Passer au contenu principal
rechercher

Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale à l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC), vient de faire la déclaration suivante :

« Nous sommes profondément déçus que le gouvernement ait choisi de faire du vote de ce soir une question de confiance. Ce matin, nous lui avons demandé d’annuler la déclaration de l’état d’urgence et, à défaut, de s’engager au moins à tenir un vote libre.

Au lieu de cela, il en a fait une question de confiance alors que de nombreux députés fédéraux avaient indiqué tant publiquement qu’en toute confidentialité que, s’ils en avaient l’occasion, ils voteraient contre la proclamation de l’état d’urgence.

Que cela soit clair : il n’y a aucune justification légale à l’utilisation de la Loi sur les mesures d’urgence. Les vastes pouvoirs que le gouvernement a accordés à la police restreignent les droits garantis par la Charte canadienne des droits et libertés dans tout le pays. Le risque d’abus est élevé. La déclaration de l’état d’urgence devrait être immédiatement révoquée.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada