Passer au contenu principal
rechercher

TalkRights propose du contenu produit par des bénévoles de l'ACLC et des entrevues avec des experts dans leurs propres mots. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les propres politiques ou positions de l'ACLC. Pour les publications officielles, les rapports clés, les prises de position, la documentation juridique et les dernières nouvelles sur le travail de l'ACLC consultez la section « LA DERNIÈRE » de notre site Web.

Depuis la fin des années 1960, Leo McGrady a publié le Guide du droit de la protestation et a voyagé à travers le pays en organisant des ateliers pour des particuliers et des organisations sur la désobéissance civile.

Dans le cadre du Talk Rights Project, l'ACLC lui a expliqué comment le guide a évolué au fil des ans, comment les manifestants utilisent l'innovation et la créativité pour combattre l'antipathie, et pourquoi certaines personnes appellent le moment actuel « une ère de protestation ».

ACLC : Vous ouvrez votre Guide du droit de la protestation avec une citation de Nathalie Des Rosiers, ancienne avocate générale de l'Association canadienne des libertés civiles : « Les riches ont leurs lobbyistes et les pauvres ont leurs pieds. Pour vous, quelle est la signification de ces mots ?

Léo McGrady : Ces mots s'adressent à l'écart sans cesse croissant entre les riches et les pauvres dans leur capacité d'influencer les décisions politiques dans notre pays. Nous n'avons pas une idée précise des sommes d'argent dépensées au Canada aux différents paliers politiques pour le lobbying, mais nous savons, d'après le rapport 2020-2021 de la commissaire au lobbying, qu'il y a environ 10 000 lobbyistes enregistrés — des particuliers et organisations — dans ce pays. Cela semble étonnant dans un pays qui ne compte que 38 millions d'habitants.

Comment la personne moyenne dans l'un ou l'autre pays contrecarre-t-elle leur influence ? C'est pourquoi j'ai trouvé les commentaires de Nathalie si précieux. Ils vont au cœur de cette iniquité.

Si vous me le permettez, je devrais également souligner que j'ai ajouté une autre citation (au guide) d'une personne que j'admire également. Celui-ci est de Delores Huerta, co-fondatrice avec Cesar Chavez, de la Travailleurs agricoles unis aux États-Unis et mère de 11 enfants : "Chaque instant est une opportunité d'organisation, chaque personne un militant potentiel, chaque minute une chance de changer le monde."

Il s'agit d'une femme héroïque de 91 ans qui continue d'être une organisatrice active de manifestations. Sa dernière peine de prison pour désobéissance civile remonte à quelques années seulement, en 2019.

ACLC : Pourquoi est-il si important pour vous, en tant qu'avocat, d'aider à éduquer les individus et les organisations sur le droit de la protestation ?

Léo McGrady :  On nous apprend tous à l'école et dans la société en général à quel point il est important de respecter la loi. Ce sont des valeurs importantes, mais je pense qu'il est également important de reconnaître qu'il y a des cas où la loi est mauvaise. C'est une mauvaise loi ou la loi est inadéquate, et ces lacunes doivent être portées à l'attention du public dans son ensemble, des législateurs et des politiciens afin que la loi puisse être modifiée. Parfois, il n'y a tout simplement aucun moyen de le faire, sauf en enfreignant la loi. C'est pourquoi il est important de faire de notre mieux pour éduquer les individus et les organisations sur le droit de manifester.

ACLC : Cette Guide du droit de la protestation est une ressource excellente et approfondie. Je sais que vous ne pouvez pas résumer l'ensemble de la ressource en une seule fois, mais quelle est la clé à retenir avec laquelle vous souhaiteriez que quelqu'un reparte après avoir lu le guide ?

Léo McGrady : Si je pouvais parler de quelques éléments clés à retenir – le premier et le plus important serait un commentaire du juge en chef de la Cour d'appel du Manitoba, Samuel Freedman.

La dernière personne que l'on s'attendrait à entendre parler de la valeur de la désobéissance civile serait un juge en chef - et l'un des juges en chef les plus admirés et respectés ! Mais il l'a fait. Il a dit: "Il y a eu des cas dans l'histoire humaine où la désobéissance à la loi s'est avérée bénéfique pour la loi et pour la société."

Il a cependant ajouté qu'il y a trois qualités à la désobéissance civile. Tout d'abord, c'est toujours paisible. Deuxièmement, ceux qui se livrent à la désobéissance civile doivent être prêts à accepter la peine résultant de la violation de la loi. Et troisièmement, leur but doit être d'exposer la loi violée comme étant immorale ou inconstitutionnelle, dans l'espoir qu'elle sera abrogée ou modifiée.

Le deuxième point à retenir est une étude du professeur Erica Chenoweth de Harvard. Son travail se concentre sur la résistance civile et les changements de régime, mais bon nombre de ses recommandations se sont révélées inestimables au fil des ans pour fournir des lignes directrices sur ce à quoi la désobéissance civile devrait ressembler pour être efficace.

Elle est arrivée avec quatre points : La première chose à faire est d'avoir une stratégie soigneusement élaborée, à long terme et imaginative. Son deuxième point est de s'engager dans une variété ou une gamme de tactiques. Troisièmement, les tactiques doivent être soigneusement séquencées sur une période de temps. Et quatrièmement, un groupe de participants-supporteurs diversifié, diversifié et en constante expansion est essentiel. Sans surprise, son étude a démontré que c'était le facteur le plus important.

ACLC : Certaines des formes de protestation les plus controversées que nous ayons vues au cours des deux dernières années sont en réponse aux mesures COVID-19. Avez-vous des idées sur l'équilibre entre les préoccupations légitimes de santé publique et les droits importants associés à la manifestation ?

Léo McGrady : Avec les formes traditionnelles de protestation et de désobéissance civile, il ne devrait pas y avoir de conflit entre les préoccupations de santé publique et les droits de manifester, à condition que les protestations soient menées selon les principes de base qui nous accompagnent depuis de nombreuses générations, popularisés par Gandhi, Martin Luther King Jr. ., puis mentionné par le juge en chef Freedman.

Dans la plupart des cas, il n'y a pas eu de conflit entre ces valeurs. Les manifestations ne se sont pas concentrées sur les prestataires de soins de santé, ni sur les hôpitaux, ni sur les cliniques, ni sur le personnel médical. C'est lorsqu'ils se concentrent sur ces sites physiques et sur ces individus que les protestations deviennent incontrôlables et deviennent lourdes et, à mon avis, deviennent insupportables.

ACLC : Dans le guide, vous dites que certaines personnes décrivent le moment actuel comme une « ère de protestation », – qu'est-ce qui, dans ce moment de l'histoire, pousse les gens à se tourner vers la désobéissance civile ?

Léo McGrady : Pendant de nombreuses décennies, il y a eu des exemples dramatiques de désobéissance civile. Mais il semble juste de décrire l'ère actuelle comme une « ère de protestation », et je pense qu'il y a plusieurs raisons à cela.

Le premier est la dégradation continue et de plus en plus rapide de notre environnement – par exemple les horribles incendies que nous avons vus récemment ici en Colombie-Britannique et ailleurs, ainsi que les inondations et autres catastrophes environnementales. Ces événements ont fait ressortir l'urgence des problèmes et mis en évidence la relative inactivité de nos politiciens.

Ensuite, je dirais l'inégalité croissante des revenus entre les personnes les mieux rémunérées au Canada et les autres. C'est devenu encore plus exagéré pendant la pandémie.

Et puis le troisième facteur qui a conduit à cet « âge de protestation » est l'abus et la négligence continus des membres de la communauté autochtone, illustrés par le nombre de femmes autochtones disparues et assassinées, et les découvertes de corps sur les anciennes propriétés des pensionnats, tous dans le contexte du refus des revendications territoriales et des revendications de pêche.

ACLC : Pensez-vous qu'il y a un risque que plus la désobéissance civile devient omniprésente, plus il est facile d'ignorer ou de coopter ? Comment avez-vous vu des mouvements innover pour vaincre l'antipathie ?

Léo McGrady : Je ne vois aucune preuve qu'il y ait eu le moindre signe d'antipathie. Au contraire, je pense qu'il y a des signes d'innovation constante et d'utilisation de tactiques imaginatives.

Par exemple, regardez les photos à la page 4 du guide d'octobre 2021 Les manifestants portent des masques à gaz, portent des kilts et jouent de la cornemuse lors de la manifestation du libre-échange des Amériques à Québec . De plus, ils ont construit cette merveilleuse catapulte médiévale en bois et l'ont apportée avec des boîtes d'ours en peluche avec eux à la manifestation. Ils ont catapulté les ours en peluche par-dessus la barricade, derrière laquelle se tenaient ces policiers militarisés et lourdement armés. Cela a attiré l'attention internationale. La protestation et la publicité qu'elle a attirée ont été couronnées de succès, et l'utilisation de ces tactiques innovantes et créatives y a contribué.

Un autre exemple, à la page 17, vient d'une manifestation de Greenpeace. Un brise-glace de Shell Oil, MSV Fennica, prévoyait de quitter Portland Oregon pour l'Arctique lors d'un voyage d'exploration pétrolière. Le navire devait naviguer sous le pont St John's sur la rivière Williamette pour quitter Portland. 13 manifestants de Greenpeace sont descendus en rappel du pont, bloquant ainsi le passage du navire. Ils ont été rejoints par un groupe de « kayakistes » de la Portland Climate Action Coalition. et le Center for Sustainable Economy à Port Townsend, Washington, qui bloquaient le fleuve. C'est un autre exemple de protestations innovantes couronnées de succès - pas seulement, car il y a eu une énorme publicité et un débat public - mais Shell a finalement décidé de se retirer de l'Arctique. Ces manifestations ont contribué à galvaniser l'opposition publique.

Le dernier exemple, à la page 5, de Montréal, est une protestation contre l'éviscération des pensions du secteur public provincial du Québec. Les manifestants se sont présentés en grand nombre, certains d'entre eux se déguisant en politiciens clés du Québec et en marionnettes plus grandes que nature, avec d'énormes têtes en papier mâché. Encore une fois, ce fut une démonstration très efficace utilisant des techniques innovantes et humoristiques.

ACLC : Le premier exemplaire du guide remonte à la fin des années 1960 et il a connu 17 itérations depuis lors. Pouvez-vous expliquer comment le droit de la protestation a changé à cette époque et, en particulier, pourquoi il était important pour vous de créer Cedar as Sister : Indigenous Law and the Common Law of Protests – A Guide to the Law of Protests ?

Léo McGrady : L'un des changements les plus significatifs est que nous voyons des gens manifester dans la rue alors qu'il y a vingt ans, nous n'aurions jamais été là.

Nous voyons des universitaires éminents participer à des manifestations, par exemple. La professeure Rita Wong de l'Université Emily Carr a récemment été condamnée à 30 jours de prison pour sa manifestation sur le site du pipeline Trans Mountain à Burnaby, en Colombie-Britannique. Nous voyons aussi des médecins et des avocats protester et être condamnés à des peines de prison.

Quant à savoir pourquoi il était important de créer une version du guide pour les Premières Nations, c'était initialement à la demande de l'avocat interne de la BC Civil Liberties Association, David Eby. Il m'a demandé si je serais intéressé à écrire une version spécifique du guide pour les Premières Nations, et j'ai bien sûr accepté de le faire.

J'ai apporté de nombreuses modifications au guide de l'édition Premières Nations. Par exemple, j'ai inclus une section sur les manifestations sur l'eau pour les manifestations de pêche qui étaient prévues pour la mi-côte par une communauté des Premières Nations – les Kitasoo/Xai'xais. J'ai voyagé à Klemtu et dans différentes parties de la province pour animer des ateliers. J'ai donné un atelier dans l'extraordinaire maison longue Wapp Gaits'ap à Terrace. C'était prévu pour une session de deux heures commençant à 18h00, et nous avons fini par aller jusqu'à 23h00. C'était inspirant. Je pense que j'ai appris plus pendant ces heures que dans n'importe quel autre quatre ou cinq ateliers combinés.

ACLC : Souhaitez-vous ajouter autre chose ?

Léo McGrady : Un dernier commentaire est de parler de la Ac Urgencest, qui vient d'être implémenté hier [14 février 2022]. À mon avis, la mise en oeuvre de cette loi soulève de sérieuses inquiétudes quant à la réaction excessive du gouvernement fédéral.

Nous avons vu les ressources policières existantes et la législation en vigueur fonctionner efficacement pour résoudre les problèmes soulevés par le blocage du pont Ambassador. Ce même itinéraire est maintenant ouvert. Les mêmes outils ont servi à déblayer le passage frontalier de Coutts en Alberta. Treize arrestations ont été effectuées et des armes à feu saisies, encore une fois en utilisant les méthodes policières traditionnelles et les forces de police traditionnelles. Le problème avec Ottawa, c'est qu'ils maintiennent qu'ils manquent de ressources pour résoudre le problème, mais ce n'est tout simplement pas le cas, comme nous l'avons vu à d'autres endroits au pays.

En somme, je pense que la mise en œuvre de la Loi sur les mesures d’urgence est une réaction excessive. Cela crée un précédent très dangereux et soulève de sérieuses inquiétudes quant à nos libertés civiles.

Auteur invité Emily Chan avec Leo McGrady, QC

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada