonde aux campagnes des studios de cinéma pour les Oscars, car après tout, l'Académie, quelle qu'elle soit, vote. Avec le remaniement de Sidewalk Labs, une politique affectant nos libertés civiles est élaborée, bien sûr, mais sans aucune possibilité de demander des comptes à un élu public.

Un aperçu du plus grand spectacle (non démocratique) sur Terre peut être trouvé sur leur page de site Web hypnotisant Être impliqué. « Conversations publiques … Tables rondes … Réunions de quartier » à gogo. Des babioles, des bibelots et des friandises jargonnées comme « Pop-up Stations » et « Sidewalk Toronto Workshop : 307 » (tout comme « 30 Rock » !) et « Design Jams » et « Civic Labs » et la vache sacrée ! Un « groupe de 36 membres de résidents bénévoles de toute la ville » a considéré la réunion du « Panel de référence de Sidewalk Labs » sur « six samedis » ! (waaa ? C'est comme… beaucoup de réunions, non ? Qui a besoin d'une législature ! ?) et prototypes » et un corps de paix intelligent - « Fellows Program » (qui a besoin d'une bourse Fulbright ou d'une bourse Rhodes ?) et, juste pour adoucir le pot pour les critiques potentiels : un « Small Grants Program » (un hommage à Joey Smallwood, Duplessis et Tammany Hall). Alors pourquoi pas chez Mirvish Sidewalk Lab : La comédie musicale?

Mais quel que soit l'expert de leurs produits de communication, quel que soit le rayonnement de leur marque, quel que soit le nombre de halos qu'elles louent, les entreprises sont tenues, par la loi, de remplir un devoir fiduciaire - pas un devoir public envers les électeurs, mais un devoir privé envers les actionnaires pour maximiser la valeur. Regarde le document que la société mère de Sidewalk Labs est tenue par la loi de divulguer aux actionnaires. Il mentionne le mot « valeur » plus de 70 fois. Il n'y a aucune référence à « l'intérêt public » ou à toute variante. Parce qu'il s'agit d'une entreprise ; pas un ministère ou même un organisme de bienfaisance ou un organisme sans but lucratif. La maximisation de la valeur actionnariale se fait toujours au détriment de… enfin, de tout le reste sauf du profit. La seule responsabilité légale dans une relation mercenaire est due par l'entreprise à ses actionnaires : ils sont là pour l'argent [2].

Les gouvernements, d'autre part, sont là pour le peuple. Ok, arrête de rire. Peut-être que la motivation est une soif de pouvoir narcissique et un fantasme erroné sur la célébrité, la richesse et la gloire post-politiques. Mais tout au long de notre histoire, le seul devoir légal détenu par les élus est un devoir public. C'est littéralement un crime au Canada pour des politiciens ou des fonctionnaires de violer la confiance du public à des fins privées. Il existe une pléthore de gardiens de l'éthique, de journalistes et de politiciens de l'opposition à la recherche des faux pas des gouvernements. L'accès légal à l'information publique, aussi imparfait soit-il, est une évidence. Si les gens n'aiment pas ce que font les élus, ils les rejettent.

Ce n'est pas ce qui s'est passé lorsque Waterfront Toronto a fait appel aux services de Sidewalk Labs pour concevoir et mettre en œuvre un quartier « intelligent » à Quayside à Toronto. Ce projet ne privatise pas seulement le développement des infrastructures de la ville, mais aussi le Stratégies pour régir les technologies intégrées dans cette infrastructure et les données que la technologie collectera. Au moins, lorsque Hydro One a été privatisée, il y a eu un débat et un vote à l'Assemblée législative, ce qui a débouché sur des lois et des règlements. Certains ont voté contre le gouvernement Wynne pour cette décision. Ce n'est pas le cas pour tout ce qui se passe avec nos données privées dans les rues de Toronto. Tout est entre les mains des mercenaires.

Quel homme politique appelez-vous si vous souhaitez connaître le plan directeur sur la gestion des données et la confidentialité dans le quartier de Quayside, ou qu'advient-il de vos informations si vous y habitez ou même si vous vous y rendez ? La réponse est aucune ; nos représentants démocratiquement élus ne sont pas responsables. Personne n'a le coup si cette chose est gâchée parce que personne qui conduit l'affaire n'est directement responsable devant le public. À moins d'être actionnaire, vous n'avez pas votre mot à dire sur cette question. Tout est entre les mains des mercenaires.

 

Dans leurs salles de réunion, remplies de MBA, d'avocats, de comptables, d'analystes, de professionnels du marketing et de chefs de force de vente, les mercenaires préparent ce qu'il faut faire avec vos données. Bientôt ils sortiront leur version aseptisée de leur plan (rentable), susceptible d'être si technique et volumineux que personne d'autre qu'eux ne le comprend, après quoi eux, les mercenaires, décideront comment exploiter des trucs sur vous pour leur gain financier.

Quand est-ce arrivé? Vous l'avez manqué. La société mère de Google a acheté les clés de notre royaume de la vie privée pour une chanson. Parce que Waterfront Toronto, la créature juridique singulière qui n'a de comptes à rendre à personne, en vertu de la loi, était au-dessus de sa tête et s'est fait embobiner par les négociateurs de Google, qui ont négocié un accord qui peut être antidémocratique, inconstitutionnel, impénétrable, contraire à l'intérêt public, mais en Dieu, ce sera rentable.

Les mercenaires ne sont pas connus pour agir dans l'intérêt public. S'ils l'étaient, ils ne seraient pas appelés mercenaires. Ils savent en tirer profit. S'ils essaient de paraître progressifs, comme Sidewalk Labs, ils mettront l'accent sur le profit à long terme. Mais ils ne savent pas gérer une politique qui est dans l'intérêt public, ni délégués ni curateurs qu'ils soient. Ils savent comment gérer un portefeuille d'entreprises, comme Alphabet Inc., dans l'optique d'un rendement à haut risque et de grande valeur pour les actionnaires. Ils n'ont aucun instinct lorsqu'il s'agit de choses comme la confiance du public, les valeurs constitutionnelles et les libertés civiles. Ils savent en tirer profit. Ils sont tristement économes avec la vérité. Ils ne parlent pas de « vérité », en fait. Ils parlent à propos de conformité.

Les mercenaires d'entreprise sont censés être des gagnants astucieux, compétitifs, couronnés de succès, capables de me vendre la chemise sur mon dos. Aujourd'hui, nous avons tendance à idéaliser un comportement moralement en faillite mais financièrement rentable. Alors, demandez-vous, pourquoi ne pas obtenir ces crackers de Google pour ce travail ?

La réponse est que ces crackers ne répondent ni à vous ni à moi. Ils sont là pour l'argent. Ils vendent déjà les informations les plus privées et les plus indicibles à votre sujet, des choses que vous ne partageriez jamais avec qui que ce soit, des choses que vous verriez dans un journal si c'était votre truc, vendant ces informations au plus offrant comme si vous étiez une génisse dans un appel du bétail. Maintenant, ils veulent déplacer cette collecte de données hors ligne et dans les rues de la ville de Toronto. Et s'il est vrai qu'ils n'ont pas encore fait grand-chose (un point soulevé par un récent Éditorial du Toronto Star suggérant que les problèmes de confidentialité ont été exagérés), ce n'est pas le point. Le fait est qu'une fois que nous remettrons la construction de la ville et l'élaboration des politiques aux mercenaires, nous aurons des villes qui profitent aux mercenaires et des politiques auxquelles nous ne pouvons pas faire confiance parce que les décideurs sont des mercenaires. Si cela semble circulaire, c'est parce que c'est le cas.

C'est le problème avec les mercenaires. La dignité humaine n'est pas leur forte. Les gouvernements et les législatures sont invariablement calomniés et méfiants, mais nous les préférons aux mercenaires comme nous préférons même les gendarmes faillibles aux flics des centres commerciaux.

Confiez-vous vraiment vos droits constitutionnels à l'égalité, à la liberté d'expression, à la liberté d'association, à la vie privée et à la liberté à une bande de mercenaires ? C'est à vous de répondre, mais généralement, les citoyens préfèrent avoir leur mot à dire sur ce qui arrive à leurs affaires. Et la seule façon d'avoir son mot à dire est de tout gérer dans une démocratie, ou du moins de le faire avant de tout remettre aux mercenaires. Dans l'état actuel des choses, nous pouvons être en train de nous faire jouer au snooker.

Association canadienne des libertés civiles
media@ccla.org


[1] Voir B. Wylie : « La licence logicielle problématique $500 000 de la TTC montre pourquoi l'approvisionnement est important » https://torontoist.com/2017/10/civic-tech-ttcs-problematic-500000-software-license-shows-procurement-matters/, « Les communautés intelligentes ont besoin d'une gouvernance intelligente » https://www.theglobeandmail.com/opinion/smart-communities-need-smart-governance/article37218398/, « La gouvernance vide et comment le code devient loi » https://www.cigionline.org/articles/governance-vacuums-and-how-code-becoming-law, « Sidewalk Toronto, Innovation en matière d'approvisionnement et autorisation d'échec », https://tinyurl.com/y7nly5mz, pour plus voir : https://biancawylie.com/.

[2] La lettre d'introduction en bourse de Google en 2004 était pleine de promesses de ne pas « être maléfiques », mais confirmait également leurs obligations légales envers les actionnaires : « Nous soutiendrons des projets sélectionnés à haut risque et à haut rendement et gérerons notre portefeuille de projets.… Nous sommes conscients de notre devoir de fiduciaire pour nos actionnaires, et nous nous acquitterons de ces responsabilités. »  https://abc.xyz/investor/founders-letters/2004-ipo-letter/ 

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada