Passer au contenu principal
rechercher

Abby Deshman, directrice de la justice pénale pour l'Association canadienne des libertés civiles, a fait la déclaration suivante :

Nous continuons à parcourir les rapports, mais même une lecture rapide brosse un tableau profondément préoccupant de l'état des services de police.

L'image est inquiétante – mais ce n'est pas une surprise. Les communautés touchées partagent leurs expériences de discrimination, de harcèlement et de traumatisme aux mains de la police et du système de justice pénale depuis des décennies.

Nous avons également des données démontrant clairement le racisme systémique depuis des années. En 2018, la Commission ontarienne des droits de la personne a documenté, une fois de plus, le racisme systémique dans les services de police de Toronto, signalant que même si les Noirs représentaient 8,9% de la population de Toronto, ils représentaient plus du tiers des fusillades policières, 61,5% des cas de recours à la force par la police. qui ont entraîné la mort de civils et 70% de tirs de la police qui ont entraîné la mort de civils.

Aujourd'hui, nous avons encore plus de confirmation de ce que nous savions déjà.

La publication de ces données est essentielle. Mais ce n'est pas assez. Ce que les communautés demandent à juste titre, ce sont des actions concrètes qui mèneront à un réel changement pour les individus, les familles et les communautés.

La police doit prendre du recul et faire de la place aux soutiens des services sociaux et aux interventions de crise dirigées par des civils. Nous devons avoir une conversation sur la raison pour laquelle tous les appels au 911 vont à la police par défaut et comment nous pouvons changer cela. Nous devons poursuivre les conversations plus larges sur les meilleures façons - en dehors du système de justice pénale - d'assurer la sécurité de la communauté. Et nous avons besoin que le gouvernement à tous les niveaux écoute et agisse, transformant ces conversations en réalité.

Moya Teklu, directrice exécutive du Black Legal Action Centre, a fait la déclaration suivante :

Les données publiées aujourd'hui - comme les données publiées par la Commission ontarienne des droits de la personne en 2020 et 2018, ou les données publiées par le Toronto Star en 2012, ou les nombreuses études publiées auparavant - confirment à nouveau ce que les Noirs savent depuis des décennies. La police cible les Noirs aux fins d'arrestation, de détention, de fouilles à nu, d'agression.

Les données publiées aujourd'hui soulèvent un certain nombre de questions. Que feront les gouvernements pour guérir les victimes d'inconduites policières continues ? Comment vont-ils remédier à leur traumatisme, leur dégradation et leur humiliation continus ? Comment s'assureront-ils d'un véritable accès à la justice ?

La police continue de ne pas remplir son prétendu mandat. Ils continuent de ne pas servir et protéger les Noirs. Pourtant, année après année, tous les paliers de gouvernement continuent d'injecter de l'argent dans les services de police. Ils le font au lieu de financer les communautés noires. La solution n'est pas de fournir à la police plus d'argent pour les scanners corporels ou la formation. Il s'agit de décharger la police et de rediriger les fonds vers les services qui protégeront et serviront réellement et augmenteront la sécurité publique des Noirs. La police a montré qu'elle n'était pas à la hauteur.

Akwasi Owusu-Bempah, conseiller spécial sur le racisme contre les Noirs pour l'Association canadienne des libertés civiles, a fait la déclaration suivante :

Certains peuvent trouver ces découvertes choquantes, mais ce n'est absolument pas une nouvelle.

Les communautés s'expriment depuis des décennies.

Cette année marque le 20e anniversaire de la première série sur la race et le crime du Toronto Star. Il y a dix ans, j'ai montré comment les services de police de tout le Canada protégeaient activement les données fondées sur la race qu'ils recueillaient auprès du public.

Pendant tout ce temps, la police a continué à présenter les préoccupations de la communauté autour de ces questions comme anecdotiques tout en supprimant activement les données mêmes qu'elle a publiées aujourd'hui. Et bien qu'ils aient maintenant été forcés de divulguer ces informations, cela ne fournit toujours qu'une petite fenêtre sur la manière dont les Noirs et les autres communautés racialisées sont touchés de manière disproportionnée par les actions de la police.

La police a la capacité de fournir des données ventilées par race sur un large éventail d'interactions policières et de résultats, mais ce n'est pas le cas.

Leur stratégie actuelle de données basée sur la race est inadéquate. Il doit être considérablement élargi et accéléré. Il est temps d'arrêter de donner un laissez-passer à la police et d'exiger qu'elle commence à agir dans l'intérêt des communautés qu'elle prétend servir.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles
L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Personne-ressource pour les médias :
media@ccla.org
David Valentin, 514-913-5524

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada