Passer au contenu principal
rechercher

La voix de l'ACLC a été entendue dans la décision de la Cour suprême du Canada rendue aujourd'hui à R contre Marakah et R contre Jones. Les décisions concernant les attentes raisonnables en matière de confidentialité devraient être prises sur la base de principes et non sur la façon dont fonctionnent les technologies. La Cour a envoyé un message clair, dans ces deux cas, que les individus ont un intérêt à la vie privée dans les conversations menées par des moyens électroniques.

Les affaires portaient sur des questions concernant les attentes raisonnables en matière de confidentialité dans les messages texte une fois qu'ils ont été envoyés et reçus. Les affaires ont également examiné la question connexe de savoir si les individus devraient avoir le droit légal de contester l'admissibilité de ces messages en preuve si les textes ne sont plus sous leur contrôle direct.

Les cas étaient ne pas à propos de – et l'ACLC l'a fait ne pas soutiennent - que la police ne devrait jamais être en mesure d'utiliser des messages texte dans une poursuite. Les cas demandaient si les droits à la vie privée d'un individu doivent être pris en compte et les autorisations judiciaires appropriées acquises, si les messages sont sur l'appareil d'un expéditeur ou d'un destinataire.

Le droit à la vie privée est protégé par l'article 8 de la Charte contre les perquisitions et saisies abusives.

Les observations de l'ACLC à la Cour ont fait valoir que le contrôle du téléphone ou du bureau où le message est trouvé ne devrait pas être le facteur décisif lorsqu'il s'agit de déterminer si une personne a une attente raisonnable en matière de confidentialité dans un message texte. La Cour a accepté. L'ACLC a expliqué que si la police lisait des messages émanant de la personne ou si le message s'adresse au noyau biographique de la personne – des informations qui la concernent intimement ou qui lui sont liées – alors cette personne devrait avoir qualité pour agir (le droit d'être entendue et de soulever des arguments) savoir si leur vie privée a été violée, qu'il contrôle ou non l'appareil ou le système d'où proviennent les messages.

La Cour a conclu que M. Marakah avait qualité pour faire valoir que ses droits protégés par la Charte contre les fouilles, les perquisitions et les saisies abusives avaient été violés.

Dans R v Jones, la Cour a de nouveau incorporé des facteurs avancés par l'ACLC et a souligné qu'un texte est une conversation électronique et une communication privée. La Cour a confirmé la condamnation, mais a confirmé qu'une personne qui rédige un texte a un intérêt direct en matière de confidentialité dans le contenu des conversations électroniques qui décrivent des aspects de son noyau biographique.

L'ACLC est représentée par Christine Lonsdale et Charlotte-Anne Malischewski de McCarthy Tétrault.

CONTACT:

Christine Lonsdale, avocate de l'ACLC, McCarthy Tétrault
416-601-8019
closdale@mccarthy.ca

Brenda McPhail, directrice du projet de confidentialité, de technologie et de surveillance, CCLA
416-646-1406
bmcphail@ccla.org

Lisez le mémoire de l'ACLC dans Maraka.
Lisez la décision de la Cour d'appel de l'Ontario dans Maraka et en Jones.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada