Passer au contenu principal
rechercher

Lors d'une victoire historique pour sept membres de l'INCLO, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a jugé que les pratiques de surveillance massive du Royaume-Uni violaient la vie privée et la liberté d'expression. Dirigés par Liberty UK, sept membres de l'INCLO, dont l'Association canadienne des libertés civiles, ont rejoint une coalition d'organisations non gouvernementales (ONG) à Strasbourg, en France, pour contester la légalité des agences de renseignement britanniques et américaines interceptant des communications privées en masse et partageant ces informations. données par le biais d'accords de partage de renseignements. Nous avons commencé notre défi après Les courageuses révélations 2013 d'Edward Snowden dans toute la mesure où les gouvernements sont prêts à nous espionner sans soupçon raisonnable. Aujourd'hui, nous célébrons les conclusions historiques du tribunal selon lesquelles le système britannique d'interception des communications était une violation illégale de la vie privée. Le régime britannique d'autorisation d'interception de masse a été jugé incapable de maintenir leur « ingérence » dans la vie privée de ce qui est « nécessaire dans une société démocratique ». La Cour a également souscrit à nos arguments selon lesquels l'interception massive de métadonnées – les informations « qui », « quand », « où » et « comment » qui font partie de chaque message électronique – est tout aussi intrusive que l'interception d'informations sur le contenu. La Cour a noté que bien que chaque élément de données révèle des détails, «En gros, le degré d'intrusion est amplifié, car les motifs qui émergeront pourraient être capables de peindre une image intime d'une personne grâce à la cartographie des réseaux sociaux, au suivi de la localisation, au suivi de la navigation sur Internet, à la cartographie des modèles de communication et à la connaissance des personnes avec lesquelles une personne a interagi. « L'ACLC est fière de partager cette victoire pour les droits à la vie privée et à la liberté d'expression avec nos collègues du monde entier », a déclaré le directeur exécutif de l'ACLC, Michael Bryant. « La décision d'aujourd'hui à la Cour européenne des droits de l'homme confirme que la surveillance de masse est incompatible avec les droits fondamentaux qui sont au cœur des démocraties fortes. Les membres de l'INCLO qui ont rejoint une coalition d'ONG comprenaient :

  • Liberty UK, American Civil Liberties Union (ACLU), Canadian Civil Liberties Association (CCLA), Egyptian Initiative for Personal Rights (EIPR), Hungarian Civil Liberties Union (HCLU), Irish Council for Civil Liberties (ICCL), Legal Resources Centre South Africa (LRC).

CE QUE CELA SIGNIFIE POUR LE CANADA

Bien que l'affaire Liberty UK ait porté sur des activités au Royaume-Uni, il s'agit « d'un problème mondial qui affecte chaque pays et chaque personne qui communique en ligne », note Bryant. De nombreux câbles sous-marins transportant la route du trafic Internet mondial à travers le Royaume-Uni, ce qui rend inévitable que les communications provenant du Canada soient fréquemment prises dans les activités de surveillance de masse du Royaume-Uni. De plus, le Canada participe à des activités de partage de renseignements avec le Royaume-Uni, les États-Unis et d'autres en tant que membre de l'alliance Five Eyes Intelligence. Non seulement les Canadiens sont touchés par le problème de la surveillance de masse, mais nous devons prêter attention à cette décision chez nous. Avec le projet de loi C-59, le nouveau projet de loi du Canada sur la sécurité nationale actuellement au Sénat, notre gouvernement doit examiner attentivement les dispositions de cette loi qui faciliter la surveillance de masse pour nous assurer que nos lois respectent les principes vitaux de la vie privée et de la liberté d'expression inscrits dans cette décision.

PLUS D'INFORMATION

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada