Passer au contenu principal
rechercher

Communiqué de presse

7 juillet 2020

Action collective lancée concernant les fouilles à nu illégales  

TORONTO, CANADA – Un important recours collectif est lancé aujourd'hui au nom de Canadiens illégalement fouillés à nu dans les prisons fédérales. Il allègue que le gouvernement fédéral a illégalement fouillé à nu les membres du groupe en violation de ses propres lois des centaines de milliers de fois.

Le recours collectif cible les fouilles à nu dans des situations où elles sont manifestement illégales et inutiles, comme les fouilles à nu sans suspicion à la sortie de prison. En 2001, la Cour suprême du Canada a qualifié les fouilles à nu de « l'un des exercices les plus extrêmes du pouvoir policier » et de « par nature humiliante et dégradante » (R. c. Golden, 2001 CSC 83, par. 89-90). La législation fédérale limite le moment où ces fouilles hautement invasives peuvent avoir lieu – des restrictions qui n'ont pas été respectées dans les prisons du Canada.

La déclaration de sinistre décrit l'expérience comme suit : « Les membres de la classe ont été obligés de retirer tous leurs vêtements, de se pencher, d'écarter les fesses, de manipuler leurs organes génitaux, de retirer les tampons souillés et de tousser en s'accroupissant nus devant les autres. Tous leurs orifices corporels ont été inspectés.

Michael Farrell, l'un des deux représentants de classe, est un père et un grand-père de 51 ans. Il a dit: «C'est tellement horrible d'être obligé de se déshabiller, de se pencher et de laisser les gens inspecter chaque centimètre et chaque fente de votre corps nu. C'est pire quand on sait que c'est inutile.

Quand je suis fouillé à nu, je revive les horreurs des abus sexuels que j'ai subis.

Kim Major

Kim Major, l'autre déléguée de classe, est une mère de quatre enfants âgée de 55 ans. Elle a dit: « Quand je suis fouillé à nu, je revive les horreurs des abus sexuels que j'ai subis. C'est vraiment dévastateur, surtout pour de nombreuses femmes. Kim a été emprisonnée pour la première fois dans la cinquantaine. « J'ai grandi dans une grande maison et j'ai eu une bonne carrière avant que ma vie ne s'effondre. Cela pourrait arriver à vous ou à vos enfants, on ne sait jamais.

Kent Elson est co-conseil de la classe. Il a déclaré: "Cette affaire devrait être un signal d'alarme pour les prisons - elles seront tenues pour responsables d'avoir enfreint la loi." Il a noté que les fouilles à nu illégales rendent le public moins sûr. « Ils cicatrisent psychologiquement les prisonniers, ce qui rend la rééducation plus difficile et la récidive plus probable. »

Abby Deshman est co-conseiller de la classe et directrice de programme à l'Association canadienne des libertés civiles. Elle a dit: « Les fouilles à nu sont d'incroyables intrusions dans la liberté individuelle. Ils doivent être clairement autorisés et régis par la loi. Cela ne se produit pas ici.

CONTACT:

Kent Elson, Co-conseil, Elson Advocacy
(416) 906-7305
kent@elsonadvocacy.ca

Abby Deshman, Co-conseil, Association canadienne des libertés civiles
(647) 785-9360
adeshman@ccla.org

 

TÉLÉCHARGER LE COMMUNIQUÉ DE MÉDIA EN PDF

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada