Passer au contenu principal
rechercher

Communiqué de presse, pour diffusion immédiate.

17 août 2020 

Le gouvernement de l'Ontario a mis fin à l'accès de la police à une base de données COVID-19 après qu'une contestation judiciaire a été déposée par les Services juridiques autochtones (ALS), le Black Legal Action Centre (BLAC), l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) et le HIV & Clinique juridique SIDA Ontario (HALCO).

Les données publiées dans le cadre de l'action en justice montrent que les services de police de l'Ontario ont effectué plus de 95 000 recherches dans la base de données pendant qu'elle était active. Plus de 40% de ces perquisitions ont été effectuées par deux services de police : le service de police de Thunder Bay et le service de police de la région de Durham. Le service de police de Thunder Bay, en particulier, a accédé aux renseignements personnels sur la santé de la base de données plus de 14 800 fois – un taux d'accès dix fois plus élevé que la moyenne provinciale – même si la région n'a signalé que 100 cas positifs depuis le début de la pandémie.

À la lumière de la décision du gouvernement de mettre fin à l'accès de la police à la base de données, les groupes ont mis fin aux poursuites contre la province. Ils demandent maintenant aux services de police locaux de détruire les renseignements personnels sur la santé auxquels la police a déjà eu accès et de mener des audits pour s'assurer que l'accès aux données à ce jour est conforme aux exigences politiques et légales.

« Nous sommes heureux que le gouvernement de l'Ontario se soit retiré de cette mesure intrusive et discriminatoire », a déclaré Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale de l'Association canadienne des libertés civiles. « Nous demeurons toutefois profondément préoccupés par les informations que les services de police de la province ont déjà amassées. En quelques mois, la police de l'Ontario a effectué des recherches dans la base de données des résultats des tests COVID plus de 95 000 fois. Nous avons écrit aux commissions de service de police et aux chefs de police de tout l'Ontario pour savoir ce qui est arrivé aux renseignements sur la santé de ces Ontariennes et Ontariens – qui y a accès et où ils sont conservés. Nous appelons la police à détruire les renseignements personnels sur la santé qu'elle a recueillis à ce jour. »

« Les Ontariens noirs ne connaissent que trop bien l'impact discriminatoire durable des informations stockées dans les bases de données de la police », a déclaré Ruth Goba, directrice générale de BLAC. « L'hyper-surveillance des communautés noires est une manifestation actuelle de notre histoire d'esclavage, et c'est cette histoire et son héritage qui sont directement responsables de notre état actuel d'iniquité en Ontario et au Canada. Le nombre impressionnant de Noirs ontariens qui font face au harcèlement, à la violence et même à la mort aux mains de la police est le résultat direct de l'iniquité systémique qui est au cœur de cette institution canadienne.

« Les autochtones connaissent un nombre disproportionnellement plus élevé d'interactions et de rencontres négatives avec la police. L'accès de la police à une base de données COVID-19 a enfreint les droits à la vie privée et n'a en rien augmenté la confiance entre les services de police et les communautés autochtones. » dit Caitlyn Kasper, avocate aux Services juridiques autochtones. « De plus, il n'y a aucune preuve que la création ou l'accès à une base de données COVID-19 était soit utile, soit considérablement amélioré la sécurité des intervenants de la police. Maintenant que l'accès à ces informations hautement privées n'est plus autorisé par la loi, les membres de la coalition estiment qu'il est crucial que les organisations policières répondent à notre demande d'informations complémentaires. Le public doit être informé de l'état actuel de la base de données COVID-19 et de la manière dont les forces de l'ordre ont utilisé ces informations. Les peuples autochtones et l'ensemble de la communauté de l'Ontario méritent de savoir que leurs renseignements personnels sur la santé ne seront pas utilisés à mauvais escient et qu'ils seront correctement détruits afin que leur sens de la vie privée puisse être rétabli.

"Les policiers, comme tous les premiers intervenants, doivent opérer en partant du principe que toute personne avec laquelle ils entrent en contact est un transporteur actif potentiel", a déclaré Khalid Janmohamed, avocat du personnel de HALCO. « L'implication de la police dans les questions de santé publique empêche des réponses efficaces en matière de santé publique. Nous avons besoin d'une réponse de santé publique, pas d'une réponse de police publique. »

Au début d'avril, le gouvernement de l'Ontario a adopté un décret d'urgence en vertu de la Loi sur la gestion des urgences et la protection civile qui a permis à la police d'obtenir les noms, adresses et dates de naissance des Ontariens qui avaient été testés positifs pour COVID-19. ALS, BLAC, CCLA et HALCO ont écrit au gouvernement pour exprimer leurs préoccupations quant à l'utilité et à la légalité du partage d'informations personnelles sensibles sur la santé. N'ayant reçu aucune réponse, les groupes ont déposé une requête judiciaire urgente contestant la décision du gouvernement de divulguer ces informations à la police parce qu'elles enfreignaient les protections provinciales en matière de protection de la vie privée et violaient les droits constitutionnels des individus à la vie privée et à l'égalité.

Le gouvernement a abrogé le règlement autorisant la base de données le 22 juillet 2020. Les groupes ont mis fin au litige le 10 août 2020 après avoir reçu des détails du gouvernement sur l'accès de la police locale à la base de données.

Pour plus de détails concernant l'action en justice et les données publiées par la province, veuillez consulter le site Web de l'ACLC, https://ccla.org/major-cases-and-reports/coronavirus/privacy-during-covid/ .

– 30 –

CONTACTS:

Caitlyn Kasper, Avocat, Services juridiques autochtones

Ruth Goba, directeur général, Black Legal Action Centre

Abby Deshman, Directeur du programme de justice pénale, CCLA

Khalid Janmohamed, Clinique juridique VIH et sida Ontario

Services juridiques autochtones (SLA) est un organisme juridique multiservices qui offre des services à la communauté autochtone en Ontario et ailleurs.

Le Centre d'action juridique des Noirs (BLAC) est une clinique juridique spécialisée à but non lucratif ayant pour mandat de lutter contre le racisme anti-noir individuel et systémique dans la province de l'Ontario.

Cette Association canadienne des libertés civiles (ACLC) est une organisation nationale non partisane et à but non lucratif qui œuvre à la protection des droits et libertés de tous au Canada.

Cette Clinique juridique VIH et sida Ontario (HALCO) est une clinique juridique communautaire qui offre des services juridiques gratuits aux personnes vivant avec le VIH ou le sida en Ontario, au Canada.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada