Passer au contenu principal
rechercher

La Cour supérieure de l'Ontario a statué que la ville de Toronto n'avait pas respecté l'entente de règlement qu'elle avait signée avec notre coalition, n'avait pas créé de distanciation physique entre les lits et n'avait fait aucun effort pour le faire.

Le juge Sossin a confirmé dans son jugement que « tout manquement de la Ville à prendre toutes les mesures raisonnables pour respecter la norme de distanciation physique dans les refuges collectifs augmente un risque déjà important de propagation de COVID-19 à certains des membres les plus vulnérables de notre société. "

La Cour a critiqué l'interprétation de la ville des exigences de distanciation physique, car celles-ci ont été décidées « sans le bénéfice des conseils de santé publique ». Il a ordonné à la Ville d'obtenir ces conseils et de partager les résultats avec la coalition qui a lancé la contestation judiciaire. La décision oblige également la Ville à reprendre ses rapports réguliers à la coalition sur ses progrès dans la réalisation de la distanciation physique dans les refuges.

« Il ressort clairement de la décision du tribunal que la ville doit faire un meilleur travail pour protéger les personnes dans les refuges contre la transmission du COVID-19 », a déclaré Fareeda Adam du Black Legal Action Centre. « 651 personnes qui utilisent des refuges ont contracté le COVID-19 et quatre personnes sont décédées. Nous savons que ce virus affecte de manière disproportionnée les communautés noires, autochtones et autres communautés racialisées, ainsi que les personnes handicapées, et ces communautés sont également surreprésentées parmi les résidents des refuges. »

« La décision de la Cour confirme la position de la Coalition selon laquelle la Ville n'a pas fait assez pour réduire les risques de transmission de la COVID au sein du système d'hébergement de Toronto, et que l'affirmation de la Ville de conformité aux normes de distanciation physique était prématurée », a déclaré Jessica Orkin, conseillère juridique de la candidats. «Le jugement du juge Sossin garantira qu'à l'avenir, les décisions concernant l'éloignement physique au sein du système d'abris seront fondées sur des conseils fondés sur des preuves d'experts indépendants en santé publique.»

« Nous sommes heureux que la Cour ait convenu avec nous que les obligations de la Ville en vertu de l'entente de règlement restent en vigueur et a souligné l'importance d'une vigilance et d'un suivi continus du respect par la Ville de ses engagements juridiques », a déclaré Noa Mendelsohn Aviv de l'Association canadienne des libertés civiles. Association. « Avec l'augmentation du nombre de COVID-19, nous sommes préoccupés par les personnes qui utilisent des refuges, les personnes qui travaillent dans des refuges et l'ensemble de la communauté. »

« Cette affaire met en évidence la nécessité d'être vigilant quant à la protection de la santé des personnes qui utilisent les refuges », a déclaré Emily Hill, avocate principale aux Services juridiques autochtones. « Notre objectif est de protéger les peuples et les communautés autochtones de la propagation de la COVID-19. »

« Alors que la deuxième vague de Covid-19 est bien avancée et que la première neige pourrait voler n'importe quel jour, il est urgent et vital que la ville de Toronto fournisse enfin et pleinement un espace d'abris physiquement éloigné de manière appropriée à ses résidents les plus pauvres », a déclaré Doug Johnson Hatlem. , pasteur de rue avec Sanctuary Ministries of Toronto. « Des centaines de ces résidents restent dehors dans des tentes ou dorment dans la rue en raison de craintes légitimes de contracter une maladie mortelle et hautement contagieuse, et parce que les abris sont surpeuplés et pleins. »

« Il est important de se rappeler que les refuges sont une solution de fortune. Du point de vue de la santé, le véritable objectif devrait être d'amener les gens dans un logement convenable et permanent », a déclaré Kenneth Hale, directeur juridique du Advocacy Centre for Tenants Ontario.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada