Passer au contenu principal
rechercher

Jeudi 26 mars 2020

Je vous écris pour vous exhorter à prendre d'autres mesures immédiates pour atténuer la propagation de la COVID-19 dans les prisons et les centres de détention du Nouveau-Brunswick. Les personnes incarcérées dans les prisons provinciales sont particulièrement à risque pendant cette pandémie en raison de leurs problèmes de santé sous-jacents et des conditions de détention dans les établissements. Une approche de santé publique exige que le relâché soit libéré et que la détention soit une mesure de dernier recours. Le Nouveau-Brunswick doit prendre des mesures immédiates pour réduire considérablement la population actuellement incarcérée et empêcher les personnes nouvellement arrêtées d'entrer dans ces établissements.

D'autres juridictions prennent déjà des mesures. Dimanche, le juge en chef du New Jersey a signé une ordonnance autorisant la libération de jusqu'à 1 000 délinquants condamnés de ses prisons, y compris les délinquants de faible niveau, ceux emprisonnés pour des violations de la probation et ceux condamnés par les tribunaux municipaux.1 En Californie, les juges et les shérifs ordonnent de manière proactive la libération de centaines de détenus, notamment en libérant les plus à risque de complications de santé, en accélérant la libération de ceux dont il reste moins de 30 jours de prison, en choisissant de délivrer des citations au lieu d'arrestations et en réduisant les conditions de mise en liberté sous caution pour les prévenus non violents. 2 Dans la région de la baie, les personnes libérées sans endroit où aller se voient offrir des chambres dans des hôtels locaux.3 La plupart des gouvernements canadiens ont suspendu toutes les peines discontinues, entre autres mesures.

Malgré les mesures prises par divers gouvernements canadiens à ce jour, dans l'ensemble, notre système de justice pénale fonctionne toujours à contre-courant des objectifs de santé publique. La population incarcérée est particulièrement vulnérable en raison des conditions de surpeuplement et du grand nombre de personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents. Dans le meilleur des cas, il est très difficile de fournir des soins de santé adéquats et de contrôler les infections dans les établissements provinciaux. Nos établissements correctionnels ne sont tout simplement pas équipés pour gérer l'ampleur de cette crise de santé publique sans actions immédiates et significatives. La plupart des personnes incarcérées dans les prisons du Nouveau-Brunswick attendent d'être libérées sous caution ou purgent de courtes peines pour des infractions sans violence. Ne pas agir aujourd'hui risque de transformer un court séjour derrière les barreaux en une condamnation à mort.

Les mesures d'isolement dans les prisons et les centres correctionnels font partie de la réponse. Cependant, le simple fait de verrouiller les portes des cellules ne permettra pas de contrôler cette infection. La plupart des gens entrent et sortent des centres de détention en quelques jours ou semaines. Être enfermé signifie des conditions de surpeuplement, peu ou pas de soins de santé et la quasi-impossibilité de prendre des distances sociales. Cette crise sanitaire semble devoir durer des mois, au minimum. Les confinements dans ces conditions sont à la fois inhumains et inefficaces. C'est exactement à ce moment-là que notre Constitution exige des gouvernements qu'ils agissent pour traiter tout le monde avec humanité.

La Cour supérieure de l'Ontario a fait une remarque similaire cette semaine au sujet d'un examen de la mise en liberté sous caution : R. c. JS, 2020 ONSC 1710. Nos systèmes de justice pénale et correctionnelle doivent faire face à l'ampleur de cette crise.

Au minimum, les actions spécifiques suivantes doivent être prises immédiatement :

Généralement:

  • Les gouvernements provinciaux devraient publier des mises à jour d'urgence des manuels de politique de la Couronne, de la politique de probation et de libération conditionnelle et des documents d'orientation à l'intention des services de police afin de s'assurer que les exigences en matière de santé publique sont prises en compte dans la composante « intérêt public » de tous les processus décisionnels du système de justice pénale, y compris les décisions d'arrestation, d'inculpation et de détention de la police ; les agents de libération conditionnelle et de probation surveillent et contreviennent aux décisions; et le pouvoir discrétionnaire quasi judiciaire exercé par les procureurs de la Couronne.
  • Les acteurs du système judiciaire devraient faciliter des audiences équitables en temps opportun en utilisant la technologie disponible, y compris les téléphones, dans le but d'accorder des libérations avec des conditions minimales et flexibles, une libération conditionnelle, une probation et d'autres formes de libération dans la communauté. L'application inutilement stricte des preuves et les obstacles procéduraux doivent être éliminés pour faciliter la libération.

Pour les personnes susceptibles d'être arrêtées ou inculpées :

  • La police devrait être encouragée à exercer son pouvoir discrétionnaire de libérer les personnes inculpées sur les lieux, renforçant ainsi le principe de retenue enchâssé dans la partie XVI du Code criminel. Plus précisément, l'arrestation et la détention devraient être réservées aux personnes présentant un risque sérieux de fuite fondé sur des preuves pour des accusations de violence grave. Les personnes arrêtées devraient être libérées sous les conditions imposées par la police plutôt que détenues pour une enquête sur le cautionnement.

Pour les personnes en détention provisoire :

  • Les procureurs devraient examiner tous les cas de prévenus pour déterminer si, compte tenu de la crise de santé publique, il est dans l'intérêt public de porter les accusations.4 Il faudrait envisager sérieusement de retirer toutes les accusations sans violence.
  • Le procureur général devrait demander une ordonnance judiciaire générale autorisant la libération immédiate de toutes les personnes en détention provisoire faisant l'objet d'accusations non violentes.
  • Au minimum, les procureurs devraient examiner tous les cas de personnes en détention provisoire en attente d'une décision de mise en liberté sous caution et consentir à des libérations provisoires judiciaires pour les mêmes motifs de retenue supplémentaire, conformément à R. v. JS, 2020 ONSC 1710.
  • Les procureurs devraient également examiner de manière proactive tous les cas de personnes détenues après une enquête sur le cautionnement afin de déterminer si, compte tenu des problèmes de santé publique, une libération sur consentement est désormais possible.

Pour les personnes en probation et en liberté conditionnelle :

  • Les conditions générales de toutes les personnes en probation et en libération conditionnelle devraient être revues pour éliminer les enregistrements en personne et les remplacer par une surveillance par téléphone ou Internet si nécessaire.
  • Les manuels de politique de probation et de libération conditionnelle devraient être mis à jour pour tenir compte de la crise de santé publique et ordonner aux OPP d'utiliser leur pouvoir discrétionnaire lorsqu'ils décident de réincarcérer les personnes qui enfreignent les conditions ;

Pour les immigrés retenus :

  • Tout détenu d'immigration détenu dans des établissements provinciaux doit être immédiatement libéré par le biais de la suspension temporaire ou permanente des accords de détention d'immigration avec le gouvernement fédéral.

Pour les détenus condamnés :

  • Envisager tous les mécanismes juridiques pour faciliter la libération anticipée de masse des personnes passibles de peines courtes pour des infractions sans violence, y compris la reproduction des actions récentes de l'Ontario et de la récente ordonnance sur consentement du New Jersey.5 Au minimum, tous les outils juridiques existants doivent être consultés de manière proactive pour réduire immédiatement la population carcérale, y compris les absences temporaires, la libération conditionnelle et d'autres mesures discrétionnaires.
  • Les agents correctionnels doivent s'assurer que les conditions de détention respectent les normes humaines, notamment en prévoyant des visites virtuelles et une programmation adéquate dans la mesure du possible. En particulier, l'isolement et le confinement ne peuvent remplacer les libérations lorsque celles-ci sont possibles pour assurer la santé des détenus, du personnel correctionnel ou de leurs familles.
  • Les établissements correctionnels doivent conserver des données précises et ventilées sur les fermetures, l'isolement et d'autres mesures, afin d'assurer la transparence et la responsabilité.

Chaque sortie de confinement atténuera la surpopulation, évitera la propagation de l'infection lorsque le virus atteint les établissements pénitentiaires et protégera les détenus, les agents correctionnels et les familles et communautés innocentes dans lesquelles les détenus et les détenus retourneront.

Le Nouveau-Brunswick doit faire avancer efficacement les objectifs de santé publique dans l'ensemble du système de justice pénale, de diverses manières, en mettant particulièrement l'accent sur ceux qui deviennent facilement une réflexion après coup pendant une pandémie.

Merci d'avoir pris en compte ce qui précède.

Sincèrement,

Michael Bryant
Directeur exécutif et avocat général
Association canadienne des libertés civiles

Notes de bas de page :

https://www.nytimes.com/2020/03/23/nyregion/coronavirus-nj-inmates-release.html
https://www.aclu-nj.org/files/5415/8496/4744/2020.03.22_-_Consent_Order_Filed_Stamped_Copy-1.pdf.

https://www.latimes.com/california/story/2020-03-20/california-releases-more-jail-inmates-amid-coronavirus-crisis

https://www.themarshallproject.org/2020/03/21/coronavirus-transforming-jails-across-the-country

4 L'« intérêt public » peut être invoqué pour justifier la libération d'un prévenu, mais pas pour justifier le dépôt d'une accusation ou la poursuite d'une poursuite, en l'absence d'une perspective raisonnable de condamnation.

5 Voir https://www.aclu-nj.org/files/5415/8496/4744/2020.03.22_-_Consent_Order_Filed_Stamped_Copy-1.pdf.

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada