Passer au contenu principal
rechercher

C'est une perte pour la vie privée dans une décision décevante de la Cour suprême rendue le 18 avril dans R contre Mills. La Cour a émis quatre motifs différents dans cette décision, reflétant les problèmes complexes en jeu dans une affaire qui combine une opération d'infiltration policière, une messagerie privée entre un agent se faisant passer pour une jeune fille et l'accusé sur une plateforme en ligne, et l'utilisation de technologie de capture d'écran pour enregistrer les conversations électroniques en cours, le tout sans mandat judiciaire.

L'ACLC est intervenue dans cette affaire pour faire valoir qu'une zone de confidentialité pour les conversations électroniques est essentielle dans une société libre et démocratique. Les Canadiens devraient pouvoir mener des conversations privées en tête-à-tête, sans ingérence de l'État. Nous avons également demandé à la Cour de confirmer que la conclusion R contre Marakah que les messages texte peuvent comporter des attentes raisonnables en matière de confidentialité se répercutent également sur d'autres formes de conversations électroniques, telles que les applications de messagerie omniprésentes que beaucoup d'entre nous utilisent comme alternative aux SMS.

Sur ce point, la Cour a convenu, avec la pluralité d'écrits, que les conversations électroniques en tête-à-tête en l'espèce « n'ont aucune distinction juridiquement significative avec les messages texte ». Cette confirmation d'une approche technologiquement neutre, qui met l'accent sur le caractère privé des conversations plutôt que sur la plateforme sur laquelle elles se déroulent, est une petite bataille gagnée.

Mais les juges Abella, Gascon et Brown concluent que les attentes de l'accusé en matière de vie privée dans cette affaire n'étaient pas objectivement raisonnables, car « les adultes ne peuvent raisonnablement s'attendre à une vie privée en ligne avec des enfants qu'ils ne connaissent pas ». Alors que l'art. 8 La protection de la Charte est généralement neutre quant au contenu, le fait que la relation a été conçue par la police et la nature socialement répugnante du leurre d'enfants pesaient plus lourdement dans les motifs rédigés par le juge Brown : « Cet appel implique un ensemble particulier de circonstances, où la nature de la relation et la nature de la technique d'enquête sont déterminantes.

Les juges Wagner et Karakatsanis ont présenté des motifs différents pour conclure à l'absence de par. 8 violation s'est produite. Ils ont constaté que lorsque des agents infiltrés communiquent par écrit avec des personnes, il n'y a pas de perquisition ou de saisie parce que l'agent est le destinataire prévu des messages. De même, dans la communication écrite, ils ont constaté que la capture d'écran du message ne nécessitait pas d'autorisation judiciaire car l'expéditeur, en engageant une conversation écrite, devait avoir compris que le destinataire aurait la possibilité de conserver une copie de cette conversation.

Seul le juge Martin a avancé la position selon laquelle la surveillance par l'État de la conversation privée était, en fait, une fouille qui violait l'art. 8, en l'absence d'autorisation judiciaire, et en outre, que le logiciel de capture d'écran constituait bel et bien une interception au sens de la Code criminel.

L'effet ultime de cette décision sur les opérations d'infiltration policière sera quelque chose à surveiller : sera-t-elle appliquée uniquement aux enquêtes impliquant des prédateurs sexuels et des enfants, ou la police l'interprétera-t-elle comme atténuant le besoin d'une autorisation judiciaire plus largement dans les opérations d'infiltration en ligne ? La police tentera-t-elle d'étendre le raisonnement pour l'appliquer à la surveillance d'autres populations vulnérables, comme les personnes ou les groupes racialisés? Les motifs du juge en chef Wagner et du juge Karakatsanis visaient à restreindre cette possibilité, soulignant que le simple fait qu'ils concluaient à l'art. 8 n'a pas été engagé dans cette affaire « ne signifie pas que les opérations policières d'infiltration en ligne seront jamais empiéter sur une attente raisonnable en matière de vie privée.

Les protections de l'article 8 de la Charte exigent un équilibre entre l'intérêt du public à être laissé tranquille et l'intérêt du gouvernement à faire appliquer la loi. Mais cet équilibre devrait se produire après, et non dans le cadre de l'attente raisonnable de l'analyse de la vie privée. Les motifs du juge Martin mènent finalement à la même décision que le reste de la magistrature, avec une analyse très différente. Elle déclare que la question à laquelle il faut répondre ne peut pas se concentrer uniquement sur les adultes qui communiquent en ligne avec des enfants dans un but malveillant, mais doit reconnaître les implications plus larges (que l'ACLC a également identifiées) qui sont au cœur de l'affaire, à savoir, « les membres de la société ont-ils un s'attendre raisonnablement à ce que leurs communications électroniques privées ne soient pas acquises par l'État à sa seule discrétion » ?

L'ACLC continuera de défendre ce dernier.

Nous remercions nos avocats pro bono Frank Addario et James Foy d'Addario Law Group LLP pour leur travail sur cette affaire.

Lire la décision de la Cour ici

Lisez le mémoire de l'ACLC ici 

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada