Passer au contenu principal
rechercher

29 mars 2020

Le maire John Tory
Ville de Toronto
100, rue Queen Ouest, Toronto, ON M5H 2N2

Par courriel : mayor_tory@toronto.ca

Cher maire et conseiller municipal,

Nous vous écrivons au sujet des actions et des omissions de la ville de Toronto concernant les conditions de santé publique de la population sans-abri de Toronto. La crise de l'itinérance à Toronto est vieille de plusieurs décennies – et les récentes mesures prises par la province de l'Ontario et la ville de Toronto pour lutter contre le nouveau virus corona ont malheureusement aggravé les choses. La fermeture de nombreuses entreprises, travaux publics et installations, combinée aux restrictions sur les activités de plein air et les rassemblements, a affecté de manière disproportionnée la population des sans-abri, limitant les secours tels qu'ils étaient auparavant fournis par les secteurs privé, caritatif et public. Un espace abrité conforme aux normes de santé publique, un assainissement adéquat, la sécurité alimentaire, le dépistage de la santé publique et d'autres services de santé sont des nécessités de la vie encore plus critiques pendant cette pandémie.

Les conditions de surpeuplement dans les établissements pour sans-abri de Toronto menacent non seulement les nombreuses personnes vulnérables qui utilisent ces espaces, mais aussi le personnel et les bénévoles des refuges, ainsi que les quartiers et les communautés plus larges de la ville. De plus, compte tenu de l'état de santé vulnérable de la population des sans-abri, avec de nombreuses personnes âgées et immunodéprimées, une épidémie de COVID-19 dans un établissement pour sans-abri de la ville (y compris les refuges, les sites de répit et les haltes-accueil de jour) pourrait entraîner de nombreuses cas, ce qui pourrait mettre à rude épreuve les hôpitaux de la ville et le système de santé.

Et pourtant, des solutions sont possibles et effectivement mises en œuvre dans de nombreux autres endroits au Canada et dans le monde. Des villes grandes et petites à travers le Canada, notamment Calgary, Fredericton, Barrie et Cobourg, ainsi que celles du Royaume-Uni, de la Nouvelle-Zélande et de la France trouvent des solutions créatives à la crise du COVID-19 et de l'itinérance. Les autorités mettent à disposition des personnes sans domicile fixe dans les hôtels, les motels, les bureaux, les écoles et même la salle des fêtes de Cannes. A San Francisco, 31 hôtels proposent 8 500 chambres vacantes à louer par la ville. En effet, la Californie envisage non seulement les baux mais aussi l'achat d'hôtels comme une solution permanente potentielle au sans-abrisme. Plus près de chez nous, la mairesse de Peterborough, Diane Therrien, a qualifié l'itinérance pendant la pandémie de « problème grave » et de « priorité absolue », expliquant qu'« il est impossible de s'isoler lorsque vous n'avez pas votre propre espace » ou de créer une distanciation sociale "quand vous avez 40 personnes dans une pièce."

Nous reconnaissons les tâches difficiles auxquelles sont confrontés les dirigeants et le personnel de la ville, et votre immense travail acharné pendant cette période difficile. Et nous reconnaissons que la ville de Toronto aurait déjà pris plusieurs mesures pour atténuer la crise des sans-abri pendant cette pandémie, notamment des efforts pour empêcher les expulsions, la réservation de chambres d'hôtel pour des utilisateurs de refuges spécifiques tels que ceux qui ont besoin de s'isoler, et l'ouverture de 8 à 10 nouvelles installations pouvant accueillir 350 personnes supplémentaires. Malheureusement, cela est insuffisant à un moment où tout le monde est invité à rester à l'intérieur. De plus, selon des témoignages de première main, la surpopulation dans les installations existantes et nouvelles persiste – celles-ci sont également surpeuplées et il est impossible de s'y éloigner. À l'heure actuelle, des mesures plus immédiates sont nécessaires et nous demandons à la ville de Toronto de prendre les mesures suivantes avec toute l'urgence possible :

  1. Assurer la sécurité des individus et des communautés en permettant à chaque personne sans domicile de rester dans un espace intérieur approprié 24h/24 et 7j/7 ;
  2. Créer et appliquer des directives pour réduire le surpeuplement dans les établissements pour sans-abri, y compris des limites au nombre de personnes dans chaque établissement, et exigeant un minimum de 2 mètres entre et les lits environnants ;
  3. Procurer des installations permettant une réelle distanciation physique - avec une personne ou une famille dans chaque unité - telles que des hôtels, des motels et des résidences étudiantes.
  4. Divulguer de manière proactive au public ces directives, le plan de la ville et les statistiques connexes ;
  5. Fournir un équipement de protection individuelle adéquat au personnel des établissements pour sans-abri.

Les temps extraordinaires que nous traversons exigent des mesures extraordinaires. Les prisons trouvent des moyens discrétionnaires d'atténuer leur propre surpopulation en libérant certains détenus qui ne présentent pas de risque pour le public. La province a récemment annoncé qu'elle avait obtenu une ordonnance du juge en chef Morawetz suspendant l'exécution des ordonnances d'expulsion de locataires de leur logement (sauf ordonnance du tribunal) et que Tribunaux Ontario n'émettrait pas de nouvelles ordonnances d'expulsion pour le moment. Dans un 26 marse décision de la Cour supérieure de l'Ontario, le juge Favreau, considérant les circonstances d'une personne qui avait été récemment expulsée et qui vivait dans des refuges pour sans-abri, a déclaré :

Il est important de souligner que cette motion a été déposée dans le contexte de la pandémie de COVID-19… ce ne sont pas des temps ordinaires… tout le monde a intérêt à avoir une maison qui leur permet de rester en bonne santé et d'aider à prévenir la propagation du virus. (c'est nous qui soulignons)

Malgré les défis, le fait de ne pas réduire la surpopulation ou de fournir des protections appropriées contre le COVID-19 viole les propres normes de la ville et prive les individus de leurs droits fondamentaux à la vie et à la sécurité de la personne. Compte tenu de la gravité de la situation, nous vous exhortons à prendre immédiatement les mesures énumérées ci-dessus et attendons votre réponse avec impatience. Nous ne pouvons pas nous permettre plus de temps et n'hésiterons pas à engager des poursuites judiciaires si nécessaire.

Cela dit, maire Tory et conseillers, nous vous souhaitons, ainsi qu'à vos proches, une bonne santé. C'est le moment de se rassembler pour la protection des plus vulnérables de notre communauté et de notre communauté en général.

Noa Mendelsohn Aviv
Directrice, Programme d'égalité — Association canadienne des libertés civiles

Cc : Conseiller Joe Cressy, président du Conseil de santé, chef Matthew Pegg, chef des pompiers et directeur général de la gestion des urgences, Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste, Mary-Anne Bedard, directrice générale du refuge de soutien et de l'administration du logement

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada