Passer au contenu principal
rechercher

Être un pays démocratique mature avec une déclaration des droits constitutionnelle signifie qu'une modification comportementale instantanée et massive, quelles que soient les circonstances, est impossible. La démocratie rendra des points de vue divergents. L'unanimité peut être plausible dans un pays habitué aux ordres tyranniques. Mais pas canadien. Essayer de contrôler notre sortie de cette pandémie est sans imagination, parfois inconstitutionnel et inefficace.

Lorsque les règles n'ont pas de sens, les gens arrêtent d'écouter ceux qui détiennent l'autorité.

Lorsque les lois sont inapplicables ou indéchiffrables, les gens les ignorent.

Lorsque l'application est injuste et arbitraire, les gens deviennent moins conformes et plus provocants. Ils se concentrent moins sur le fait d'essayer d'obéir aux règles et pensent davantage à essayer de ne pas se faire prendre.

En quelques semaines, nous avons vu des restrictions radicales à notre liberté, de nouvelles lois, des amendes élevées, de nouveaux pouvoirs d'exécution. La plupart d'entre nous ont, à ce jour, été prêts à renoncer à une énorme liberté à la demande des gouvernements. Des vies sont en jeu ; nous nous engageons tous.

De toute évidence, cependant, beaucoup d'entre nous sont sur le point d'entrer dans une nouvelle phase des relations citoyens-gouvernement. La police en cas de pandémie a pris une tournure punitive. À Ottawa, le week-end dernier, le Service de police d'Ottawa n'a émis de contravention ni accusé personne pour une infraction liée à la COVID. Mais les agents des règlements d'Ottawa étaient en force. Luke était en promenade avec ses deux enfants – 11 mois et 4 ans – lorsqu'il a reçu un billet $880 pour avoir marché sur la pelouse au lieu du sentier du parc. Peu importe qu'il s'était déplacé là-bas pour maintenir une distance appropriée avec les autres utilisateurs du parc. Pas d'avertissement, juste une amende. Un autre homme a été condamné à une amende alors qu'il promenait seul son chien dans un parc. Un autre encore était en train de taper dans un ballon avec son enfant dans un carré d'herbe près de sa maison. Il n'était même pas sûr d'être dans un parc. Il a essayé de demander à l'agent des règlements qui s'est approché de lui, mais a obtenu une contravention au lieu d'une réponse.

Ce ne sont pas des actes de personnes défiant de manière flagrante des règles claires et mettant en danger la santé publique. Il n'y avait pas de rassemblements de masse, pas de fêtes, pas de barbecues. Ce sont des gens qui essaient de naviguer dans notre étrange réalité et de vivre selon les nouvelles normes. Ils essaient de suivre les directives de santé publique et de faire ce qu'il faut. En d'autres termes, ce sont des gens qui font exactement ce que nous voulons que les gens fassent.

Et lorsqu'une approche de santé publique est rejetée en faveur d'une approche d'application de la loi, les individus qui subissent de plein fouet les mesures punitives sont ceux qui sont le plus à risque en premier lieu. Ceux qui vivent dans la rue, ceux qui luttent contre la santé mentale ou les dépendances, ceux qui sont visiblement différents.

L'imposition d'amendes $750 aux sans-abri, comme cela s'est produit récemment à Hamilton, ne nous aidera pas à « prendre le virage ». Cependant, cela conduira ces gens dans les coins les plus sombres de nos villes, où ils seront encore plus loin de l'aide dont ils ont besoin.

À son honneur, l'Association canadienne des chefs de police a clairement indiqué que « À l'heure actuelle, les efforts de la police sont principalement axés sur l'information et l'éducation du public; la capacité d'exécution est considérée comme une considération secondaire dans la plupart des cas. [L]'accent est mis sur l'éducation pour assurer la conformité. L'application de la loi est généralement considérée comme un dernier recours et est susceptible de se concentrer sur les récidivistes. » Le défi sera, au fur et à mesure que les jours se transforment en semaines et les semaines en mois, de s'assurer que cette détermination se transforme en actions et qu'elle ne faiblit pas. Ce sera également un défi de s'assurer que nos dirigeants élus partagent ces priorités. L'agent administratif qui a verbalisé Luke a convenu qu'il n'était près de personne ni ne jouait avec quoi que ce soit sur le terrain, mais a déclaré qu'ils devaient encore lui infliger une amende car ils étaient "sous beaucoup de pression pour émettre des contraventions".

Le seul moyen d'y parvenir est d'adopter une approche de santé publique solide et démocratique. Les dirigeants élus frustrés par le comportement public devraient être plus autocritiques que remuer les doigts. Nos dirigeants doivent mieux diriger, par un meilleur exemple, par un meilleur plaidoyer, et non en exerçant des pouvoirs pour punir des comportements jusque-là bénins. Prise de décision fondée sur des preuves. L'éducation du public sur les causes, les effets. Soutiens sociaux. Plus d'éducation. Plus de soutiens. Plus de carottes que de bâtons. Peut-être que certains soutiens économiques seront assortis de conditions, incitant à une conduite pro-santé publique fondée sur des preuves. Etc. C'est épuisant. Parfois frustrant. Mais bienvenue dans notre nouvelle réalité.

Les nouvelles règles sous lesquelles nous vivons doivent être strictement nécessaires, proportionnées et rationnelles. Ils doivent être clairement et systématiquement expliqués à la population. Puis ré-expliqué. Les dirigeants doivent être clairs, fermes, patients et compréhensifs, même face à une pandémie en évolution. Les restrictions à la liberté doivent être fondées sur la loi. Et toute mesure d'exécution punitive doit être exercée avec retenue, réservée en dernier recours absolu.

La confiance du public diminue lorsque nous sentons que la police et les politiciens sont plus préoccupés par les quotas que par la sécurité. Et maintenant plus que jamais, nous devons préserver la confiance démocratique et la bonne volonté, et non la gaspiller.

Abby Deshman
Directeur de programme, Justice pénale

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada