Passer au contenu principal
rechercher

12 mai 2020 

L'Association canadienne des libertés civiles et ses partenaires de la coalition ont déposé une contestation constitutionnelle contre la façon dont le gouvernement a traité le COVID-19 pandémie dans les établissements correctionnels fédéraux. 

Les conseils de santé publique sont clairs : sans traitement ni vaccin, la chose la plus efficace que nous puissions faire pour atténuer la propagation de la pandémie et protéger les plus vulnérables de notre société est la distanciation physique.  

Le Service correctionnel du Canada n'a pas pris les étapes qui rendre possible la distanciation physique au sein de ses établissements. Les juridictions à travers le Canada et le monde ont pris des mesures proactives importantes pour changer faible risque détenus à la surveillance communautaire afin de sauver des vies. Le SCC ne l'a pas fait. Il n'a pas non plus mis en œuvre des mesures adéquates de contrôle des infections comme complet essai, se laver les mains et professionnel nettoyage des parties communes 

Déjà deux prisons fédérales sont au milieu de grandes épidémies. Plus de 300 prisonniers ont testé positif. Deux individus sont décédés. Sans action immédiate pour accroître le contrôle des infections et réduire la population carcérale, d'autres épidémies sont inévitables. Cela met en danger non seulement la vie de ceux qui sont derrière les barreaux, mais aussi la santé et la vie de ceux qui y travaillent, de leurs familles et de la communauté au sens large. 

La population incarcérée est particulièrement vulnérable pendant cette pandémie en raison du grand nombre de personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents. 

Til a continué l'incarcération de détenus médicalement vulnérables qui pourraient être en sécuritéet sous conditionlibéré às'auto-isoler efficacement dansla communauté est une violation des dispositions statutaires etCharteobligations.

Le mois dernier CCLA écrit à la commissaire du Service correctionnel du Canada Anne Kelly décrivant les préoccupations de l'organisation et exhortant le SCC à prendre des mesures immédiates. Le SCC n'a pas répondu. 

Les demandeurs d'intérêt public dans l'action en justice sont les CCLA, Association canadienne du droit pénitentiaire, HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, HIV Réseau juridique et Clinique juridique VIH et sida de l'Ontario. Sean Johnston, qui est actuellement incarcéré à Warkworth Institution, est un candidat individuel.  

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L’ACLC est un organisme indépendant à but non lucratif qui compte des partisans dans tout le pays. Fondée en 1964, c’est un organisme de défense des droits de la personne qui opère à l’échelle du pays pour défendre les droits, la dignité, la sécurité et la liberté de toute la population du Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada