Passer au contenu principal
rechercher

Un coup inattendu à la porte pendant le dîner de Thanksgiving est rarement une bonne nouvelle, mais cela prend une toute nouvelle dimension lorsque l'invité non invité est la police.

Le gouvernement du Québec a mis la police en première ligne de la pandémie et a placé un nouvel outil dans son arsenal d'application de la COVID – les télémandats généraux. Le premier ministre Legault a déclaré qu'ils peuvent être utilisés par la police pour accéder rapidement aux domiciles des gens. S'ils sont utilisés conformément à la loi québécoise, ils devraient toutefois donner à la police une capacité très limitée de franchir votre porte d'entrée.

Le gouvernement joue avec le feu. Le potentiel d'abus – perquisitions inconstitutionnelles et détention arbitraire – est immense. Et le filet de sécurité constitutionnel est un juge à l'autre bout d'une ligne téléphonique. Espérons qu'ils fassent leur travail.

Mettons les choses au clair sur ce que la police peut et ne peut pas faire pendant votre repas de Thanksgiving ce week-end.

Votre maison est précisément cela – votre maison. Que vous soyez propriétaire ou locataire, vous disposez de droits particuliers en ce qui concerne votre résidence. Les policiers qui souhaitent enquêter sur d'éventuelles violations des lois liées au COVID ne peuvent pas venir simplement parce qu'ils le souhaitent. Ils ne peuvent franchir votre porte d'entrée que s'ils ont votre consentement ou s'ils ont obtenu un mandat judiciaire.

La police ne peut pas simplement exiger que vous vous identifiez pour savoir où vous habitez. Vous avez le droit de garder le silence. La police ne peut pas légalement vous obliger à remettre votre pièce d'identité dans le cadre de son enquête. Cependant, si la police décide qu'il existe des motifs raisonnables de vous verbaliser pour une infraction, elle peut vous arrêter et vous détenir jusqu'à ce qu'elle soit sûre de qui vous êtes.

Alors, où s'adaptent les télémandats ?

Disons que la police frappe à votre porte et que vous décidez que vous n'avez pas assez de dinde pour tout le monde. Vous ne voulez pas ouvrir la porte, encore moins leur parler ou les inviter à entrer.

La police a maintenant besoin d'un mandat, ou d'un télémandat, pour entrer sans votre consentement. Ils devront se présenter devant un tribunal, ou téléphoner à un juge, pour obtenir un mandat, sur la base des preuves dont ils disposent, qui doit démontrer des motifs raisonnables et probables de croire qu'une infraction est commise, et que la conduite une enquête à l'intérieur de la maison fournira plus de preuves.

Il peut y avoir des cas où cette preuve est évidente de l'extérieur de la maison : 100 paires de chaussures à la porte ; bruits de foule entendus par-dessus la clôture; un voisin qui dit avoir vu des dizaines entrer dans la maison. Mais il faut des preuves : la police ne peut pas légalement obtenir un mandat pour entrer dans votre maison et enquêter uniquement sur la base de soupçons ou d'une intuition que les nouvelles règles ont été enfreintes.

Les nouvelles règles contiennent des limites strictes avec de très nombreuses exceptions. Pas de rassemblements intérieurs dans les zones rouges. Mais vous pouvez vous réunir avec les membres de votre propre foyer – colocataires, cousins, familles élargies. Vivre seul ? Vous pouvez inviter une personne. Vous pouvez également laisser entrer des personnes dans votre maison si elles fournissent ou reçoivent un « service ou un soutien » requis pour la santé, la sécurité ou un répit. Ou soins personnels ou esthétique. Oh et aide domestique. Aussi pédagogie ou éducation.

C'est une longue liste de rassemblements autorisés. La police aura du mal à déterminer quand ces exceptions entrent en jeu, particulièrement difficiles sans vision aux rayons X. C'est pourquoi, si ces mandats sont utilisés conformément à la lettre de la loi, il devrait y avoir peu de cas où la police dispose de suffisamment d'informations solides pour convaincre un juge de les approuver.

Mais que c'était si simple. Il suffit de demander aux cibles les plus fréquentes des soupçons de la police, y compris les Noirs, les Autochtones et les autres Québécois racialisés, ceux qui vivent dans la rue ou qui souffrent de toxicomanie et de maladie mentale. Les demandes d'entrée dans une maison ressemblent à des demandes et les justifications policières pour les enquêtes changent. Si vous insistez sur vos droits constitutionnels, vous risquez d'être accusé d'être « non coopératif » ou « irrespectueux ». Les situations s'enveniment. Les gens se blessent.

Ceux qui ont déjà sur-policé et soumis au harcèlement savent trop bien ce que signifie l'augmentation des pouvoirs de la police.

Même s'ils sont en mesure d'obtenir un mandat pour entrer à l'intérieur de votre maison, et effectivement entrer dans votre maison, il est difficile de voir comment la police pourra enquêter sans obliger les gens à remettre leur carte d'identité. Peut-être que la police saura déjà qui habite là-bas, ou peut-être que certains décideront de coopérer. Tout au long de toute enquête, cependant, les individus ont le droit de garder le silence. Et ils peuvent refuser de s'identifier, à moins que la police n'ait confirmé qu'ils émettent une contravention. Cependant, la frontière entre demander une pièce d'identité dans le but d'émettre une contravention et demander une pièce d'identité pour enquêter sur la perpétration d'une infraction est très mince.

En fin de compte, l'utilisation ou l'abus de cet outil de police particulier - le télémandat - incombera principalement au pouvoir judiciaire - une responsabilité impressionnante, pour empêcher les craintes de COVID d'infecter l'état de droit et les droits constitutionnels créés précisément pour ce moment.

En anglais : Devinez qui vient souper pour l'Action de grâce ?

Abby Deshman est directrice de la justice pénale à l'Association canadienne des libertés civiles.
Lida Sara Nouraie est avocate de la défense pénale et présidente de l'Association des avocats de la défense de Montréal 

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada