Cara Faith Zwibel :  Directrice, Programme libertés fondamentales

Cara Faith Zwibel

Directrice, Programme libertés fondamentales

Cara Faith Zwibel a rejoint l’ACLC en 2009 en tant que Directrice du Programme des libertés fondamentales. Elle fut diplômée de l'Université McGill en 2001, avec un baccalauréat spécialisé en sciences politiques, et reçu son LL.B. de la faculté de droit de Osgoode Hall 2004. Elle a fait un stage en tant que clerc pour l'honorable juge Ian Binnie de la Cour suprême du Canada avant d'être appelée à la barre de l'Ontario en 2005. Cara a également une maîtrise en droit de l'Université de New York, ou elle était Arthur T. Vanderbilt Scholar. Avant de rejoindre l'ACLC, Cara a été associée dans un cabinet d'avocats national, ou elle a pratiqué le droit public, le droit de la santé et du litige commercial. Elle a représenté des clients à tous les niveaux de la cour et devant des tribunaux administratifs, et elle l’est l'auteure et co-auteure d’articles publiés sur le droit constitutionnel. A l’ACLC, elle élabore des avis juridiques, dirige des recherches, coordonne des interventions et représente l’ACLC devant les tribunaux, prépare des présentations aux organes législatifs, et soutient le travail d'éducation publique de CCLET.

Noa Mendelsohn Aviv :  Directrice, Programme égalité

Noa Mendelsohn Aviv

Directrice, Programme égalité

Noa Mendelsohn Aviv a rejoint l’ACLC en 2002 en tant que chercheuse juridique. Depuis 2005, elle dirige des programmes de promotion de l'égalité et de l’expression pour l'ACLC. Noa a été publiée, fait des soumissions, des apparitions, et des présentations, et a plaidé dans le cadre de questions telles que la protection des réfugiés, les droits LGBT, le profilage racial, la liberté d'expression et de religion, et l'intersectionnalité des droits, en particulier la liberté religieuse et l'égalité. Noa a coordonné de nombreuses interventions de l'ACLC dans une variété de tribunaux canadiens, y compris la Cour suprême du Canada, et les tribunaux des droits de la personne. Elle a aussi comparu, et fourni des observations écrites, devant des comités parlementaires et législatifs provinciaux, ainsi que des organismes gouvernementaux et publics. Elle a également participé à des réunion-débats, des conférences et des entrevues de presse, et donné des ateliers et des leçons à travers le projet d'éducation publique de CCLET. En outre, Noa gère les programmes de bénévolat des étudiants en droit de l'ACLC.

Noa a un baccalauréat en droit et LL.M. de l'Université hébraïque en Israël, et un B.A. (avec distinction) de l'Université York. Elle a terminé ses articles juridiques à l'Association pour les droits civils en Israël, et a été admise au barreau israélien en 1998. Elle a travaillé pendant quelques années comme associée dans un cabinet de droit privé à Jérusalem, ou elle pratiquait le droit des litiges, du travail, commercial et d'entreprise. Noa a également servi comme coordinatrice de terrain pour un grand projet de recherche sur les troubles de l'alimentation chez les femmes, et en tant que directrice administrative par intérim du Centre pour les droits de la personne de la Faculté de droit de l'Université hébraïque.

April Julian : Directrice adjointe, Programme éducation

April Julian

Directrice adjointe, Programme éducation

April Julian a rejoint l'Association canadienne des libertés civiles et le Fidéicommis canadien d’éducation en libertés civiles (CCLET) en 2009. Directrice adjointe de l'Éducation depuis 2014, elle est responsable de la coordination et de l’animation des diverses initiatives d'éducation de CCLET en Ontario et au-delà. En collaboration avec ses collègues de l'ACLC / CCLET, April donne des ateliers et présentations sur les libertés civiles à divers auditoires, atteignant environ 10,000 personnes par an - notamment des élèves du primaire et du secondaire, des enseignants en service ainsi que des enseignants-candidats, des nouveaux arrivants au Canada, et des jeunes en garde. En tant qu’enseignante certifiée en Ontario, April développe également des ressources éducatives qui encouragent les apprenants de tous âges à acquérir une meilleure compréhension de leurs droits et libertés, et à réfléchir de manière critique sur l'équilibre entre les intérêts concurrents dans une démocratie. Ces ressources sont accessibles au public sur le site Web de l'ACLC.

Brenda McPhail : Directrice du Projet sur la confidentialité, de la technologie, et la surveillance

Brenda McPhail

Directrice du Projet sur la confidentialité, de la technologie, et la surveillance

Brenda McPhail a rejoint l’ACLC en 2013 en tant que coordinatrice de la  conférence Parcours de protection de la vie privée, organisée en partenariat avec l'Université de Toronto, l'Université Ryerson et l'Université de Sherbrooke, et financée par une subvention du Bureau du commissaire à la vie privée du Canada. En 2014-15, elle co-coordonne le projet de portail web TalkRights de l’ACLC, financé par l’ACEI, créant ainsi des informations accessibles sur les droits et libertés civiles. Depuis 2015, Brenda est Directrice du Projet sur la confidentialité, de la technologie, et la surveillance, et travaille sur une série d'initiatives sur la protection des renseignements personnels. Elle a reçu son doctorat de la Faculté de l'information de l'Université de Toronto en 2013, et détient une maîtrise en sciences de l'information et en anglais, et un baccalauréat en anglais. Dans son ouvrage publié et revu par des pairs, et lors de conférences internationales, elle a exploré les approches “faites le vous même” aux identifiants qui protègent la vie privée; les risques pour la vie privée des permis de conduire améliorés RFID; la performance de l'identité dans les interactions des services gouvernementaux; le développement du passeport électronique canadien; les attitudes envers la vidéosurveillance; et les questions fondamentales de vie privée que posent les voitures connectées.

Rayna Fletcher : Directrice de l’Administration

Rayna Fletcher

Directrice de l’Administration

Rayna Fletcher a rejoint l'Association canadienne des libertés civiles en Juin 2014 en tant Directrice de l'Administration. Tout au long de sa carrière, Rayna a beaucoup travaillé dans les secteurs public et privé, et est heureuse d'être de retour dans le monde associatif après une longue période de travail dans une société. Rayna travaille en étroite collaboration avec l'avocate générale et directrice exécutive, et gère le quotidien des bureaux, du personnel administratif, des bénévoles, des finances et des ressources humaines de l’ACLC. Rayna est également impliquée dans le développement et relations avec les donateurs de l'organisation.

[French] Judy Farrant : Administrative Assistant

[French] Judy Farrant

Administrative Assistant

Judy joined the Canadian Civil Liberties Association in July 2015 as an Administrative Assistant. After undergraduate studies in German and world religions, Judy enjoyed an extensive service focused career: with Air Canada Inflight service; as an owner and operator of coffee franchises at First Canadian Place; and in leading the First Impressions Committee, a service consulting project with George Brown College. Judy has also undertaken volunteer work for her local Toronto City Councillor, Kristyn Wong-Tam, as well as for the Maytree Foundation, and she continues to support the Global Diversity Exchange at Ryerson University.

A. Alan Borovoy :  Avocat général émérité

A. Alan Borovoy

Avocat général émérité

Alan Borovoy fut avocat général de l'Association canadienne des libertés civiles de mai 1968 jusqu'en juin 2009. Avant de venir à l'ACLC, Alan avait travaillé avec d'autres organisations des droits de la personne et de défense des libertés civiles, telles que le Comité national pour les droits de la personne, le Congrès du travail du Canada, le Comité du Travail de l'Ontario pour les droits de la personne, et le Comité du travail de Toronto et du district pour les droits de la personne.

En tant qu’avocat général de l'ACLC, Alan a fait des présentations dans le cadre d’enquêtes publiques et a témoigné devant des comités parlementaires sur des questions comme le dépistage obligatoire des drogues en milieu professionnel, les écoutes téléphoniques, la police et les relations interraciales. Ses activités d’organisation de la communauté incluent des délégations aux gouvernements fédéral et provincial sur les questions de la peine capitale, de l'éducation religieuse dans les écoles publiques, la Loi sur les mesures de guerre, les codes d’expression sur le campus, ainsi que la sécurité nationale et intelligence. En plus de son travail comme avocat général, Alan était chroniqueur bimensuel pour le Toronto Star de 1992 à 1996. Il est aussi apparu dans de nombreuses émissions d'affaires publiques, et sur les programmes de télévision et de radio de ligne ouverte. Il est publié largement à travers le Canada, et est l'auteur de la The New Anti-Liberals, Uncivil Obedience: The Tactics and Tales of a Democratic Agitator (Les nouveaux anti-libéraux, désobéissance incivile : Les tactiques et contes d'un agitateur démocratique) et de When Freedoms Collide: The Case for Our Civil Liberties (Lorsque les libertés s’entrechoquent: plaidoyer pour nos libertés civiles), nominé pour le Prix du Gouverneur général en 1988.

 Il a également donné des conférences et des adresses publiques à des étudiants, des organisations des droits de la personne, et des organismes de police au Canada et à l’étranger. Alan a été professeur invité des facultés de droit de l'Université Dalhousie et de l'Université de Windsor, et chargé de cours à temps partiel à la Faculté de travail social de l'Université de Toronto, et dans le département des sciences politiques de l'Université York. Alan a reçu son B.A. de l'Université de Toronto en 1953, et son LL.B. de l'Université de Toronto en 1956. Il a été admis au Barreau de l'Ontario en 1958. Il a également reçu quatre doctorats honorifiques en droit, la Médaille du Barreau du Barreau du Haut-Canada en 1989, un prix d'excellence de la Ville de Toronto en 1982, et a été inscrit au tableau d'honneur des peuples autochtones du Traité numéro 3 en 1991. Il a été fait Officier de l'Ordre du Canada en 1982.

Sukanya Pillay : Directrice exécutive et avocate générale

Sukanya Pillay

Directrice exécutive et avocate générale

Sukanya Pillay est la directrice exécutive et avocate générale de l'Association canadienne des libertés civiles et du Fidéicommis canadien d’éducation en libertés civiles (CCLET). Sukanya a rejoint l’ACLC en 2009 pour faire progresser le travail de l'organisation dans les domaines de la sécurité nationale et de la lutte contre le terrorisme. Sukanya a été nommée directrice exécutive et avocate générale en Février 2014, à la suite d’une recherche nationale compétitive. Dans ce rôle, Sukanya dirige tous les aspects de la défense des intérêts de l’organisation, et de ses  politiques et stratégies d'engagement du public, dans le but de soutenir et d’amplifier les progrès déjà accomplis par l’ACLC dans la défense des droits, de la liberté et de la justice pour toutes les personnes au Canada.

Sukanya a plus de vingt ans d’expérience juridique dans les secteurs public et privé. Avocate, elle a trois diplômes en droit, y compris un LL.M en études juridiques internationales de la New York University School of Law (1993-1994), où elle a également servi en tant qu’éditeur du Journal de New York en droit international et politique. Sukanya a été professeure de droit à l'Université de Windsor de 2002 à 2008, où elle publia régulièrement dans des revues évaluées par des pairs au Canada et aux États-Unis, et remporta le Prix Cardozo Holmes de l'Académie américaine d'études juridiques pour son papier de conférence exceptionnel sur la confidentialité génétique en entreprise. Elle remporta aussi une bourse de recherche de l'Université de Windsor pour son film documentaire sur l'impact de l'ALENA sur les producteurs de maïs de Oaxaca et le droit à la nourriture, et se vit octroyer le titre de membre de faculté exceptionnel par la Société de Droit des étudiants de la faculté de droit de l'Université de Windsor. Elle a auparavant été avocate pour une société de télécommunications multinationale en Asie du Sud (2000-2002), ainsi que pour des ONG internationales à New York et à Londres (1995-2000). En particulier, Sukanya a mené, de 1995 à 1998, le nouveau programme WITNESS du Comité des Avocats pour les Droits de la Personne (aujourd'hui, Human Rights First), de la Fondation Reebok, et de l’artiste musical Peter Gabriel, pour faire avancer l'utilisation de la vidéo dans la protection des droits de la personne. Elle a été auxiliaire juridique à la Cour de justice de l'Ontario en 1994-1995, et a été appuyée par le juge Robert Blair pour travailler sur la première révision de la justice civile. Elle fit aussi un stage à Borden Elliot (1990-1992), aujourd'hui Borden Ladner Gervais, et travailla par la suite avec un groupe d'anciens avocats de BLG à Davies Partners. Admise en 1992, elle est membre du Barreau du Haut-Canada. Son travail a porté sur le droit international des droits de la personne, y compris les points de convergences entre les affaires, le commerce et le développement, avec un accent particulier sur le recours et l'accès à la justice pour les populations vulnérables ou affectées. Elle a fait des dizaines de missions dans des zones de conflit pour s’entretenir avec des victimes de violations des droits de la personne, pour recueillir des preuves vidéo, et pour plaider auprès des gouvernements pour la protection des droits dans toute l'Europe, le Moyen-Orient, l'Afrique, l'Asie et les Amériques.

 Sukanya a été invitée à donner des conférences dans des universités et des facultés de droit, y compris Harvard, Cardozo, Fordham, l’Université de la Colombie-Britannique, l'Université de Windsor et l'Université américaine du Caire, et a enseigné les transactions commerciales internationales au château Herstmonceux pour la faculté de droit de Queens. Elle est actuellement affiliée en tant que membre du corps professoral de l'Institut Kirsch, où elle a participé à un panel sur des preuves secrètes en Novembre 2014.

En Novembre 2013, Sukanya a reçu le Prix du président de l'Association sud-asiatique du Barreau de l'Ontario.