Passer au contenu principal
rechercher

Certaines provinces et certains territoires ont mis plus de temps que d'autres à déclarer une urgence juridique, ce qui soulève la question de savoir si certains renouvelleront trop rapidement ou trop lentement. Quel est le test pour le renouvellement, exactement? Pourquoi ce test est-il important, étant donné que COVID19 est là pour rester dans un avenir prévisible ?

Depuis plus de dix semaines, les gouvernements de tout le Canada ont pris le contrôle d'aspects importants de nos vies. Il existe des ordonnances dans tout le pays qui décrètent où nous pouvons et ne pouvons pas aller. Nos vies sociales ne font pas seulement l'objet de recommandations et de conseils de la part des responsables de la santé publique. Il y a ordonnances juridiquement contraignantes en place qui disent avec combien de personnes nous pouvons nous associer. Dans de nombreux cas, ces ordonnances s'appliquent à la fois à l'extérieur et à l'intérieur de nos maisons. Les gouvernements ont décidé qu'un service au volant de restauration rapide est essentiel, mais pas un lieu de culte. Même dans nos moments les plus sombres, lorsque nous perdons un être cher ou un ami proche, le gouvernement a décrété combien de personnes peuvent être là pour nous dire au revoir. Le niveau de contrôle est stupéfiant. Mais nous avons pardonné – en fait, accepté – les empiètements du gouvernement sur nos libertés, reconnaissant le risque posé par le virus.

Mais avec le temps, j'ai eu du mal à caractériser ce que nous vivons comme une urgence. Dans les cinq volumes et près de deux mille pages qui composent le rapport de la Commission sur le SRAS rédigé par le juge Archie Campbell, il n'y a pas de manuel pour une urgence de santé publique prolongée qui teste la définition du mot urgence. Le rapport reconnaît que décider quand annoncer le "tout est clair" est un appel difficile, mais il est explicite que l'assouplissement des niveaux de précaution et la fin de l'urgence ne signifient pas un retour à la "normale" d'avant la pandémie. Tout comme l'ami ou le collègue qui marque chaque e-mail comme « URGENT » – à un moment donné, le mot perd son sens, ou signifie simplement que l'expéditeur est urgent. Alors, quand la « urgence » COVID19 se termine-t-elle ?

Beaucoup ont hésité quand, il y a quelques jours, le premier ministre de l'Alberta a déclaré que l'état d'urgence de cette province expirerait le 15 juine et ne serait pas renouvelé (apparemment sans consulter le médecin-chef de la province). Pourtant le Raisons du premier ministre étaient clairs et concis : l'urgence de santé publique a été déclarée pour éviter de submerger le système de santé et les conditions qui menaçaient ce système n'existent plus. Selon le premier ministre Kenney, l'Alberta dispose d'un millier de lits de soins actifs réservés aux patients COVID, occupés par environ 45 de ces patients. L'urgence en Alberta, fondée à la fois sur les preuves médicales et la primauté du droit, est terminée.

Ce n'est pas le cas en Colombie-Britannique, cependant. Juste à côté de l'Alberta, l'urgence juridique se poursuit, même si les preuves montrent actuellement que la Colombie-Britannique est en meilleure forme que l'Alberta. Les deux auraient-ils raison ? La réponse est peut-être oui, mais je me trouve dans la position inhabituelle d'être d'accord avec Jason Kenney.

Si l'effondrement du système de santé est l'urgence que nous cherchions à éviter, nous y sommes parvenus, du moins pour le moment. Bien que le vent puisse tourner rapidement, aucune partie du pays n'a connu l'augmentation des admissions à l'hôpital ou aux soins intensifs qui était prévue au départ, et certaines parties du pays ont enregistré un nombre exceptionnellement faible d'infections. Le territoire du Nunavut n'a enregistré aucun cas de COVID-19. Au Yukon, il y a eu 11 cas, qui ont tous été résolus, comme c'est le cas pour les 27 cas enregistrés à l'Î.-P.-É. Pourtant, chacun de ces endroits reste en état d'urgence - un état dans lequel le pouvoir exécutif peut être mobilisé pour faire des choses extraordinaires avec des opportunités minimales de surveillance et de responsabilité significatives.

"Aucune fin probable en vue." Tels étaient les mots utilisés par le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, pour caractériser l'état d'urgence de la province lorsqu'il l'a prolongé mercredi dernier de deux semaines supplémentaires. L'état d'urgence déclaré en réponse à la pandémie de coronavirus sera le plus long de l'histoire de la province et, comme le premier ministre l'a dit si crûment, nous pouvons nous attendre à ce que cela continue, encore et encore.

Mais par définition, une urgence ne peut pas devenir le statu quo. Une urgence, à des fins juridiques, est littéralement exceptionnelle. À un moment donné, l'urgence prend fin, ce qui ne veut pas dire que l'inverse d'une urgence est le statu quo ante. Les circonstances post-urgence peuvent ressembler à la période précédant immédiatement l'urgence, mais ne correspondent pas à la période de tranquillité de santé publique dont le Canada a bénéficié en 2019. Cela peut être politiquement impopulaire, et même administrativement ou médicalement risqué et inefficace, mais ce serait légalement correct. , de passer de l'état d'urgence à la cessation de l'état d'urgence, suivi peu après (si nécessaire) d'un nouvel état d'urgence. Quoi qu'il en soit, nous devons reconnaître que caractériser l'existence du virus lui-même comme une urgence signifie qu'il n'y a rien d'exceptionnel ou de courte durée à ce sujet. Le virus fait partie de notre monde, et bien que nous découvrions si et comment nous pouvons nous en débarrasser (ce que la science semble indiquer comme peu probable dans un avenir prévisible), nous devrons également trouver comment vivre avec lui dans une société qui respecte les principes démocratiques et qui valorise les droits de l'homme et les libertés civiles.

Bien que l'extension de l'état d'urgence à l'ensemble du pays soit devenue presque routinière, nos gouvernements devraient justifier leurs actions à chaque étape du processus. Cela devrait commencer par définir clairement la nature de l'urgence et articuler comment nous saurons quand elle sera terminée, même temporairement. Les mesures d'urgence qui restreignent ou limitent les libertés civiles fondamentales peuvent être justifiées si elles sont nécessaires et proportionnées. Mais ces termes sont relatifs. Une restriction à notre liberté de nous réunir avec notre famille élargie dans nos maisons ne peut être que nécessaire et proportionnée par rapport à la objectif nous essayons d'atteindre en imposant cette restriction. Si nous ne savons pas ce que c'est, ou s'il s'agit d'une cible mouvante, il est bien trop probable que n'importe quelle mesure puisse être justifiée. En d'autres termes, les objectifs flous créent des environnements permissifs pour les restrictions de droits.

Déclarer l'état d'urgence confère aux gouvernements des pouvoirs étendus. Cela rend les mécanismes de responsabilisation qui contrôlent généralement le pouvoir exécutif soit inefficaces, non pertinents ou tout simplement trop difficiles d'accès. Les partis d'opposition qui tiennent normalement les pieds du gouvernement sur le feu craignent d'être accusés de dévaluer des vies s'ils repoussent ou remettent en question les mesures d'urgence.

Les gouvernements prennent des ordonnances qui reposent sur les fondements constitutionnels les plus fragiles, sachant que, particulièrement pendant l'urgence, l'accès aux tribunaux sera limité et douloureusement lent. Étant donné ce que les gouvernements peuvent faire avec les pouvoirs d'urgence, il est sûrement nécessaire qu'ils identifient la nature de l'urgence et comment nous saurons quand elle sera terminée ou s'est calmée afin que nos processus démocratiques normaux puissent reprendre.

Nous sommes toujours aux prises avec un virus relativement nouveau et il y a beaucoup de choses à ce sujet que nous ne savons pas. Mais les gouvernements opèrent rarement dans le domaine de la connaissance parfaite et complète. Compte tenu de ce que nous savons – que ce virus est avec nous sans « fin en vue » – nos gouvernements doivent réfléchir sérieusement à la façon dont nous pouvons protéger la santé publique tout en revenant à nos processus démocratiques normaux – et aux importants freins et contrepoids qui les accompagnent .

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada