Passer au contenu principal
rechercher

Cela ne devrait choquer personne que la collecte de nos informations privées et personnelles par les entreprises soit entièrement par intérêt commercial, mais j'ai lu quelques reportages il n'y a pas si longtemps qui m'ont rappelé que nous devons l'appeler dehors. Pourquoi? Parce qu'il y a de plus en plus de signes que les relations publiques d'entreprise fonctionnent, que beaucoup d'entre nous adhèrent à la fiction selon laquelle certains contenus modérément organisés sont un échange équitable pour les détails granulaires de nos vies, qu'ils soient insignifiants ou intimes.

L'histoire concernait deux femmes endeuillées qui ont chacune souffert d'un marketing ciblé sur elles en tant que femmes enceintes ou nouvelles mères après la perte de leur bébé. Il est sorti très près du moment où j'ai aussi lu un Entretien avec le tuteur avec Shoshanna Zuboff, une prof d'affaires à Harvard, discutant de son livre tant attendu sur le modèle commercial dominant sur Internet, "The Age of Surveillance Capitalism".

Juxtaposées, ces deux choses résument en grande partie ce qui ne va pas dans la manière dont nos informations personnelles sont collectées, utilisées et maltraitées par les entreprises avec lesquelles nous traitons à la fois en ligne et dans le monde physique. Il convient de noter qu'en ligne et hors ligne est une distinction qui perd rapidement son sens en matière de collecte de données, car les magasins physiques exploitent activement les nouvelles technologies telles que analyse faciale de collecter également des données nous concernant.

Cette première histoire a un titre qui en dit long : « « Pas le droit de gagner de l'argent de cette façon » : une femme ciblée par le marketing de produits pour bébés après une fausse couche. » L'article décrit l'expérience de deux femmes. La première a partagé ses coordonnées et sa date d'accouchement avec un magasin de maternité qu'elle aimait et en qui elle avait confiance, mais n'aurait apparemment pas été informée que ses informations seraient partagées avec d'autres magasins et entreprises qui vendaient des produits pour bébés. Elle a fait une fausse couche, une triste perte à laquelle elle était encore confrontée lorsqu'une boîte d'échantillons de lait maternisé est arrivée à sa porte d'une entreprise avec laquelle elle n'avait jamais fait affaire.

La deuxième femme a récemment écrit un lettre ouverte aux «entreprises de technologie» les réprimandant pour avoir rapidement ciblé la publicité sur elle lorsqu'elle a partagé son enthousiasme à l'idée d'être enceinte sur les réseaux sociaux, mais n'a pas réussi à s'arrêter même si elle a également publié un article sur son chagrin lorsque son fils était mort-né.

Les spécialistes du marketing pourraient qualifier cela de « personnalisation » – la promesse qu'en échange d'informations qui ont de la valeur pour les spécialistes du marketing, nous obtenons des choses que nous voulons au lieu de choses que nous n'avons pas – des publicités, des recommandations, des coupons, peu importe. Lorsque l'on nous demande la permission de collecter et de partager nos informations, sur un site Web, une application ou un programme de fidélité en magasin, le langage utilisé pour nous convaincre concerne la pertinence, les avantages personnels. La dernière fois que j'ai dit non à une telle boîte d'autorisation contextuelle, cela m'a sévèrement averti que je choisissais de voir des publicités qui pourraient ne pas répondre à mes besoins. Le ton ressemblait beaucoup à un avertissement qu'un parent sévère pourrait donner à un enfant qui choisissait d'être mauvais au lieu d'être bon.

Ces histoires de femmes mettent à nu le mensonge que ces pratiques sont vraiment à propos de nous et de nos besoins ou désirs. Si tel était le cas, quelqu'un aurait dû s'assurer d'expliquer à la future mère partageant sa date d'accouchement que le magasin partagerait ou vendrait ses informations à d'autres entreprises axées sur les bébés et lui aurait donné la possibilité de dire non. S'ils l'étaient, les mêmes outils utilisés pour compiler des informations sur la femme partageant sa joie d'être enceinte et vendre ces informations aux parties intéressées seraient conçus pour mettre à jour ces listes, peut-être même émettre un avertissement proactif aux acheteurs de ces données, lorsqu'elle a publié sur la perte du bébé.

Mais ce dernier point soulève une autre question cruciale : cela améliorerait-il vraiment les choses si les entreprises qui collectent des informations à notre sujet lorsque nous naviguons, publions nos réflexions ou achetons en ligne faisaient encore plus attention qu'elles ne le font déjà ? Cela peut rendre les promesses de personnalisation plus authentiques, mais cette demande, qui est essentiellement celle que la mère endeuillée a formulée dans sa lettre, est-elle la bonne à faire ou ouvre-t-elle simplement la possibilité d'un suivi en temps réel encore meilleur de notre comportement en ligne/hors ligne ? Je dirais ce dernier. Cela me rend triste de penser que nous sommes devenus tellement acculturés à l'idée que quelqu'un d'autre mérite d'utiliser les informations que nous créons lorsque nous socialisons en ligne que demander une meilleure surveillance semble être une option raisonnable.

Et nous arrivons ici au lien avec le capitalisme de surveillance. Comme l'explique le professeur Zuboff dans son livre, le capitalisme de surveillance est essentiellement la monétisation des données que nous partageons volontairement, mais aussi des données que nous créons au fur et à mesure que nous naviguons dans la vie en ligne - l'« épuisement des données » qui offre un aperçu de notre comportement actuel, et avec suffisamment d'accumulation et un peu d'analyse, des prédictions sur la façon dont nous pourrions nous comporter à l'avenir.

Ses recherches le montrent clairement. Il ne s'agit pas de nous faire du bien, il s'agit de gagner de l'argent, ce qui est bien sûr l'essence même du capitalisme. Et c'est beaucoup d'argent en jeu : Alphabet (maison mère de Google) revenu annuel déclaré en 2018 de 30,74 milliards de dollars américains (une augmentation de 142,74% par rapport à 2017). De plus, à ce stade, ce ne sont pas seulement les goliaths de données comme Google ou Facebook qui fonctionnent sur ce modèle, c'est essentiellement chaque appareil Internet des objets (produits étiquetés « intelligent » « en réseau » ou ce mot pernicieux « personnalisé ») qui est conçu pour gagnez de l'argent lorsque vous l'achetez, puis plus d'argent lorsque vous l'utilisez et contribuez à un flux de données que l'entreprise peut utiliser ou vendre, ou les deux.

Ces pratiques ont commencé parce que nous n'y prêtions pas attention, et continuent parce que nous n'avons pas eu la volonté, ou créé le muscle régulateur, pour les arrêter. Les entreprises, même les gouvernements, y compris le gouvernement canadien, dans les documents de la récente consultation fédérale sur la stratégie de données— travaillent très dur pour nous convaincre que nos données sont le prix à payer pour soutenir l'innovation et créer des opportunités économiques permanentes. Ils le comparent parfois au « nouveau pétrole », mais cette métaphore est profondément trompeuse. Les données ne sont pas une ressource naturelle créée par la décomposition d'organismes morts au fil du temps, elles nous concernent et nous concernent, créées au cours de notre vie. Les données ne sont pas créées passivement par des processus naturels au fil du temps, elles sont créées activement lorsque nous interagissons avec des systèmes conçus pour les récupérer et avec des entreprises qui revendiquent délibérément le droit de les utiliser et qui gagnent la bataille pour nous convaincre qu'elles le méritent.

Rendre les gens complices de leur propre surveillance, en tant que projet en cours sur le big data hébergé au Queen's Surveillance Studies Center, soulève des « questions éthiques, des préoccupations politiques et des défis moraux » qui vont bien au-delà des données et de la confidentialité pour « pénétrer le cœur des principes démocratiques modernes ». La douleur des deux mères, confrontées à de durs rappels de leur perte, sert d'avertissement triste mais précieux que nous perdons plus que nous ne gagnons lorsque nous ne remettons pas en question les systèmes qui ne font pas qu'éroder nos droits à la vie privée, ne cherchent pas seulement à manipuler notre comportement, mais en nous disant que c'est pour notre propre bien. Nous devons reconnaître cette allégation pour l'escroquerie parce qu'elle cause un préjudice démontrable. Nous méritons un monde en ligne qui respecte nos droits et est structuré autour de pratiques d'information équitables qui permettent aux entreprises non exploiteuses de prospérer tout en profitant à nous, en tant que consommateurs, citoyens, membres de la société. Il est temps de s'élever contre les écoutes algorithmiques de nos vies personnelles.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada