Passer au contenu principal
rechercher

Bien que nous ne puissions pas être avec vous en personne, l'Association canadienne des libertés civiles est avec vous en esprit aujourd'hui pour soutenir l'appel à la justice en matière de reproduction au Nouveau-Brunswick.

Nous tenons à remercier et à féliciter les organisateurs de cet événement important et les nombreux militants qui ont œuvré pour promouvoir l'accès à l'avortement dans cette province.

L'Association canadienne des libertés civiles est une organisation nationale et indépendante qui lutte pour les droits et libertés de tous au Canada. En tant que tels, le choix et l'accès à l'avortement sont des sujets de préoccupation de longue date pour nous à l'ACLC.

Après tout, le droit aux soins de santé est un droit humain fondamental qui appartient à tous. Et l'avortement est une forme de soins de santé de base et essentielle qui doit être disponible, financée par l'État et accessible aux femmes, aux filles et aux personnes trans.

Et pourtant, en 2020, contrairement aux précédents juridiques et aux bonnes politiques, les femmes, les filles et les personnes LGBTQ+ sont toujours confrontées à une discrimination flagrante par le biais du règlement 84-20 de la loi sur le paiement des services médicaux, qui refuse le financement de l'avortement en dehors des hôpitaux (et ceux-ci existent dans 2 villes ), rendant l'avortement inaccessible ou totalement indisponible dans la plupart des régions du Nouveau-Brunswick.

Ce règlement anti-choix est en vigueur dans la province depuis bien trop longtemps, et il est grand temps que le gouvernement l'abroge.

Le rôle du gouvernement est de protéger la santé de ses citoyens. Il ne s'agit pas d'ériger des barrières qui blessent les femmes, les filles et les personnes trans vulnérables, ni d'entraver leurs droits.

En maintenant le Règlement anti-choix :

Les filles, les femmes et les personnes trans qui n'ont pas accès à des avortements sûrs et abordables peuvent rechercher des options dangereuses au péril de leur santé et de leur sécurité, ou se retrouver avec des grossesses non désirées – causant de graves préjudices personnels et sociétaux ; et

La clinique 554 fermera presque certainement, ce qui privera les groupes minoritaires vulnérables et marginalisés d'un espace sûr crucial, de soins de santé liés à l'avortement et d'autres traitements sensibles qui peuvent être difficiles à obtenir ailleurs pour les personnes démunies et marginalisées qui en ont le plus besoin.

Ce n'est pas une réponse de dire – comme le gouvernement a tenté de le faire – que la province ne finance pas les cliniques privées. C'est tout simplement faux. Le Nouveau-Brunswick peut financer et finance les soins de santé fournis dans les cabinets de médecins et les cliniques partout dans la province.

En effet, il n'y a aucune justification pour refuser aux femmes, aux filles et aux personnes trans le droit de choisir et la possibilité d'accéder à l'avortement - une forme de soins de santé de base.

C'est pourquoi nous intervenons aujourd'hui. Avec vous et les nombreux militants de la justice reproductive à travers le Nouveau-Brunswick, nous exigeons, en droit et en conscience, que le règlement anti-choix restreignant le financement de l'avortement soit abrogé immédiatement.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada