Passer au contenu principal
rechercher

Pour diffusion immédiate — Le gouvernement fédéral a été réprimandé aujourd'hui par le juge en chef de l'Ontario et son plus haut tribunal, qui ont rejeté la demande du Canada pendant 7 mois supplémentaires pour corriger leur loi inconstitutionnelle sur l'isolement cellulaire. L'Association canadienne des libertés civiles a réussi à faire annuler certaines parties de la loi fédérale à la fin de 2017, après quoi le gouvernement fédéral a eu 12 mois pour corriger la loi.

« L'échec du Canada à répondre aux préoccupations identifiées par le tribunal est décevant », lit-on dans la décision sévère (unanimité) de la Cour d'appel de l'Ontario. Le procureur général du Canada a omis d'expliquer, de justifier ou d'atténuer son « retard à remédier à l'infirmité constitutionnelle identifiée dans le jugement de la Cour supérieure de justice ». Par conséquent, la Cour a rejeté la demande du Canada de prolonger de sept mois la marge de manœuvre de 12 mois pour fixer les lois fédérales sur l'isolement cellulaire. Un sursis de quatre mois a été ordonné par la Cour.

Le directeur exécutif de l'ACLC, Michael Bryant, n'était pas optimiste quant à la possibilité que le Canada puisse respecter ce calendrier parlementaire.

« C'est un gros revers pour le gouvernement du Canada. Le Canada manque de temps. Leur nouveau projet de loi sur l'isolement, appelé « travail en cours » par la Couronne et la Cour d'appel, non seulement ne satisfait pas au jugement de 2017 du juge en chef de l'Association de la Cour supérieure, mais il n'aura probablement pas la sanction royale d'ici avril. Attendez-vous donc à un nettoyage de printemps de nos lois sur l'isolement en 2019. »

L'ACLC a également forcé le Canada à admettre qu'un tiers des détenus en isolement cellulaire n'avaient pas besoin d'être maintenus en isolement. Cet aveu extraordinaire est venu alors qu'ils étaient dos au mur lors des échanges houleux entre les parties et la cour. Dans les observations écrites, ayant déclaré que la loi actuelle exige que toute personne en isolement cellulaire reste en isolement cellulaire, la Couronne a reconnu qu'un tiers des détenus en isolement cellulaire n'avait pas besoin d'être là.

Des preuves concluantes montrent que le recours à l'isolement cellulaire expose non seulement les détenus à un risque accru d'automutilation et de suicide, mais peut également provoquer et exacerber une détresse psychologique et un traumatisme irréversibles. Ces effets sont amplifiés parmi les populations vulnérables de personnes, y compris les jeunes et les personnes souffrant de maladies mentales. La position de l'ACLC à ce sujet est ferme — ces groupes vulnérables et d'autres ne devraient jamais être placés en isolement cellulaire.

« Les lois canadiennes sur l'isolement cellulaire sont à la fois inconstitutionnelles et anticanadiennes. Nous ne ralentirons pas notre combat pour le traitement humain des détenus », a déclaré Michael Bryant, directeur général et avocat général de l'ACLC.

L'ACLC est représentée par les avocats Jonathan Lisus et Larissa Moscu de Lax O'Sullivan Lisus Gottlieb LLP et Michael Rosenberg et Charlotte-Anne Malischewski de McCarthy Tétrault LLP.

Contacts:

Michael Bryant
Directeur exécutif et avocat général
CCLA : 416-230-8658

Noa Mendelsohn Aviv
Directeur du programme d'égalité
CCLA : 647-780-9802

Michel Rosenberg
McCarthy Tétrault SENCRL, srl
mrosenberg@mccarthy.ca

À propos de l'Association canadienne des libertés civiles

L'ACLC est une organisation indépendante à but non lucratif avec des partisans de partout au pays. Fondée en 1964, l'ACLC est une organisation nationale de défense des droits de la personne engagée à défendre les droits, la dignité, la sécurité et les libertés de toutes les personnes au Canada.

Pour les médias

Pour d'autres commentaires, veuillez nous contacter à media@ccla.org.

Pour les mises à jour en direct

Veuillez continuer à vous référer à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. On est dessus InstagramFacebook, et Twitter.

Fermer le menu
fr_CAFrançais du Canada