Passer au contenu principal
rechercher

Aujourd'hui, les Prison Pandemic Papers ont été lancés en ligne, mettant à disposition des documents gouvernementaux inédits obtenus à l'aide de demandes d'accès à l'information et d'accès à l'information soumises aux gouvernements du Canada. Ces dossiers donnent un aperçu de la réponse à la COVID-19 des autorités carcérales fédérales, provinciales et territoriales, ainsi que de l'impact de la pandémie sur les personnes incarcérées et celles qui travaillent dans des environnements collectifs de mise en cage humaine. La publication de ces documents par le Prison Pandemic Partnership fait suite à la publication d'un article de l'initiative dans Options politiques publié hier qui a retracé la flambée des cas de COVID-19 derrière les barreaux lors de la vague Omicron au cours des trois derniers mois au cours desquels les infections ont dépassé celles au Canada. prisons, prisons et pénitenciers tout au long des 21 premiers mois de la pandémie.

Le Dr Kevin Walby, professeur agrégé de justice pénale et directeur du Centre d'accès à l'information et à la justice de l'Université de Winnipeg, a dirigé la collection des Prison Pandemic Papers. Réfléchissant aux difficultés rencontrées pour obtenir les dossiers gouvernementaux recherchés par le biais de demandes d'accès à l'information et d'accès à l'information, il note : « Les dossiers précédemment inédits que le Prison Pandemic Partnership a publiés aujourd'hui offrent une fenêtre sur la transparence et le secret du gouvernement en temps de pandémie. Comme le révèlent la quantité et la qualité des dossiers obtenus de certains gouvernements et la rareté des documents obtenus d'autres, certaines juridictions prennent le droit du public de savoir plus au sérieux que d'autres. Il est troublant de voir les déserts de secret et de transparence qui existent, en particulier dans des juridictions comme le Québec et l'Alberta, qui laissent beaucoup d'inconnues sur les réponses et les impacts de la COVID-19 sur leurs prisons ».

Le Dr Justin Piché, professeur agrégé de criminologie à l'Université d'Ottawa et membre du projet d'éducation sur la criminalisation et la punition, a trié et organisé les documents Prison Pandemic avec Sarah Speight, candidate au doctorat en géographie à l'Université d'Ottawa. Piché décrit les types de dossiers que le Prison Pandemic Partnership a réussi à obtenir : « Les lieux de rassemblement ont été durement touchés par la COVID-19 tout au long de la pandémie qui entrera bientôt dans sa troisième année. Cela est évident dans les Prison Pandemic Papers que nous avons obtenus documentant les protocoles de prévention, de gestion et de traitement des maladies, les changements dans le nombre de prisonniers et de personnel, les visites et les programmes annulés et modifiés, l'utilisation de la ségrégation et des confinements, y compris au nom des quarantaines médicales et de l'isolement. , recours à la force, résistance des prisonniers sous forme de grèves de la faim, protestations et refus de se présenter au décompte, griefs des prisonniers et du personnel, inspections sanitaires et du travail, vaccination, etc. Speight ajoute : « Comme le révèlent les documents, les politiques et pratiques pénitentiaires adoptées pendant la pandémie ont rendu encore plus austères les conditions de détention déjà austères. Alors que la pandémie carcérale se poursuit, il est essentiel que les tribunaux et les gouvernements fassent ce qu'ils peuvent pour réduire l'emprisonnement afin de réduire la transmission de la COVID-19 et l'exposition à des conditions de torture qui compromettent la santé publique et la sécurité de la communauté ».

Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale de l'Association canadienne des libertés civiles, conclut en notant : « Les Prison Pandemic Papers ont été créés comme une ressource pour les personnes emprisonnées et leurs proches, les organisateurs communautaires et les défenseurs, les chercheurs, les journalistes, les avocats, les décideurs. , et les membres du public pour en savoir plus sur la manière dont les gouvernements réagissent à la COVID-19. La publication de ces documents aujourd'hui est également une invitation pour les autres à déposer leurs propres demandes d'informations qui peuvent contribuer à cet effort collectif de connaissances et d'action, et à travailler ensemble vers une plus grande transparence, responsabilité et changement ».

Liens vers les documents sur la pandémie de prison :

À propos du Partenariat en cas de pandémie carcérale :

Le Centre d'accès à la justice et à l'information (CAIJ) promeut la recherche d'intérêt public en utilisant la liberté d'information (FOI) et la loi sur l'accès à l'information (ATI). Le CAIJ favorise les collaborations entre les chercheurs en sciences sociales et humaines, ainsi que les défenseurs de l'accès, les journalistes d'investigation et les professionnels du droit de partout au Canada et d'ailleurs.

Le projet d'éducation sur la criminalisation et la punition (CPEP) s'engage dans la recherche et l'organisation communautaire pour réduire l'utilisation et les méfaits de l'emprisonnement à court terme, tout en travaillant vers un avenir abolitionniste. Le groupe préconise un accès élargi aux soutiens communautaires et à la justice transformatrice pour prévenir et répondre aux préjudices sociaux.

L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) est une organisation indépendante à but non lucratif qui compte des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Ces trois organisations se sont réunies pour former le Prison Pandemic Partnership, qui examine l'impact de la COVID-19 sur les prisons, les prisons et les pénitenciers à travers le pays. Le partenariat est financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (Partnership Engage Grant 1008-2020-0238).

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada