Passer au contenu principal
rechercher

Ce qui suit est une réimpression d'une lettre envoyée par des organisations et des individus concernés, y compris l'ACLC, au Dr James Andrews, coroner régional principal pour la région du Centre, bureau de l'Est de Toronto.

Cher Dr Edwards :

En tant que groupe d'organisations et d'individus concernés, nous vous soumettons ce mémoire concernant la portée de l'enquête sur la mort d'Andrew Loku, qui a été abattu par un membre du service de police de Toronto.

Nous pensons qu'il est impératif que l'enquête tienne compte du rôle et de l'impact des idées et des attitudes conscientes ou inconscientes envers les personnes ayant des problèmes de santé mentale et de race (en particulier le racisme anti-noir) dans les actions policières. De plus, ces questions devraient être examinées séparément et de manière intersectionnelle afin de mieux comprendre comment elles influencent les décisions et les réponses des policiers sur les lieux.

Nous comprenons que les questions auxquelles vous tenterez de répondre sont :

  1. Qui était le défunt ?
  2. Où est-il mort?
  3. Quand est-il mort?
  4. Comment le décès est-il survenu (c.-à-d. cause médicale) ?
  5. Par quels moyens le décès est-il survenu ?

Nous estimons respectueusement que pour faire des recommandations qui auront un impact et pour répondre aux cinq questions de l'enquête Loku, il sera important de comprendre la culture et la formation policières en vigueur, et comment celles-ci influent sur les perceptions policières des personnes noires et des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale.

Il existe d'importantes recherches et d'autres preuves documentaires que la discrimination systémique, le racisme anti-noir et le profilage racial ont une incidence sur les résultats des interactions entre la police et la communauté dans des circonstances individuelles. Et, il existe des données pour étayer la conclusion qu'un nombre disproportionné d'hommes noirs vivant avec des problèmes de santé mentale sont abattus par la police. Cependant, à ce jour, et au meilleur de notre connaissance, à part l'enquête Carby actuellement en cours, aucune enquête du coroner n'a délibérément abordé la question de la race et du racisme anti-noir dans la mort de personnes noires aux mains de la police.

Le profilage racial a été reconnu à maintes reprises par les cours, les tribunaux, les universitaires, la communauté, les médias et la police elle-même comme un problème dans le maintien de l'ordre. En effet, la Commission des services policiers de Toronto et le service de police de Toronto se sont eux-mêmes préoccupés de la question des services policiers de discrimination raciale et ont envisagé un certain nombre de mesures pour y faire face, notamment une formation obligatoire sur les préjugés implicites.

Nous vous soumettons respectueusement que la seule façon de comprendre complètement « par quels moyens » M. Loku est décédé est donc de considérer l'impact du profilage racial dans ce cas.

De plus, nous soutenons qu'il existe une intersection socialement significative entre la race et la santé mentale qui peut influer sur les décisions des agents concernant le recours à la force. Les personnes noires souffrant de problèmes de santé mentale peuvent être plus susceptibles d'être présentées comme un risque pour la sécurité/la sécurité que les autres personnes. Certains craignent que la police soit plus susceptible de recourir à la force dans ses interactions avec les Afro-Canadiens en raison de stéréotypes qui incluent la croyance qu'ils sont enclins à la violence. La mort aux mains de la police de plusieurs personnes noires vivant avec des problèmes de santé mentale a renforcé cette croyance. À tel point, en fait, qu'en 1999, des organismes de santé mentale, des organismes de lutte contre le racisme, la commission des services policiers et le service de police ont organisé conjointement une grande conférence intitulée « Sauver des vies : Alternatives à l'utilisation de la force létale ». Pourtant, les morts ont continué. Si l'enquête doit aider à prévenir de futurs décès, nous pensons qu'il est essentiel que l'enquête tienne également compte des preuves sur la question de l'intersectionnalité de la santé mentale et de la race dans la mort de M. Loku, en faisant spécifiquement référence à son identité racialisée en tant qu'homme noir. du Soudan du Sud.

Enfin, comme les questions que nous vous exhortons à considérer sont historiquement et juridiquement complexes, il serait crucial que l'avocat du coroner et d'autres personnes nommées ou affectées à l'enquête aient les compétences et l'expérience requises pour examiner l'impact de la race et du racisme sur les interactions entre la police et la communauté. Cela est nécessaire pour garantir que les preuves appropriées et nécessaires peuvent être prises en compte, les facteurs qui ont contribué au décès peuvent être analysés en profondeur - y compris une analyse raciale - et des recommandations peuvent être formulées qui auraient un impact significatif sur les défis complexes à surmonter pour prévenir les décès futurs.

Ainsi, pour que les recommandations améliorent véritablement la probabilité de prévenir des décès similaires à l'avenir, nous vous exhortons à reconnaître et à inclure l'intersection entre la race, les problèmes de santé mentale et le racisme anti-noir dans la formulation de la portée de cette enquête.

En terminant, nous tenons à vous assurer que nous ne tirons aucune conclusion sur les conclusions de l'enquête. Nous pensons que pour restaurer la confiance du public dans les enquêtes sur les décès de personnes noires et ayant des problèmes de santé mentale lors de rencontres avec la police, il doit y avoir une exploration complète de ces caractéristiques de l'affaire.

Merci pour votre considération. Veuillez nous contacter si nous pouvons vous aider davantage.

Sincèrement,

Alok Mukherjee
Professeur invité distingué
Bureau de l'équité, de la diversité et de l'inclusion / Département de criminologie
Université Ryerson

SIGNATURE AU NOM DES PERSONNES ET ORGANISATIONS SUIVANTES :

Abdillahi
Professeur adjoint, École de service social, Université Ryerson
Président, Conseil d'administration, Across Boundaries: An Ethnoracial Mental Health Centre

Pat Capponi
Facilitatrice principale, Voices from the Street

Pat Case
Président, Conseil d'administration, Centre d'assistance juridique en matière de droits de la personne

Jennifer Chambers
Directeur exécutif, Conseil d'habilitation

Lana Frado
Directeur exécutif, Services d'assistance Sound Times

Steve Lurie
Directeur exécutif, Association canadienne pour la santé mentale – succursale de Toronto

Renu Mandhane
Commissaire en chef, Commission ontarienne des droits de la personne

Kwame McKenzie
PDG, Institut Wellesley

Noa Mendelsohn Aviv
Directrice, Programme d'égalité, Association canadienne des libertés civiles

Howard Morton
Syndicat des avocats de l'Ontario

Anne-Marie Singh
Professeur agrégé, Département de criminologie, Université Ryerson

Knia Singh
Société Osgoode contre les injustices institutionnelles

cc : Dr Dirk Huyer, coroner en chef
cc : Première ministre Kathleen Wynne
cc : Patrick Brown, député provincial
cc : Andrea Horwarth, députée provinciale
cc : Ministre Michael Couteau
cc : Ministre Eric Hoskins
cc : Sam Erry, sous-ministre adjoint, Direction générale de la lutte contre le racisme en Ontario
cc: Black Lives Matter Toronto

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada