Passer au contenu principal
rechercher

Un rappel de calendrier est apparu hier : le 25 juin était censé être le jour de la décision, le jour où Sidewalk Labs et Waterfront Toronto nous diraient s'ils allaient de l'avant avec le projet de ville intelligente Quayside. Ce qui s'est passé à la place, c'est que Sidewalk a licencié la plupart de son personnel de Toronto, peut-être une coïncidence dans le temps puisque leur décision de s'éloigner a été prise des semaines auparavant.

Je me souviens de ma première réaction, lorsque la nouvelle a traversé mon écran d'ordinateur que Sidewalk Labs s'éloignait du projet de ville intelligente de Toronto, a été l'incrédulité. Ensuite, le bonheur, d'abord pur mais bientôt mêlé à une étrange déception qui s'est amplifiée avec le temps. Pas parce que le flirt de Toronto avec la petite sœur sexy de Google (ou le petit frère chamois, comme vous préférez) s'est terminé par une rupture. Ils n'étaient jolis qu'à l'extérieur. Non, déçu à cause de la façon dont le récit de la fin de ce projet est principalement écrit, non pas par les vainqueurs mais par ceux qui voient cela comme une défaite.

COVID-19 a fourni l'excuse et au départ, cela semblait être accepté à sa valeur nominale. Les facteurs contributifs évoqués, sur la base des commentaires grand public, étaient une ville trop opposée au risque pour apprécier de nouvelles idées, une culture trop prudente ou, de l'autre côté, un fournisseur trop optimiste, trop ambitieux ou trop éloigné de la politique canadienne léthargique. faire pour s'en sortir. Appelons des conneries.

Les résidents de Toronto ont été dupés et franchement dépassés par la tournure et le battage médiatique créés autour de ce projet depuis le début, et depuis bien trop longtemps. Donc, à la fin, il est de notre droit et de notre responsabilité de recadrer et de récupérer cette histoire. Les gens se sont élevés contre cette évolution. Beaucoup de monde, à chaque consultation, à chaque moment public. Des gens de tous horizons, de Jim Balsillie, ancien PDG de RIM à GLAND, une organisation nationale de justice sociale pour les personnes à revenu faible et modéré. Bianca Wylie est apparue tôt comme une critique pointue et réfléchie. Centre Ryerson pour la liberté d'expression, très tôt, a réuni des universitaires, des militants et des groupes de la société civile pour lancer des discussions importantes sur les risques et les droits et sur les visions de la conception urbaine basées sur des infrastructures améliorées par la technologie qui devraient être prises en compte. Bloquer Trottoir, un groupe de base qui a commencé avec un noyau d'environ 30 et a grandi pour avoir plus de 1000 sympathisants, organisé, tenu des réunions, conduit à des consultations publiques et coordonné avec d'autres groupes, à l'échelle internationale, qui se sont opposés aux grandes incursions technologiques dans communautés locales. De bons emplois pour tous, des défenseurs du logement abordable, des groupes d'action pour le climat, des groupes d'étudiants et bien d'autres encore ont rallié leurs électeurs.

L'ACLC, elle aussi, s'est levée. Notre petite équipe, avec les conseils formidables de Foglers LLP, a demandé aux trois ordres de gouvernement et à Waterfront Toronto de déposer une demande légale contestant les défauts fondamentaux du projet Quayside, incrustés dès sa conception. Notre stratégie, en lançant un litige d'intérêt public, était d'exercer une pression d'une manière que la résistance des résidents locaux à elle seule ne pourrait pas atteindre. Et pourquoi tant de groupes et d'individus disparates se sont-ils mobilisés contre ce projet ? Parce qu'il s'agissait de privatiser les services publics et les infrastructures de la ville. C'était une question de pouvoir. Il s'agissait explicitement et sans vergogne de créer un banc d'essai pour expérimenter des technologies qui pourraient être affinées à Toronto et vendues ailleurs lorsque les problèmes auraient été résolus à nos frais.

Il s'agissait, malgré les dénégations tardives du PDG de Sidewalk Labs, Dan Doctoroff, de stimuler la collecte de données pour créer des opportunités de monétisation et de surveillance du fonctionnement des villes et de la façon dont les gens se comportent lorsqu'ils vivent leur vie dans leur maison, leur lieu de travail, et dans les rues de la ville. Il s'agissait d'intégrer le modèle de capitalisme de surveillance qui propulse l'économie en ligne dans les espaces publics hors ligne. Et c'était un risque monumental pour la responsabilité démocratique locale, pour notre vie privée et pour tous les autres droits qui sont menacés lorsque la surveillance détermine les décisions concernant les vies humaines et les opportunités humaines.

C'est peut-être uniquement canadien qu'une grande partie de la protestation contre la ville intelligente de Quayside était au cœur de ne pas haïr nos dirigeants politiques, mais plutôt de leur demander de s'intensifier. Ce que nous avons vu, c'est l'échec de nos dirigeants ostensibles, à tous les niveaux, à ouvrir la voie à la définition de ces termes pour nous, avec nous. Au lieu de cela, nous avions un gouvernement municipal avec une responsabilité démocratique directe envers nous, en tant que résidents de Toronto, reportant à plusieurs reprises la prise de décision et détournant les critiques vers le public, mais sans responsabilité publique, Waterfront Toronto. Plus de 2 ans après le début du projet, la ville a finalement lancé une étude et une consultation sur les infrastructures numériques, trop peu, trop tard pour fournir une réelle assurance aux Torontois que les protections approuvées par la ville et les principes de gouvernance des données seraient intégrés à Quayside.

Nous avons eu des gouvernements provinciaux et fédéral qui ont ouvertement reconnu que les lois canadiennes sur la protection de la vie privée devaient être mises à jour pour faire face aux répercussions modernes de notre fascination pour les mégadonnées en tant que moteur de l'innovation, mais n'ont pas réussi à faire avancer ces protections de manière significative.

Nous méritons mieux.

Et le départ de Sidewalk Labs de Quayside nous donne la chance de faire quelque chose de mieux. Toute la discussion et le débat, toute la consultation et le plaidoyer, provoqués par le "ville à partir d'Internet vers le haut", que vous voyiez ce trope comme une promesse ou une menace, cela nous donne le début de la fondation que nous aurions dû avoir avant de lancer un projet de ville intelligente. Nous pouvons être innovants dans un cadre respectueux des droits. Nous pouvons être inclusifs. Nous pouvons nous concentrer sur les besoins identifiés par les résidents qui commencent clairement par un logement abordable et de bons emplois significatifs pour faire une utilisation bénéfique pour l'homme des terres publiques. Nous pouvons comprendre à quoi ressemblent ces choses après COVID et avancer ensemble.

Les laboratoires de trottoir se sont décrits comme un catalyseur. Crédit là où le crédit est dû, ils l'étaient. Mais les Torontois et, plus largement, les Canadiens, sont désormais à juste titre ceux qui contrôlent la réaction. Ne gaspillons pas la seconde chance que cette victoire offre. Ce que nous avons gagné, c'est la chance de devenir intelligent dans la construction de la ville.

Et qui a gagné ? Nous l'avons fait, les personnes qui se soucient de l'endroit où nous vivons et qui ont clairement indiqué que nous voulions avoir notre mot à dire sur ce à quoi il ressemble et qui peut le construire avec nous.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada