Passer au contenu principal
rechercher

TalkRights propose du contenu produit par des bénévoles de l'ACLC et des entrevues avec des experts dans leurs propres mots. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les propres politiques ou positions de l'ACLC. Pour les publications officielles, les rapports clés, les prises de position, la documentation juridique et les dernières nouvelles sur le travail de l'ACLC consultez la section « LA DERNIÈRE » de notre site Web.

Le droit de se rassembler et de manifester est fondamental dans une société démocratique. Au Canada, il est également protégé en vertu de la Charte des droits et libertés.

Mais cela ne signifie pas que les gouvernements n'ont pas tenté de restreindre les droits de manifestation dans le passé. En fait, en 2019, l'Association canadienne des libertés civiles a mené son combat pour défendre le droit de manifester pacifiquement jusqu'à la Cour suprême du Canada - et a gagné.

Plus récemment, le gouvernement de l'Alberta a adopté une droit contentieux certains disent restreint le droit de se rassembler et de manifester dans la province. Voici de plus près le Loi sur la défense des infrastructures essentielles, pourquoi il a des critiques concernés, la lutte juridique pour l'abattre et la dernière extension de ses pouvoirs controversés.

Qu'est-ce que la loi sur la défense des infrastructures critiques ?

Cette Loi sur la défense des infrastructures essentielles est entré en vigueur le 17 juin 2020. La loi était largement considérée comme la réponse du gouvernement de l'Alberta à Blocages dirigés par les autochtones qui a surgi à travers le pays cette année-là en solidarité avec les chefs héréditaires Wet'suwet'en qui combattaient le Coastal Gaslink Pipeline.

La loi utilise un langage large pour interdire volontairement d'entrer, d'endommager, d'obstruer, d'interrompre ou d'interférer avec les « infrastructures essentielles », qui sont définies dans la loi comme incluant les autoroutes, les chemins de fer, les sites de sables bitumineux ou les mines, et plus encore. La loi s'étend également au « terrain sur lequel se trouvent les infrastructures essentielles et à tout terrain utilisé en rapport avec les infrastructures essentielles ».

Les peines pour violation de la loi vont d'amendes de 1 TP3T 1 000 à 1 TP3T 10 000 et/ou jusqu'à six mois de prison pour une première infraction. Toute personne reconnue coupable d'une récidive « en rapport avec les mêmes locaux » est passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 25 000 $ et/ou de six mois de prison.

Pourquoi les critiques sont-ils concernés ?

Avant même l'entrée en vigueur officielle de la loi, les Albertains tiraient la sonnette d'alarme.

Dans un article publié le alaw.ca, avocats et professeurs Jennifer Koshan, Lisa Silver, et Jonnette Watson Hamilton craignaient que la loi ne viole Charte les droits à la « liberté d'expression (s 2(b)), la liberté de réunion pacifique (s 2(c)), la liberté d'association (s 2(d)), le droit à la liberté (s 7) et le droit à l'égalité (art. 15) ».

"Dans une démocratie, les personnes engagées dans des manifestations pacifiques doivent être libres de manifester dans des lieux sûrs - des endroits où elles ne sont pas susceptibles d'être arrêtées et punies simplement pour être présentes dans un espace public", ont écrit Koshan, Silver et Hamilton. «Ce que nous voyons dans le projet de loi 1 est une tentative du gouvernement de l'Alberta de pénaliser toutes les manifestations qui sont des activités de groupe et peut-être aussi une entrée individuelle dans les infrastructures essentielles.»

Le Centre de recherche sur les libertés civiles de l'Alberta a également mis en cause la constitutionnalité du Loi sur la défense des infrastructures essentielles. Dans un blog intitulé "La constitutionnalité de la Loi sur la défense des infrastructures essentielles (ACDI)», a déclaré le centre, l'article 2(1) de la loi pourrait « sérieusement affecter » les manifestations pacifiques.

"Par exemple, la manifestation Black Lives Matter qui a eu lieu … en juin 2020 serait une infraction si les manifestants n'obtenaient pas l'autorisation de manifester de la Couronne", indique le blog.

Élargir la loi en vertu de la COVID-19

Le 28 septembre 2021, L'Alberta a annoncé cela étendrait la portée de AC de défense des infrastructures critiquest pour inclure les hôpitaux et autres établissements de santé, suite à une vague de protestations contre les vaccinations COVID-19.

«Cela désignera les hôpitaux et autres établissements qui fournissent des services de santé comme des infrastructures essentielles protégées en vertu de la loi sur la défense des infrastructures critiques», Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, a déclaré.

Lisa Young, professeure à l'École de politique publique de l'Université de Calgary, a réagi à l'expansion avec prudence, notant que la loi reste «controversée» dans l'ensemble.

"Je pense qu'il y a un sentiment que c'est un acte positif dans ce contexte particulier." Young a déclaré à Global News. "Il s'agit en fait d'une législation controversée dans d'autres contextes car elle interfère avec le droit de manifester."

Une contestation judiciaire

Le Syndicat de la fonction publique de l'Alberta (AUPE) lancé une contestation judiciaire contre la Loi moins d'une semaine après son entrée en vigueur. Le le syndicat a fait valoir la Loi viole les droits de la Charte, y compris la liberté d'expression, la liberté de réunion et la liberté d'association, et que le langage de la Loi est vague et trop large.

Le 14 décembre 2021, cependant, le La Cour d'appel de l'Alberta a refusé d'accorder la qualité pour agir à l'AUPE, et a radié la déclaration du syndicat.

« Il n'est pas approprié de tenter de se prononcer sur la constitutionnalité de la Loi sur la défense des infrastructures essentielles … basé simplement sur des hypothèses », le tribunal a dit.

En réponse, Patrick Nugent, avocat à l'AUPE, a déclaré au Calgary Herald, "Ce n'est pas la fin de l'histoire. . . L'AUPE sera prête à contester le projet de loi 1 si l'un de ses membres est accusé d'une infraction alors qu'il participe à tout type de manifestation ou d'action liée au travail.

Auteur invité Emily Chan

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada