Passer au contenu principal
rechercher

L'Association canadienne des libertés civiles exhorte le conseil municipal de Montréal à protéger ses électeurs contre le vol d'identité et de données personnelles. Les empreintes digitales du visage par la police ont été interdites dans de nombreuses juridictions américaines et européennes. Montréal a une excellente occasion d'être un chef de file mondial en matière de droits numériques. Votre conseil élu doit décider si, quand et comment une nouvelle surveillance invasive se déroule dans votre ville.

L'un des droits les plus importants d'un citoyen, d'être protégé par son État, est le droit d'être laissé seul ; le droit d'être un visage dans la foule. La technologie des empreintes digitales faciales est un anethame à ce droit.

Si vous êtes d'accord avec les empreintes digitales de votre nouveau-né à la naissance, avec ces empreintes dans une base de données de la police à perpétuité, alors vous êtes d'accord avec les empreintes digitales faciales, ou la technologie de reconnaissance faciale, comme on l'appelle. La police de Montréal se dit peut-être qu'il s'agit simplement de solliciter des photos d'identité, mais ils savent le contraire. Le problème est que notre identité personnelle doit être traitée avec dignité et intimité dans une démocratie constitutionnelle. Le prendre sans notre consentement ou un mandat légal est le contraire de la dignité, de la vie privée et de la liberté.

La loi exige que toute recherche, saisie, dépoussiérage, téléchargement, extraction, collecte et stockage de données biométriques telles que l'ADN ou les empreintes digitales, exige le respect des lois conçues pour reconnaître que les données biométriques sont des informations particulièrement personnelles et sensibles et qu'il doit y avoir une procédure régulière et des garanties appropriées en place pour régir leur collecte. Mais en ce qui concerne la biométrie faciale, la police du monde entier prétend que les mêmes garanties sont inutiles. Pourquoi? La réponse semble être diverse : la fin justifie les moyens, ou tout le monde le fait, ou bon, ça fait gagner du temps. Pas de raisons impérieuses d'abandonner une procédure régulière ou des libertés civiles.

En dehors du secteur de la justice, des questions subsistent quant à la manière dont les profiteurs privés, les gouvernements et les chercheurs publics peuvent utiliser vos empreintes digitales faciales. Jusqu'à la fin de la procrastination législative, jusqu'à ce que les protections juridiques nécessaires soient prêtes pour les heures de grande écoute, il va de soi que nous exigeons un moratoire sur l'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale à Montréal.

Merci au conseiller Marvin Rotrand et Abdelhaq Sari, pour votre leadership, pour ce que vous faites pour les Montréalais, comme ma fille et sa grand-mère. Au SPVM, gardez vos empreintes digitales high-tech hors des visages de Montréal.

 

 

Lire la lettre au conseiller Rotrand
Lire notre Presse sur le moratoire technique

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada