Passer au contenu principal
rechercher

La Cour d'appel de l'Ontario a une fois de plus rendu une décision cinglante au gouvernement sur son recours à l'isolement cellulaire et son échec, encore une fois, à corriger les failles comme ordonné il y a 16 mois. Si vous êtes préoccupé par le recours à l'isolement cellulaire dans les prisons canadiennes, acceptez avec les tribunaux et les enquêtes que l'isolement prolongé est un traitement cruel et inhabituel, et croyez que l'isolement ne devrait pas être une option pour les personnes vulnérables, vous n'êtes pas seul. Compte tenu des nombreuses décisions, des délais presque manqués et des demandes de prolongation, nous avons pensé qu'il pourrait être utile de fournir une brève mise à jour sur notre défi et sur les raisons pour lesquelles le gouvernement devrait cesser de se battre.

L'essentiel : malgré le fait que l'ACLC a remporté sa contestation en décembre 2017, le gouvernement n'a pas réformé son régime d'isolement, n'a pas corrigé les failles constitutionnelles constatées par les tribunaux et n'a pas adopté de nouvelle législation. Ce qu'il a fait est combattu, fait appel, fait à nouveau appel, et à 5 occasions distinctes (et ce qui compte) a demandé aux tribunaux du temps pour fixer ou retarder la fixation de la loi. Et pendant ce temps, les gens passent de longues périodes dans les prisons du Canada dans des conditions épouvantables et un isolement extrême. Il est maintenant grand temps. Le gouvernement doit cesser de se battre devant les tribunaux et commencer à faire les réformes nécessaires dans nos prisons.

Quant à savoir où en sont les choses, en décembre 2017, la Cour supérieure de l'Ontario a convenu avec les témoins experts de l'ACLC sur les méfaits dévastateurs de l'isolement. Elle a conclu que le régime actuel connu sous le nom d'isolement préventif était inconstitutionnel parce qu'il ne prévoyait pas un examen indépendant des décisions de placer ou de maintenir quelqu'un en isolement. Le gouvernement n'a pas fait appel de cette décision et c'est toujours une bonne loi. Cependant, le gouvernement a dit qu'il avait besoin de temps pour amender la loi et a demandé 12 mois. Malgré les objections de l'ACLC, la Cour supérieure a accordé au gouvernement les 12 mois complets demandés.

Dix mois plus tard, le gouvernement a déposé le projet de loi C-83 en octobre 2018. Cependant, ce projet de loi a ne pas régler toute question soulevée par l'ACLC, y compris la question de l'examen indépendant ordonné par la Cour supérieure. Le gouvernement a alors demandé plus de temps à la Cour d'appel de l'Ontario pour adopter ce projet de loi. La Cour d'appel a exprimé de sérieuses réserves sur ce délai et sur le fait que le projet de loi ne résolvait pas la question de constitutionnalité telle que constatée par la juridiction inférieure, mais a accordé une prolongation jusqu'au 30 avril.e 2019. À l'approche de cette date, le gouvernement a fait une nouvelle demande de plus de temps. La Cour d'appel a accordé cela aussi, "avec beaucoup de réticence", jusqu'au 17 juine, tout en précisant que c'était la dernière fois.

Voilà où en sont les choses avec la décision émanant de la Cour supérieure.

Pendant ce temps, l'ACLC, bien que satisfaite de notre victoire en première instance, n'était pas entièrement satisfaite du résultat. La juridiction inférieure avait seulement statué que l'absence d'examen indépendant était inconstitutionnelle. L'ACLC avait également fait valoir qu'il y avait d'autres aspects inconstitutionnels du régime d'isolement cellulaire, notamment l'isolement cellulaire prolongé (plus de 15 jours) et le placement de personnes vulnérables (telles que les personnes atteintes de maladie mentale et les jeunes) en isolement. Et donc l'ACLC a fait appel de notre propre victoire devant la Cour d'appel de l'Ontario – et a encore gagné.

Dans une autre grande victoire, la Cour d'appel de l'Ontario a statué que l'isolement cellulaire prolongé équivalait à un traitement cruel et inusité et était inconstitutionnel. La Cour a donné au gouvernement 15 jours pour régler le problème.

Il n'est peut-être pas surprenant d'apprendre qu'en interjetant appel de cette décision à la Cour suprême, le gouvernement a également demandé à la Cour suprême, vous l'aurez deviné, plus de temps. Cette fois, le gouvernement a demandé de retarder la mise en œuvre de la décision de la Cour d'appel sur l'isolement prolongé. La Cour suprême a accordé un délai, mais seulement jusqu'à la prochaine phase du processus, qu'elle a entendue de manière accélérée. À ce stade, la Cour suprême rendra sa décision quant à savoir si le gouvernement doit se conformer à la décision de la Cour d'appel de mettre fin immédiatement à l'isolement cellulaire prolongé – ou s'il peut attendre que la Cour suprême entende l'intégralité de l'appel.

Si tout cela semble terriblement complexe et Sysphean, c'est et ce n'est pas. Il est vrai que le gouvernement fait perdre du temps et des ressources aux contribuables. Il est vrai que le gouvernement n'a pas encore mis en place un processus d'examen indépendant tel qu'ordonné par la Cour supérieure ou mis fin à l'isolement prolongé tel que requis par la Cour d'appel. Mais le gouvernement a entre-temps trouvé discrètement des solutions pour de nombreuses personnes autrefois hébergées en isolement. Le nombre de ces unités aurait chuté de 59% au cours des 5 dernières années. Donc, ce que le gouvernement prétend ne pas pouvoir faire et a besoin de plus de temps pour le faire, il le fait néanmoins. Tout ce qu'il faut, semble-t-il, c'est de la patience, de la force et la détermination de faire les choses correctement.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada