CCLA COVID - MISES A JOUR EN DIRECT

LA CCLA DANS L'ACTUALITÉ

Des groupes juridiques dénoncent le projet de loi 10 "inconstitutionnel" lors d'une réunion de la commission

Lors d'une réunion spéciale du comité d'examen de la santé publique jeudi, Michael Bryant de l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) a déclaré que la capacité d'un ministre à imposer des ordres sans débat à l'assemblée législative est préjudiciable aux Albertains.

Des centaines de concours d'amendes liés à la réglementation COVID-19

En juin dernier, l'Association canadienne des libertés civiles a déclaré que les forces de police devraient se concentrer sur la prévention au lieu de distribuer des contraventions.

La législation clé sur les pandémies place l'Ontario au "purgatoire d'urgence", selon un membre de l'OBA

Cara Zwibel, directrice du programme des libertés fondamentales de l'Association canadienne des libertés civiles, a déclaré que la législation représente un nouveau défi pour les libertés civiles car la pandémie n'a rien à voir avec les urgences de courte durée comme une tempête de verglas ou un incendie de forêt.

Le déploiement de l'application COVID-19 Alert fait l'objet de critiques concernant l'accessibilité sur les téléphones plus anciens

Brenda McPhail, directrice du projet "Vie privée, technologie et surveillance" de l'Association canadienne des libertés civiles, a déclaré dans un communiqué que les exigences de téléchargement présentent un problème "évident".

La police de la Colombie-Britannique peut désormais faire appliquer les ordonnances COVID-19

Le rapport de l'ACLC affirme qu'une approche punitive ou "au bâton" en matière de santé publique n'a pas réussi, aujourd'hui comme hier : "Tenter de surveiller notre sortie de cette pandémie est sans imagination, parfois inconstitutionnel et inefficace."

Informations sur la santé accessibles à la police

La province a révoqué ce pouvoir le 22 juillet après que l'ACLC et d'autres groupes aient lancé une contestation judiciaire, arguant que donner à la police l'accès à la base de données violait les protections de la vie privée et portait atteinte aux droits constitutionnels des individus.

Pourquoi la police a-t-elle eu accès à des informations personnelles sur la santé ? Le député Lindo a des questions

En début de semaine, l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) a remporté un défi juridique visant à empêcher les policiers de toute la province d'accéder à des informations médicales privées. Elle a également publié des données détaillant l'utilisation de la base de données jusqu'à ce moment par différents services de police.

La police d'Hamilton craint que l'accès aux données du test COVID-19 ne constitue une "atteinte à la vie privée".

La province a récemment mis fin à cette situation après une contestation judiciaire déposée par les services juridiques autochtones, le Black Legal Action Centre (BLAC), l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) et la HIV & AIDS Legal Clinic Ontario.

La police de Kawartha Lakes a demandé des explications sur l'accès "extrêmement élevé" à la base de données des tests Coronavirus

Selon un groupe d'organisations de défense des droits de l'homme - l'Association canadienne des libertés civiles, les services juridiques autochtones, le Black Legal Action Centre et la HIV & AIDS Legal Clinic Ontario - les services de police de toute la province ont consulté la base de données des tests COVID 95 000 fois en quelques mois.

La base de données COVID-19 de l'Ontario a été consultée 5 000 fois par les services de police de Guelph et de Waterloo

La police régionale de Waterloo a consulté la base de données COVID-19 de l'Ontario plus de 1 000 fois, selon les données de l'Association canadienne des libertés civiles.

Le Watchdog demande un audit sur l'utilisation intensive de la base de données COVID-19 par la police de Londres

L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) a publié cette semaine des statistiques détaillant le nombre de fois où les forces de police municipales ont utilisé la base de données COVID-19 de l'Ontario lorsque les premiers intervenants ont obtenu ce pouvoir dans le cadre de l'état d'urgence maintenant levé.

Les groupes de défense des droits de l'homme sont préoccupés par l'accès "anormalement élevé" de la police de Thunder Bay aux données COVID-19

À la suite d'une contestation judiciaire lancée par les organisations de défense des droits de l'homme - l'Association canadienne des libertés civiles, les services juridiques autochtones, le Black Legal Action Centre et la HIV and AIDS Legal Clinic Ontario - la police n'a plus accès aux données, bien que les groupes soient toujours préoccupés par l'accès et l'utilisation antérieurs des informations.

La commission de police veut des informations sur l'utilisation "anormalement élevée" de la base de données COVID-19 par la police de Londres

Le conseil d'administration confirme avoir reçu une lettre de l'Association canadienne des libertés civiles - qui écrit en son nom propre, au nom des services juridiques autochtones, du Black Legal Action Centre et de la HIV & AIDS Legal Clinic Ontario - qui demande au conseil de demander une vérification de ce que l'ACLC décrit comme le taux "anormalement élevé" auquel la police de London a accédé à la base de données COVID-19 de la province.

Le service de police de la ville de Kawartha Lakes a consulté la base de données des coronavirus plus de 1 000 fois

Cependant, un groupe d'organisations de défense des droits de l'homme - l'Association canadienne des libertés civiles, les Services juridiques autochtones, le Black Legal Action Centre et la HIV & AIDS Legal Clinic Ontario - a intenté une action en justice pour contester la décision de divulguer des informations personnelles sur la santé et le fait qu'elle "violait la vie privée des personnes et les droits constitutionnels de la Charte".

Pourquoi la police de Thunder Bay, en Ontario, était-elle si curieuse de connaître votre statut COVID-19 ? Les groupes de défense des droits civils veulent savoir

"C'est un nombre très élevé de demandes pour une petite population", a déclaré Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale de l'ACLC. Nous n'avons aucune idée de la raison pour laquelle il y aurait autant de demandes".

La police de Londres a fouillé dans les données personnelles sur la santé 10 475 fois en 4 mois

"C'est vraiment sans précédent de partager une telle quantité d'informations personnelles sur la santé avec les forces de l'ordre", a déclaré Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale de l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC), l'un des groupes juridiques qui était partie au procès.

L'utilisation de la base de données COVID-19 par la police de Guelph est "anormalement élevée", selon les groupes de défense des droits de l'homme

La province a depuis mis fin à l'accès à la base de données, après une contestation judiciaire déposée par l'Association canadienne des libertés civiles en partenariat avec les services juridiques autochtones, le Black Legal Action Centre et la HIV & AIDS Legal Clinic.

Application de la législation et endurance dans la lutte contre la pandémie en Colombie-Britannique

En juin, l'Association canadienne des libertés civiles a signalé que le Québec à lui seul avait versé $10 millions d'amendes liées à COVID, tandis que le maire de Los Angeles a autorisé les services publics à couper les services aux foyers et aux entreprises accueillant de grandes fêtes. En Australie, la police s'apprête à utiliser des drones pour attraper les contrevenants aux règles.

COVID-19 : Ottawa enregistre son premier décès en quelques semaines ; l'OPH lance une page web d'information pour les parents

Le groupe - Aboriginal Legal Services, le Black Legal Action Centre, l'Association canadienne des libertés civiles et HIV & AIDS Legal Clinic Ontario - a fait valoir que le fait d'autoriser la police à accéder aux dossiers médicaux personnels violait les droits constitutionnels des individus à la vie privée et à l'égalité.

L'Ontario met fin à l'accès de la police à la base de données COVID-19 après une contestation judiciaire

Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale de l'ACLC, a déclaré qu'elle était heureuse que l'Ontario "ait renoncé à cette mesure intrusive et discriminatoire", mais elle a ajouté : "Nous restons cependant très préoccupés par les informations que les services de police de toute la province ont déjà recueillies".

Critiquer le Canada atlantique pour protéger ses citoyens est ridicule

L'Association canadienne des libertés civiles poursuit Terre-Neuve-et-Labrador, affirmant que les restrictions frontalières violent le droit des Canadiens à circuler librement dans le pays. Dans un tweet supprimé depuis, le directeur exécutif de l'ACLC, Michael Bryant, s'est moqué de Terre-Neuve-et-Labrador pour avoir dit aux gens de "rester à l'écart", qu'il a collé à côté d'une affiche pour la pièce à succès "Come From Away". Drôle de type.

Loi arbitraire ou décision nécessaire ? Un juge se prononcera sur l'interdiction de voyage COVID-19 de Terre-Neuve-et-Labrador

L'avocat Rosellen Sullivan, qui représente l'Association canadienne des libertés civiles, un organisme indépendant de surveillance des droits, se joint à M. Drover dans le cadre de ce défi. Ils ne cherchent pas à obtenir une indemnisation, mais une déclaration d'inconstitutionnalité de l'interdiction de voyager.

ALAN HOLMAN : Est-il légal d'interdire l'accès à l'île ?

Les avocats de Mme Taylor et de l'ACLC font valoir que les restrictions sont sans fondement ni base juridique, et que l'interdiction de voyager viole la section 6 de la Charte canadienne des droits et libertés, qui permet aux Canadiens de se déplacer librement dans le pays.

L'interdiction de voyage COVID-19 à Terre-Neuve-et-Labrador est arbitraire, illégale et "exagérée", selon les avocats

Les avocats Rosellen Sullivan et John Drover contestent l'interdiction de voyager liée à COVID-19 au nom de l'Association canadienne des libertés civiles et de Kim Taylor de Halifax, originaire de Terre-Neuve.

Les nouvelles du jour sur les coronavirus : Le Canada ne fera pas d'économies sur le vaccin COVID-19, dit Tam ; la Colombie-Britannique va retarder le retour à l'école

L'Association canadienne des libertés civiles et Kim Taylor, une résidente de Halifax, affirment que les mesures limitant l'entrée des résidents et des travailleurs essentiels violent la Charte des droits et libertés et ne relèvent pas de la compétence de la province.

Mandater ou éduquer ? Débat sur les masques obligatoires et leur application

Cara Zwibel est avocate pour l'Association canadienne des libertés civiles. Selon elle, le problème est que la règle stigmatise les personnes qui ne peuvent pas porter de masque. "Nous craignons que cette règle soit exagérée et qu'il y ait des problèmes d'application. Nous avons souvent des travailleurs de première ligne qui ont des emplois précaires, souvent avec de faibles salaires, et nous leur demandons de faire respecter ce mandat que la plupart des gens respectent, sauf ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas le faire".

L'application de recherche de contrats COVID de la province suscite des inquiétudes en matière de sécurité

Brenda McPhail, directrice du projet "Privacy, Surveillance, and Technology Project" de l'Association canadienne des libertés civiles, s'est fait l'écho des préoccupations concernant la version iOS d'ABTraceTogether. "La technologie sous-jacente n'est pas parfaite et nous devons le comprendre lorsque nous utilisons ces applications et que nous nous demandons si elles sont efficaces ou non", a déclaré Mme McPhail.

Un réfugié raconte son histoire de vie dans un refuge pour sans-abri pendant une pandémie

Noa Mendelsohn Aviv, de l'Association canadienne des libertés civiles, a déclaré que la ville de Toronto a violé la Charte canadienne des droits et libertés et le Code des droits de l'homme de l'Ontario, en mettant en danger la vie des sans-abri en leur refusant l'égalité des droits à la vie et à la sécurité.

Des groupes de défense des droits luttent devant les tribunaux contre le partage du statut COVID-19 avec les forces de police de l'Ontario

Les groupes, dont le Black Legal Action Centre et l'Association canadienne des libertés civiles, ont déclaré avoir écrit au solliciteur général Sylvia Jones le 22 avril pour lui faire part de leurs préoccupations. Ils ont déclaré n'avoir reçu aucune réponse.

De nouvelles règles pour la collecte d'informations sur la recherche des contacts, dans un contexte de protection de la vie privée

Brenda McPhail, directrice du projet de l'Association canadienne des libertés civiles sur la vie privée, la technologie et la surveillance, l'a décrit comme "une brèche en attente".

Des groupes lancent une action en justice contre l'Ontario pour avoir partagé des données COVID-19 avec la police

L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) et ses partenaires ont maintenant signifié un avis de requête pour entamer une contestation judiciaire devant la Cour supérieure de justice de l'Ontario afin d'empêcher le gouvernement provincial de divulguer l'information à la police.

Des groupes de juristes lancent une action en justice concernant le partage des données du test COVID-19 avec la police

L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) affirme que le partage d'informations avec la police viole les protections provinciales de la vie privée et les droits constitutionnels des individus à la vie privée et à l'égalité.

Les coiffeurs et les barbiers sont les principales entreprises mises à l'amende pendant la pandémie

"Au tout début, des fonctionnaires ont déclaré qu'ils se concentraient sur l'éducation, mais ils ont rapidement abandonné l'éducation pour se consacrer à des campagnes de contraventions à Ottawa et à l'application de la loi", a déclaré M. Deshman. "Je pense que cela s'est estompé.

La commission de la législation sur la santé invite les groupes de défense des libertés civiles et Hinshaw à témoigner, mais pas les syndicats ni les PDG

Un comité à majorité PCU chargé de réviser la loi sur la santé publique a voté vendredi contre l'appel aux responsables des zones de santé, aux représentants syndicaux des travailleurs de la santé de première ligne et aux PDG des entreprises touchées par les épidémies de COVID-19 à témoigner. Il invitera plutôt le Dr Deena Hinshaw du bureau du médecin hygiéniste en chef et des représentants du Centre de justice pour les libertés constitutionnelles et de l'Association canadienne des libertés civiles.

La quasi-totalité des amendes COVID-19 au Canada ont été infligées dans trois provinces seulement

L'ACLC a déclaré que "tenter d'assurer la police pour nous sortir de cette pandémie est sans imagination, parfois inconstitutionnel et inefficace".

Malgré sa faible population, la Nouvelle-Écosse enregistre un nombre élevé de cas de coronavirus

"En fait, par habitant, le nombre de billets est plus élevé qu'en Ontario. Il s'agit donc d'un niveau d'application énorme pour la population et la situation de santé publique à laquelle vous êtes confrontés", a déclaré Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale de l'Association canadienne des libertés civiles.

Le défenseur des libertés civiles met en garde contre une "affreuse pandémie de billetterie" lors de l'épidémie de COVID-19

Cette étude, qui fait suite à un rapport de l'ACLC publié vendredi dernier suggérant que le Canada est en proie aux plus graves restrictions des libertés civiles depuis la crise d'octobre 1970 au Québec, met en lumière des allégations de comportement raciste.

"APPLICATION TROP ZÉLÉE" : Selon une étude, les amendes pour pandémie sont supérieures à $13M

"Ce rapport prouve que nous avons une affreuse pandémie de billetterie, pleine de cartes COVID et de profilage racial, dans le centre et l'est du Canada", a déclaré Michael Bryant, directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles. "D'une certaine manière, une crise de santé publique a été transformée en une crise d'ordre public".

Des millions de dollars d'amendes COVID-19 pour des dommages disproportionnés aux groupes noirs, indigènes et marginalisés : rapport

"D'après les récits que les gens nous ont envoyés, principalement de l'Ontario, du Québec, de la Nouvelle-Écosse, les organisations auxquelles nous avons parlé, nous savons que ce sont les communautés qui sont à la fois touchées de manière disproportionnée par cette pandémie, et ce sont également les communautés qui sont touchées de manière disproportionnée par les amendes et les mesures de police", a déclaré Abby Deshman, le directeur du programme de justice pénale de l'ACLC, à CTV News Channel, ajoutant que la grande majorité des gens font de leur mieux pour respecter les règles.

Smith : il est temps de mettre fin à l'application arbitraire des ordonnances sanitaires

Un nouveau rapport de l'Association canadienne des libertés civiles montre que l'application inégale des ordonnances sanitaires COVID n'est pas une mince affaire.

Alors que les affaires COVID-19 au Canada s'essoufflent, Toronto rend obligatoire l'utilisation du masque

Un rapport récent de l'Association canadienne des libertés civiles a révélé que les Canadiens qui enfreignent les mesures d'éloignement physique se sont vu infliger des amendes d'un montant de $13 millions, dont de nombreuses contraventions au Québec, en Ontario et en Nouvelle-Écosse.

La majorité des amendes pour pandémie de $13M ont été infligées au Québec, selon un rapport

"Ce rapport prouve que nous avons une affreuse pandémie de billetterie, pleine de cartes COVID et de profilage racial, dans le centre et l'est du Canada", a déclaré Michael Bryant, directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles, dans un communiqué.

Les Canadiens ont accumulé $13M en amendes pour coronavirus, le profilage racial est évident : rapport

"Nous avons reçu de multiples rapports d'agents de police qui se sont montrés inutilement agressifs envers les Noirs qui se promènent dans les parcs", a déclaré Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale de l'ACLC, dans un communiqué. "Les membres de la communauté LGBTQ+ ont également signalé qu'ils se sentaient ciblés par les forces de l'ordre".

Selon un avocat, les exemptions américaines sapent les restrictions frontalières provinciales insensées

Rosellen Sullivan a déclaré que l'ajout des citoyens américains à la liste des exemptions de voyage montre que les règles ne s'appliquent pas logiquement et de manière égale à tous. Mme Sullivan représente l'Association canadienne des libertés civiles dans un procès intenté au nom d'une femme de Terre-Neuve à qui l'on avait initialement refusé l'entrée pour les funérailles de sa mère.

Les précédentes restrictions de voyage des T.N.-O. peuvent porter atteinte aux libertés de la Charte, admet le gouvernement

L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) s'est jointe à un procès et a envoyé des lettres exposant ses préoccupations à chacune des provinces et territoires qui avaient interdit les visites de Canadiens.

COVID-19 : Les experts de la protection de la vie privée s'inquiètent de la prochaine étape du plan de réouverture de l'Ontario

"Lorsqu'il s'agit de recueillir des informations sur les gens de manière légale et respectueuse de la vie privée, le diable se cache toujours dans les détails", a déclaré Brenda McPhail, directrice du projet "Vie privée, technologie et surveillance" de l'Association canadienne des libertés civiles.

Les T.N.-O. portent la première accusation pour violation de l'ordre public en matière de santé, dans un contexte de confusion sur les règles frontalières

Depuis la fin mai, l'Association canadienne des libertés civiles menace les territoires et les provinces de contester les lois interdisant les voyages intérieurs en vertu de la Charte.

Les magasins peuvent-ils refuser mon argent ? Les réponses à vos questions sur l'argent COVID-19

Michael Bryant, directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC), met en garde contre le fait que la politique d'interdiction d'utiliser des espèces dans un magasin pourrait, par inadvertance, être discriminatoire envers les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes démunies ou celles qui n'ont tout simplement pas de carte de crédit ou de débit.

L'interdiction de voyager n'est pas actuellement en cours de réexamen : Premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador

L'Association canadienne des libertés civiles, qui a écrit des lettres à toutes les provinces et territoires pour exprimer son opposition à ces interdictions, s'est jointe à elle dans le procès, qui sera entendu par la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador en août.

Les lois sur les masques obligatoires se répandent au Canada

Cara Zwibel, directrice du programme des libertés fondamentales à l'Association canadienne des libertés civiles, s'en inquiète : "Je ne sais pas si nous voulons que nos chauffeurs de bus et nos caissiers d'épicerie interrogent les gens sur leur état de santé pour essayer de décider qui peut obtenir une exemption et qui ne peut pas."

Des entrepreneurs du Yukon contestent les restrictions de la COVID-19 en vertu de la Charte

Fin mai, l'Association canadienne des libertés civiles a fait valoir que les restrictions aux frontières du territoire étaient inconstitutionnelles. L'opposition du territoire, le Yukon Party, a également remis en question la légalité des restrictions dans un courriel la semaine dernière.

Avez-vous le droit de protester ? L'impact du "coronavirus" sur la liberté de réunion

L'Association canadienne des libertés civiles a critiqué les villes canadiennes pour avoir fait preuve d'un zèle excessif dans le maintien de la distance sociale en omettant d'informer ou d'avertir les individus avant d'imposer de lourdes amendes, et a récemment lancé une contestation fondée sur la Charte contre Terre-Neuve pour avoir refusé à une femme l'entrée dans la province pour assister aux funérailles de sa mère.

Les restrictions de voyage font des ravages lors des retrouvailles entre une mère et son fils à l'Île-du-Prince-Édouard

Le gouvernement de l'Î.-P.-É. a déjà reçu des avertissements de l'Association canadienne des libertés civiles concernant ses restrictions de voyage. Dans une lettre du 15 mai adressée au ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Bloyce Thompson, l'ACLC a déclaré que les droits à la mobilité sont inscrits dans l'article 6 de la Charte des droits et libertés.

Le défenseur de la vie privée doute que la loi actuelle protège complètement les Canadiens pour les applications COVID-19

Michael Bryant, directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles, a également témoigné. Il a déclaré qu'en pleine crise sanitaire, ce n'était pas le moment pour le Parlement d'adopter une nouvelle législation sur la protection de la vie privée pour traiter les applications de recherche de contacts.

Les mesures de contrôle des frontières du Yukon sont constitutionnelles, déclare YG en réponse à la lettre de l'ACLC

L'ACLC avait rédigé une lettre à McPhee le 27 mai, dans laquelle elle exprimait ses inquiétudes quant aux restrictions de voyage et d'entrée que le Yukon a mises en place en réponse à la pandémie de COVID-19, en violation de l'article six de la Charte des droits et libertés, qui garantit les droits de mobilité des Canadiens à l'intérieur du pays. Elle s'est également demandé si le Yukon avait le pouvoir de prendre des ordonnances ayant une incidence sur la circulation des Canadiens qui résident à l'extérieur du territoire.

Les interdictions aux frontières provinciales pendant le COVID-19 déclenchent des poursuites judiciaires et la colère des Canadiens qui se voient refuser l'entrée

L'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) s'est jointe à la poursuite et a envoyé des lettres à chacune des provinces et territoires interdisant les visiteurs canadiens, en soulignant ses préoccupations.

La sursanétisation va-t-elle affaiblir mon système immunitaire ? Les réponses à vos questions sur le COVID-19

Michael Bryant, directeur de l'Association canadienne des libertés civiles, a déclaré qu'en raison des dispositions relatives aux droits de l'homme, les employés, par exemple, "n'auraient pas à porter un masque s'ils avaient un handicap ou un problème médical".

Pas de masque, pas de service ? Pas si vite, Monsieur le Premier ministre Ford

Pour une politique "pas de masque, pas de service", il y a un conflit entre les libertés de commerce, d'égalité, de liberté et le fait que la loi provinciale a accordé un privilège spécial à certaines entreprises pour vendre au public, pendant COVID-19 alors que d'autres sont fermées.

La contestation judiciaire de l'interdiction de voyager à Terre-Neuve-et-Labrador sera entendue en août

Au cours d'une audience menée par téléconférence mardi, les avocats représentant Kim Taylor et l'Association canadienne des libertés civiles ont demandé à la province de fournir des informations sur les données scientifiques utilisées pour justifier l'interdiction et les critères d'application de celle-ci.

Les avocats qui contestent l'interdiction de voyager à Terre-Neuve-et-Labrador veulent que le gouvernement leur montre la science qui sous-tend les décisions de COVID-19

Les avocats qui contestent l'interdiction de voyager liée à la COVID-19 du gouvernement provincial disent qu'ils veulent savoir exactement où la province puise la "meilleure science" sur laquelle elle s'appuie pour prendre des décisions à la lumière de la pandémie de coronavirus.

Les magasins de Toronto rouvrent leurs portes en dépit d'un nombre croissant de cas positifs. Peut-on propager le coronavirus en manipulant la marchandise ?

Le premier ministre Doug Ford a suggéré la semaine dernière que les entreprises puissent refuser l'entrée aux personnes qui ne portent pas de masque. Mais Michael Bryant, le directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles, a déclaré au Star que le port d'un masque n'est pas obligatoire en Ontario et qu'il pourrait être légalement difficile de faire respecter une telle règle.

Des vacances au Canada ? Voici à quoi pourraient ressembler vos vacances d'été

Le 4 mai, Terre-Neuve-et-Labrador a modifié la loi sur la protection et la promotion de la santé publique afin de mettre en œuvre une interdiction de voyager interdisant l'entrée dans la province à toute personne autre que les résidents permanents et les travailleurs des secteurs essentiels. Le projet de loi donne à la police le pouvoir de renvoyer éventuellement de la province les personnes qui ne sont pas des résidents principaux. Toutefois, l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) a intenté une action en justice pour contester cette loi.

Michael Bryant sur COVID-19 : Les fermetures de frontières provinciales sont un affront à notre histoire et à notre Constitution

Alors que les provinces maritimes et le Québec continuent de restreindre les voyages, l'Association canadienne des libertés civiles a saisi les tribunaux pour contester les récentes lois et décrets de Terre-Neuve-et-Labrador qui interdisent aux non-résidents d'entrer dans la province.

Les restrictions frontalières de l'Île-du-Prince-Édouard remises en question par un groupe qui lance une contestation judiciaire à Terre-Neuve-et-Labrador

Michael Bryant, avocat et directeur exécutif de l'ACLC, a déclaré que la fermeture de la frontière est une violation évidente de la section 6 de la constitution, qui donne aux Canadiens le droit de travailler ou de voyager dans n'importe quelle province, et les provinces doivent pouvoir justifier cette violation.

Une Américaine conteste l'interdiction de voyager à Terre-Neuve-et-Labrador après s'être vu refuser le droit d'assister aux funérailles de sa mère

Selon l'Association canadienne des libertés civiles, si elle s'inquiète des interdictions de voyager dans tout le pays, celle de Terre-Neuve-et-Labrador est particulièrement problématique. L'association note que l'interdiction de Terre-Neuve accorde à la police le pouvoir de fouiller, de détenir et de renvoyer les personnes soupçonnées d'avoir enfreint un ordre de santé publique.

Un groupe de défense des libertés civiles conteste, en vertu de la Charte, l'interdiction de voyager dans la province de Terre-Neuve

"Nous reconnaissons que nous sommes en territoire inconnu et que les gouvernements sont confrontés à des défis nouveaux et importants", a déclaré Cara Zwibel, directrice du programme des libertés fondamentales de l'ACLC. "Mais il faut qu'il y ait une certaine responsabilité. Il doit y avoir une exigence lorsque vous limitez les droits des personnes pour justifier pourquoi nous faisons cela, et dire "mieux vaut prévenir que guérir" n'est pas suffisant aux fins des droits constitutionnels. Nous avons besoin de preuves".

COVID-19 à Toronto : Le procès est classé comme ville, les groupes de défense parviennent à un accord

"Nous avons dû nous battre pour obtenir de la ville qu'elle s'engage à prendre une mesure de base pour sauver des vies", a déclaré Noa Mendelsohn Aviv, directrice du programme d'égalité de l'Association canadienne des libertés civiles, dans un communiqué : "Nous continuerons à nous battre : pour nous assurer qu'ils respectent cet engagement et pour protéger les droits de chaque être humain, sans discrimination fondée sur le statut du logement, la race, le handicap ou autre".

La ville accepte les normes d'éloignement physique dans les abris à la suite d'un procès

Noa Mendelsohn Aviv, directrice du programme d'égalité de l'ACLC, dit qu'ils savaient dès le mois de mars que malgré les mesures d'éloignement physique généralisées, le système des refuges était surpeuplé. "C'était tellement terrifiant pour beaucoup de gens qu'ils ont choisi de quitter le système des refuges et ont commencé à camper dans différents endroits de la ville.

COVID-19 : L'impact du coronavirus sur les droits, les valeurs

Le coronavirus nous coûte plus que notre santé et notre économie. Il n'est donc pas étonnant que l'Association canadienne des libertés civiles ait lancé une campagne nationale pour savoir qui a été détenu et condamné à une amende, et pourquoi.

Une coalition de groupes de défense des droits civiques conteste la constitutionnalité de la prise en charge des détenus pendant une pandémie

Selon Abby Deshman, directrice de l'ACLC, les prisonniers autochtones, qui représentent plus de 35 % de la population carcérale canadienne, sont particulièrement menacés.

Selon un avocat, la caution et la peine de prison pourraient être une "condamnation à mort" en cas de pandémie

Deshman a noté que lorsque l'ACLC parle aux détenus, "l'une des choses qui revient le plus souvent est que les gens ont extrêmement peur, et que les choses sont très tendues".

Au Canada, les Albertains se méfient de "Big Brother" avec l'utilisation de l'application de traçage numérique COVID-19

"L'idée fait l'objet d'un grand battage médiatique et d'une forte pression", a déclaré M. McPhail à propos des applications de traçage. "Nous envisageons rapidement un large éventail de mesures qui portent atteinte aux droits pendant cette pandémie".

Un prisonnier canadien intente un procès pour la sécurité des détenus pendant une pandémie

Sean Johnston et les organisations qui comprennent l'Association canadienne des libertés civiles et l'Association canadienne du droit carcéral tentent d'obliger le gouvernement à prendre des mesures proactives pour assurer la sécurité des prisonniers.

Epidémie de coronavirus : Les restrictions COVID-19 inquiètent les libertés civiles canadiennes

Michael Bryant, de l'Association canadienne des libertés civiles, explique que COVID-19 est une question de santé publique et que la police devrait informer le public. Pendant la fermeture, dit-il, les pouvoirs de la police sont devenus trop vagues - et dans certains cas, inconstitutionnels.

L'Association canadienne des libertés civiles cherche à contester l'amendement du projet de loi 38

"Le fondement est qu'il s'agit d'une restriction des droits protégés par la Charte, et qu'elle n'est ni raisonnable ni justifiée", a déclaré Cara Zwibel, directrice du programme des libertés fondamentales de l'ACLC.

La "soupape de sécurité démocratique" supprimée par une nouvelle ordonnance de la C.-B.

L'ordonnance 139 du Solliciteur général du NPD, Mike Farnworth, "contient la pire approche de la gestion des urgences, en supprimant le second examen objectif au moment précis où il est nécessaire", a déclaré le directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles, Michael Bryant.

Le supermarché T&T exigera que les clients portent des revêtements faciaux

M. Bryant a également déclaré que les contrôles de température doivent également respecter le droit à la vie privée des individus et que les gens doivent être informés des informations qu'ils consentent à partager.

Colonne : Les ordonnances d'urgence ont créé un "patchwork arbitraire" de règles, dont certaines ne servent pas la santé publique

Winnipeg, a déclaré M. Bryant, a bien fait les choses en disant aux agents chargés de l'application des règlements municipaux d'être des ambassadeurs de l'éducation qui émettent des conseils et des avertissements avant de rédiger des contraventions et de mettre en ligne toutes leurs données d'interaction pour que le public puisse les voir.

VIDÉO : "Disproportionné et sans discernement" : L'ancien procureur général de l'Ontario condamne à une amende les personnes en confinement

Michael Bryant, directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles et ancien procureur général de l'Ontario, se joint à BNN Bloomberg pour discuter des droits des Canadiens en période de pandémie et des préoccupations concernant la vie privée, la billetterie et la liberté.

Toronto ouvre un deuxième site de récupération pour les patients sans abri du COVID-19

L'ACLC et une coalition de groupes de défense ont entamé une action en justice à Toronto concernant l'état du système d'hébergement pendant la pandémie de coronavirus. Les groupes affirment que les normes de la ville en matière d'hébergement et de centres de répit 24 heures sur 24 violent la Charte canadienne des droits et libertés.

Le coronavirus nous coûte plus que notre santé et notre économie

Il n'est donc pas étonnant que l'Association canadienne des libertés civiles ait lancé une campagne nationale pour savoir qui a été détenu et condamné à une amende, et pourquoi.

Les Canadiens ont accumulé $5.8M d'amendes pour coronavirus, selon un rapport

Les amendes sont "absurdement disproportionnées par rapport à l'infraction présumée", déclare Michael Bryant, directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC).

Air Canada exigera bientôt que tous les passagers fassent vérifier leur température

"Dans les régions où le consommateur n'a pas le choix, c'est une décision très importante ... car elle menace la sécurité alimentaire des gens s'ils n'ont pas d'autre endroit où aller pour se nourrir", a déclaré M. Bryant.

"Atteinte à la vie privée" : Les chiens de garde s'inquiètent des applications de suivi des patients COVID-19

"C'est vraiment une invasion extraordinaire de la vie privée qu'un État démocratique demande", a déclaré Brenda McPhail, directrice du projet de l'Association canadienne des libertés civiles sur la vie privée, la technologie et la surveillance.

Vous avez un ticket COVID ? Voici pourquoi certains avocats disent que vous pourriez vouloir vous y opposer

"Si vous voulez créer de nouvelles infractions, vous devez mettre en place l'infrastructure nécessaire pour que les gens puissent les contester avant de commencer à distribuer des contraventions", a déclaré Cara Zwibel, une avocate de l'Association canadienne des libertés civiles.

Abri surpeuplé ou amende $880 ? Les sans-abri face à un choix "impossible" de coronavirus

"Lorsque vous distribuez des billets aussi gros pour des comportements par ailleurs bénins et inoffensifs, vous imposez un fardeau indu à une population vulnérable", explique M. Bryant.

Le gouvernement partage les données personnelles des cas COVID-19 avec les premiers intervenants
Des organisations juridiques ont adressé une lettre ouverte à la solliciteur général de l'Ontario, Sylvia Jones, pour répondre aux préoccupations qu'elles ont soulevées concernant la décision du gouvernement de "fournir à une série de premiers intervenants, y compris les services de police, les noms, adresses et dates de naissance des personnes qui ont été testées positives pour COVID-19".
Les lignes de dénonciation de Toronto s'illuminent avec les plaintes COVID-19

"C'est un exutoire pour la rage et l'anxiété qui finit par faire pression sur la police et les agents de la force publique pour qu'ils imposent des amendes trop élevées au lieu d'éduquer le public et d'avertir les gens", a déclaré M. Bryant.

Le Premier ministre Trudeau déclare que toute recherche numérique de contacts doit être équilibrée avec les préoccupations relatives à la vie privée

"Le truc, bien sûr, est de s'assurer que nous trouvons des moyens d'obtenir les informations nécessaires qui soient proportionnés et peu intrusifs pour les humains dont la santé est au cœur des efforts de collecte de données - même si l'analyse de proportionnalité peut sembler un peu différente pendant une pandémie", a écrit M. McPhail.

M'A FAIT SENTIR COMME SI J'AVAIS TUÉ QUELQU'UN : Une mère a été condamnée à une amende de $880 pour être restée "trop longtemps" sur le sentier du parc avec son chien, son bébé

"Je pense que c'est une combinaison de l'anxiété générale des COVID (officiers) et de la prise de pouvoir, qui découlent de ces nouveaux pouvoirs", a déclaré M. Bryant. "Ce n'est pas kascher constitutionnel. Les politiciens ne peuvent pas diriger la police".

Cinquante jours après le début de la pandémie COVID-19, les sans-abri sont toujours dans une situation désespérée

En Ontario, les défenseurs ont dû se battre pour que les refuges pour sans-abri soient prioritaires pour le test COVID-19. 

Les changements apportés aux pouvoirs d'urgence en Alberta sont contestés sur le plan constitutionnel

Cara Zwibel de l'ACLC a déclaré à propos du projet de loi 10 qu'il "a été adopté avec très peu d'examen et très peu de temps pour la réflexion et le débat".

Toronto obtient plus de 1 200 chambres d'hôtel pour les sans-abri grâce à la COVID-19

Cette décision intervient après qu'une coalition d'organisations d'intérêt public ait engagé des poursuites judiciaires contre la ville pour ce qu'elles qualifient de conditions "déplorables" dans le système de refuges et de sites de répit de la ville au milieu de la pandémie COVID-19.

Amendes, lignes de dénonciation : La répression des infractions aux règles sur les coronavirus pourrait avoir des conséquences

Le coup financier pour Nelson ? $880. Ou, comme le dit Michael Bryant, directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC) : "Un mois de courses pour une famille de quatre personnes".

Opinion : COVID-19 : la situation dans les prisons nécessite une action urgente

L'Association canadienne des libertés civiles a écrit à la ministre de la Justice Sonia LeBel et à la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault, leur faisant plusieurs recommandations, notamment la libération anticipée des délinquants non violents, et fournissant des directives d'urgence pour les procureurs de la Couronne et les forces de police.

"Nous émettons moins d'avertissements et plus de contraventions" : Le sergent Jesse Weeks explique comment la police applique la distanciation sociale

L'Association canadienne des libertés civiles a déclaré qu'elle suivait les billets et qu'elle envisagerait de les contester lorsque ce sera terminé.

Une mère dit avoir reçu une amende $880 pour être restée trop longtemps dans un parc avec son bébé

Bryant a dit de plus en plus, il semble qu'il y ait une "présomption de culpabilité dès que quelqu'un sort".

La base de données COVID-19 permet aux premiers intervenants de savoir qui a été testé positif

Selon l'Association canadienne des libertés civiles, l'ordonnance provinciale constitue une "extraordinaire atteinte à la vie privée". 

Le maire de Toronto juge "décevante" la contestation de la charte des refuges dans le cadre de COVID-19

Les avocats du Advocacy Centre for Tenants Ontario, du Black Legal Action Centre, de la HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, de l'Association canadienne des libertés civiles et des Aboriginal Legal Services ont déposé des documents auprès des tribunaux vendredi.

Coronavirus : Un groupe de défense des libertés civiles s'inquiète de l'identification des personnes testées positives par les flics de l'Ontario

"Fournir des informations personnelles sur la santé directement aux forces de l'ordre constitue cependant une extraordinaire atteinte à la vie privée".

La ville de Toronto poursuivie en justice par des défenseurs des sans-abri qui affirment que l'espacement des abris est contraire à la Charte

Selon eux, la ville utilise encore des lits superposés et d'autres types de couchages où les lits sont espacés de moins d'un mètre, et non des deux mètres exigés par les normes sanitaires provinciales et fédérales.

EDITORIAL : La vie privée et les libertés civiles ne disparaissent pas pendant le COVID-19

L'ACLC s'oppose avec sagesse au fait que "les policiers, comme tous les premiers intervenants, doivent opérer en partant du principe que toute personne avec laquelle ils entrent en contact est un porteur actif potentiel".

La demande de divulgation de la COVID-19 du propriétaire soulève des questions sur la protection de la vie privée

"Les locataires ont le droit de savoir ce que le propriétaire va en faire et quelles en seront les conséquences", a déclaré Brenda McPhail de l'Association canadienne des libertés civiles

Il n'y a pas que les libertés civiles. De nombreux autres droits garantis par la Charte ont été violés lors de la pandémie COVID-19

Le résultat est que la liberté civile est soudainement inégale à travers le pays, selon Michael Bryant, directeur exécutif et avocat général de l'Association canadienne des libertés civiles. La liberté d'un citoyen à Montréal n'est pas la même qu'à Toronto, et encore différente à Vancouver, en raison de nouvelles lois municipales et provinciales non testées.

La base de données COVID-19 : une atteinte "extraordinaire" à la vie privée

L'Association canadienne des libertés civiles et d'autres groupes de défense tirent la sonnette d'alarme quant à la légalité de la province à fournir aux premiers intervenants, y compris la police, les noms, adresses et dates de naissance des personnes ayant été testées positives au COVID-19. 

L'Ontario fournit à la police des données sur les tests COVID-19 : un groupe de défense des libertés civiles met en garde contre une "atteinte à la vie privée

Selon l'Association canadienne des libertés civiles, au moment de l'ordonnance, le commissaire à la protection de la vie privée de l'Ontario s'est opposé au déménagement, mais le règlement a été adopté bien que la province n'ait pas pu démontrer qu'il était nécessaire pour la sécurité publique. 

Les flics de l'Ontario peuvent voir qui a été testé positif pour COVID-19, selon un groupe de défense des droits

L'Association canadienne des libertés civiles a qualifié l'accès de la police aux données des coronavirus d'"intrusion extrême dans la vie privée", et demande maintenant au solliciteur général de l'Ontario de justifier cette décision.

COVID-19 et les coûts croissants de la distanciation sociale : "Nous avons assisté à une véritable escalade".

"Beaucoup de gens qui ont été en contact avec nous sont des gens qui essayaient de faire de leur mieux pour suivre des règles qui évoluent rapidement", a déclaré Abby Deshman, le directeur du programme de justice pénale, ajoutant qu'ils ont reçu des contraventions allant de $880 à $1,200 pour des infractions telles que marcher sur l'herbe dans un parc avec leurs enfants.

Dissidence à distance : Comment les militants albertains font face aux règles de la dissidence à distance

"La liberté de se réunir pacifiquement et la liberté d'association dans de nombreuses régions du pays ont été largement anéanties, voire éliminées, à cause de toutes ces ordonnances d'urgence qui sont en place pour interdire les grands rassemblements ... elles interdisent aussi les petits rassemblements", a déclaré Cara Zwibel, directrice du programme des libertés fondamentales de l'Association canadienne des libertés civiles.

La ligne de dénonciation COVID-19 de Toronto s'en prend aux médias sociaux

"Nous sommes à la recherche de tendances et, potentiellement, d'exemples de pratiques d'application de la loi à travers le Canada", a déclaré mercredi le directeur exécutif de l'ACLC, Michael Bryant.

Le gouvernement fédéral abandonne la lutte contre le plafonnement à 15 jours de l'isolement cellulaire

L'Association canadienne des libertés civiles, qui a fait avancer l'affaire, a qualifié la décision d'Ottawa de bonne journée tardive pour la justice.

L'interdiction des rassemblements au Nunavut va trop loin, selon le défenseur des libertés civiles

"Nous sommes très préoccupés par le fait que cet ordre est inconstitutionnel", a déclaré la lettre signée par Michael Bryant

Les billets COVID sous contrôle juridique

L'Association canadienne des libertés civiles affirme qu'elle va se battre pour les citoyens qui ont été arrêtés pour des infractions municipales en matière de loisirs pendant la pandémie COVID-19.

Censure gouvernementale et désinformation sur les pandémies

Certaines des désinformations COVID-19 les plus évidentes et les plus nuisibles pourraient être traitées de manière adéquate par ces lois qui sont en vigueur depuis des années. Donnons-leur une chance de travailler avant d'ouvrir la boîte de Pandore de la criminalisation de la désinformation.

Coronavirus : Les avocats menacent de poursuites judiciaires si Toronto ne renforce pas l'aide aux sans-abri

"Le fait de ne pas faciliter immédiatement la distanciation sociale dans les refuges et les centres de répit existants de la ville, et de ne pas prendre de mesures urgentes pour loger est une violation des droits constitutionnels de ceux qui sont logés de façon précaire", peut-on lire dans la déclaration.

L'organisation des libertés civiles déclare que les ordonnances de santé publique des T.N.-O. pourraient être inconstitutionnelles

"Lorsque vous obtenez des lois vraiment larges et vagues, les gens ont beaucoup de mal à les respecter et c'est une restriction injustifiable de la liberté des gens", a déclaré Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale de l'Association canadienne des libertés civiles.

L'Association canadienne des libertés civiles demande des garanties pour la recherche des contacts COVID-19 basée sur les données

L'Association canadienne des libertés civiles demande aux gouvernements d'imposer des mesures obligatoires basées sur le suivi des données pour lutter contre COVID-19 uniquement en "dernier recours", et d'aller au-delà des lois existantes sur la protection de la vie privée afin de sauvegarder les droits des citoyens dans toute utilisation de la technologie pour lutter contre la pandémie. 

Rassemblement COVID-19 : Toutes les cartes d'Ottawa sont-elles désormais sur la table ?

Face à l'intérêt croissant du public et du gouvernement pour l'utilisation des données et des technologies pour la recherche des contacts et d'autres mesures de lutte contre COVID-19, l'Association canadienne des libertés civiles demande aux autorités canadiennes de veiller à ce que ces programmes répondent aux besoins réels de santé publique, préservent le droit à la vie privée et protègent les personnes vulnérables.

Les "vagues" ordres sanitaires des T.N.-O. suscitent la colère du défenseur des libertés civiles

"Nous avons de sérieuses inquiétudes quant à la constitutionnalité de cet ordre", a écrit Abby Deshman, directrice du programme de justice pénale de l'association.

Un groupe de défense des libertés civiles demande l'amnistie pour les billets de loisirs émis pendant la COVID

Selon M. Bryant, les restrictions visant à limiter la propagation du nouveau coronavirus constituent un abus de pouvoir car les activités de loisirs concernées sont généralement inoffensives et devraient faire l'objet d'avertissements plutôt que d'amendes coûteuses.

$750 pour avoir fait la mentonnière dans un parc. Interdiction de s'asseoir sur les bancs. Les mesures d'urgence vont-elles trop loin ?

L'Association canadienne des libertés civiles a reçu de nombreuses plaintes à ce jour sur la façon dont les nouvelles règles sont appliquées dans les juridictions du pays, déclare Michael Bryant, directeur exécutif de l'ACLC.

Le gouvernement du Nunavut pourrait modifier l'ordonnance COVID-19 interdisant les rassemblements après les protestations d'un groupe de défense des droits

Michael Bryant, directeur de l'Association canadienne des libertés civiles, a déclaré avoir reçu des rapports sur la GRC du Nunavut qui frappe aux portes des gens pour s'assurer qu'ils respectent les ordres d'auto-isolement obligatoires.

Des amendes sévères et le maintien de l'ordre ne protègent pas les gens contre COVID-19, selon les criminologues

Michael Bryant, directeur exécutif de l'Association canadienne des libertés civiles, a déclaré qu'il travaille avec Ifedi et évalue si l'ACLC interviendra dans cette affaire qui, selon lui, "soulève la possibilité d'un profilage racial".

QUI FERA LA POLICE DU COVID-19 ?

L'ACLC a lancé un formulaire en ligne demandant aux personnes qui ont reçu une contravention ou qui ont été inculpées de signaler leur expérience. Il vise à utiliser ces informations pour examiner les abus de pouvoirs d'urgence et les personnes concernées.

L'Association canadienne des libertés civiles met l'accent sur l'exécution des ordonnances en cas de pandémie

Alors que les policiers et les agents de police de tout le Canada dressent des procès-verbaux et inculpent les personnes accusées d'avoir enfreint les consignes d'urgence pendant la pandémie COVID-19, une organisation nationale de défense des droits de l'homme souhaite entendre les témoignages de toute personne prise dans la répression.

Les libertés civiles doivent être surveillées en pleine pandémie, selon les experts
"Si l'accent est mis sur la punition, vous finirez par pousser les gens à éviter de se faire prendre au lieu de se conformer à leur comportement", a déclaré M. Bryant depuis son bureau de Toronto. "Les dirigeants doivent s'engager dans le leadership et le plaidoyer et tout fonder sur des preuves, et non sur des accusations et de la frustration, comme on en a vu beaucoup ces derniers temps."
Le Canada cherche à préparer une force d'intervention et à utiliser les données des téléphones portables pour contenir le COVID-19
Apple et Google travaillent sur un système qui pourrait permettre aux utilisateurs de voir s'ils ont croisé le chemin d'une personne infectée par le COVID-19
Recherche des contacts COVID-19 : Une entreprise canadienne déclare que les autorités ne sont pas intéressées par une application qui pourrait aider à lutter contre le virus

L'idée a été lancée par des pays asiatiques qui ont réussi à combattre le virus, et elle est maintenant mise en œuvre dans toute l'Europe

Les préoccupations en matière de libertés civiles se poursuivent

"Là où certains voient un effondrement économique, d'autres voient une opportunité économique", a déclaré M. McPhail. "Nous devons être très prudents...

Un père d'Ottawa prétend qu'un officier de police l'a frappé au visage

Lors d'un entretien téléphonique mercredi, Ifedi a déclaré qu'il avait été injustement pointé du doigt par l'officier de police samedi vers 19h30. Il y avait d'autres personnes dans le parc...

Les préoccupations en matière de libertés civiles se poursuivent

"Lorsque l'application est injuste et arbitraire, les gens deviennent moins dociles et plus provocateurs. Nous ne pouvons pas faire respecter la loi pour nous sortir d'une pandémie", a écrit l'ACLC dans un post sur les médias sociaux...

McPhail offre des conseils pour rester en sécurité en ligne tout en travaillant à domicile

Brenda McPhail, qui est la directrice de l'Association canadienne des libertés civiles pour la protection de la vie privée, la technologie et la surveillance, a rejoint....

Chris Selley : Rappelez la police COVID-19, la plupart des Canadiens se sont comportés de manière très responsable

Selon l'Association canadienne des libertés civiles, qui est à l'affût des abus des pouvoirs d'urgence, le problème semble jusqu'à présent se poser avec le plus d'acuité à Ottawa.

COVID-19 : Les groupes de défense des libertés civiles mettent en garde contre l'application "injuste et arbitraire" de la loi alors que les amendes s'accumulent au Canada

À un certain moment, cette pandémie, dans certaines juridictions, a cessé d'être une question de santé publique et a commencé à être une question d'ordre public, parce que les politiciens ne voyaient pas le comportement qu'ils voulaient de leurs électeurs

La ville d'Ottawa accusée d'aller trop loin dans l'application des règles d'éloignement physique

Dans une lettre ouverte au maire d'Ottawa Jim Watson et au chef de la police d'Ottawa Peter Sloly, le directeur exécutif et avocat général de l'ACLC Michael Bryant a écrit lundi que la police et les agents chargés de l'application des règlements devraient éduquer, informer et ensuite avertir les gens avant d'émettre des contraventions en vertu de la Loi sur la gestion des urgences et la protection civile pour désobéissance aux directives visant à ralentir la propagation de COVID-19.

"DÉRAISONNABLE" : LE SERVICE DES PROPRIÉTAIRES EST CRITIQUÉ POUR AVOIR CRÉÉ UNE "LISTE NOIRE" DES LOCATAIRES QUI N'ONT PAS PAYÉ LEUR LOYER LE 1ER AVRIL

"Les locataires qui consentent à renoncer à tous leurs droits à la vie privée sont-ils informés ou sont-ils trompés ? Naborly a-t-il vraiment le consentement des locataires pour les diffamer", a-t-il déclaré.

Des agents de l'administration dressent 43 contraventions, la police municipale étant accusée de "surpolice" par un groupe de défense des libertés civiles

Il y a eu 43 billets émis, dont deux billets totalisant $2,010 émis à une personne qui se trouvait dans un parc fermé et qui ne voulait pas donner son nom aux autorités...

Des dizaines de personnes condamnées à des amendes alors que la ville s'efforce d'appliquer les restrictions liées à la pandémie
Les agents chargés de l'application des règlements ont distribué 43 contraventions le week-end à des personnes fréquentant des parcs, des terrains de jeux
Des entreprises technologiques proposent au Canada d'utiliser des applications téléphoniques pour suivre la propagation des coronavirus

Brenda McPhail, directrice du projet "Vie privée, surveillance et technologie" de l'Association canadienne des libertés civiles, a déclaré dans un...

L'Ontario élabore un plan de soins de santé en cas de surcharge des hôpitaux

Michael Bryant, directeur de l'Association canadienne des libertés civiles, s'est dit préoccupé par le fait que le protocole ne soit pas rendu public. Il a déclaré que sa plus grande inquiétude est que, dans la pratique, les préjugés inconscients...

L'importance du comment, du quand et du pourquoi de la réduction de nos libertés

Nous voyons ici et là, parmi les nombreuses restrictions extraordinaires et sans précédent de nos libertés au Canada, nos autorités commencent à s'écarter du fondement solide des justifications de santé publique pour restreindre nos libertés, pour se tourner vers un modèle de répression fondé sur la peur.

Le Barreau demande une libération limitée des prisonniers, des détenus de l'immigration pour arrêter la propagation de COVID-19

L'appel de l'ABC fait écho à celui exprimé par des dizaines d'autres défenseurs des prisonniers, dont l'Association canadienne des libertés civiles et la Criminal Lawyers' Association of Ontario.

Sondage COVID-19 : les Canadiens âgés sont majoritairement d'accord pour que les "covidiots" soient condamnés à des amendes et à des peines de prison

Les pouvoirs des provinces dans le cadre de la législation d'urgence sont substantiels, et nous devons nous assurer que leur exercice est autorisé par la loi, justifié", déclare l'ACLC. Et que les mesures prises en cas d'urgence ne deviennent pas simplement notre "nouvelle normalité"".

Attention, les crises sont un moment idéal pour que l'État s'empare des pouvoirs - on le voit déjà au Canada

Comme le disait feu Alan Borovoy, ancien avocat général de l'Association canadienne des libertés civiles, "La source du péril le plus insidieux n'est pas le mal qui cherche à faire le mal, mais les bureaucrates de clocher qui cherchent à faire le bien". 

Les premiers détenus canadiens contractent un nouveau coronavirus - Service correctionnel

Les groupes de défense des libertés civiles, notamment l'Association canadienne des libertés civiles, ont fait valoir que les milieux fermés tels que les prisons sont un terrain propice à la propagation de maladies hautement infectieuses comme le COVID-19 et ont souligné la nécessité de libérer les délinquants à faible risque.

Les réunions municipales fermées sont ouvertes : Ordre de Farnworth

Le directeur du programme des libertés fondamentales de l'Association canadienne des libertés civiles, Car Zwibel, a déclaré que l'ordonnance "crée une fiction selon laquelle les réunions fermées au public doivent, en droit, être considérées comme ouvertes".

Et, a-t-elle dit, bien que cela soit problématique, cela peut être en partie dû au fait que, selon la Charte communautaire de la Colombie-Britannique, il y a certaines exigences qui doivent être remplies avant qu'une réunion à huis clos puisse avoir lieu. 

Est-il temps d'invoquer la loi fédérale sur les situations d'urgence ?

Michael Bryant de l'Association canadienne des libertés civiles a déclaré que l'accent mis sur l'alimentation d'urgence du gouvernement fédéral est "induit en erreur parce que le niveau de gouvernement ayant le plus grand impact sur nos vies est provincial, et non fédéral".

"Tous les autres pouvoirs de quarantaine sont provinciaux, et l'application de la loi sur les urgences est faite par les provinces", a expliqué M. Bryant

Que signifie COVID-19 pour vos libertés civiles ? Le groupe de surveillance en alerte

"Les lois sur les mesures d'urgence donnent aux gouvernements des pouvoirs exceptionnels pour faire face à des circonstances exceptionnelles", a déclaré Brenda McPhail, directrice du projet de surveillance technologique de la vie privée à l'Association canadienne des libertés civiles.

"Mais avec ces pouvoirs exceptionnels, tout comme la bande dessinée, vient une responsabilité exceptionnelle envers le public."

Une femme de Terre-Neuve arrêtée pour avoir refusé de s'isoler après avoir parlé à la police

"Si c'est une mesure de dernier recours et que la police exerce son pouvoir discrétionnaire de manière à faire passer la santé publique en premier ... alors il y a une autorisation légale pour le faire", a déclaré Michael Bryant, le directeur exécutif de l'association

Les précédents en matière de droits civils établis pendant la crise COVID-19 pourraient être ceux avec lesquels nous devrons vivre lorsque l'urgence sera passée

Donnez-nous toutes les données que vous collectez sur vos clients et laissez-nous à la mairie le soin de déterminer comment nous voulons les utiliser.

Un sénateur demande la libération des détenus pour éviter un "désastre" potentiel de la prison COVID-19

Les autorités pénitentiaires du Canada étudient les moyens de freiner la propagation du coronavirus

Les conseils municipaux s'efforcent d'être transparents lors de la conférence COVID-19

Nous sommes littéralement toujours en réponse opérationnelle tactique et nous traitons au jour le jour", déclare le maire de la CBRM

Comment les gouvernements ont obtenu leurs pouvoirs de quarantaine

Si vous êtes enfermé à l'intérieur, remerciez l'Empire britannique pour les lois qui le rendent possible.

Ne pas éroder les droits civils en faisant la guerre avec COVID-19

...avec notre Constitution", peut-on lire dans une récente déclaration du Association canadienne des libertés civilesqui admet qu'elle ne peut pas rester au sommet...

Le coronavirus "se déchirera comme un feu de forêt" dans les prisons canadiennes : Activistes

...réponse pour aplatir la courbe de la pandémie, a écrit Association canadienne des libertés civiles (ACLC) Michael Bryant, directeur exécutif...

Laissez les délinquants à faible risque sortir de prison : Directeur exécutif de la Niagara Community Legal Clinic

Alors que la pandémie COVID-19 resserre son emprise sur la province, il est peut-être temps d'envisager de laisser sortir de prison les détenus qui présentent un risque limité pour la communauté.

Le Canada évalue les options en matière de libération des délinquants dans le cadre de la pandémie COVID-19

Les groupes de défense des libertés civiles, notamment le Association canadienne des libertés civiles ont fait valoir que le quartier fermé...

Toronto pourrait utiliser les données des téléphones portables pour localiser les rassemblements de masse

...ils doivent aussi respecter l'État de droit", a écrit le Association canadienne des libertés civiles dans un tweet sur l'article de The Logic....

L'épidémie de COVID-19 dans les prisons des T.N.-O. serait "catastrophique", selon les avocats de la défense

Alors que le bureau de santé publique des T.N.-O. préconise l'isolement, les prisonniers sont plus exposés, selon les avocats de la défense

Toronto envisage d'utiliser les données des téléphones portables pour freiner la propagation de COVID-19 : rapport

En outre, le Association canadienne des libertés civiles tweeté qu'il a appris que non...

Demandes d'assistance militaire anticipées

Les forces armées sont prêtes à fournir une aide d'urgence aux gouvernements

Garantir aux prisonniers la santé, les droits et les libertés civiles

Le Service correctionnel du Canada affirme que les prisonniers sont surveillés, les visites et les absences réduites

Un groupe de défense des libertés civiles s'interroge sur les mesures prises par la Nouvelle-Écosse pour endiguer l'épidémie

L'Association canadienne des libertés civiles remet en question les mesures prises par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse pour fermer les espaces publics et renforcer les contrôles aux frontières provinciales dans le contexte de la pandémie COVID-19. 

Les avocats demandent aux prisons des T.N.-O. de libérer temporairement les détenus "avant qu'il ne soit trop tard".

Plus d'une douzaine d'avocats de la défense appellent d'urgence le territoire à libérer temporairement le plus grand nombre possible de détenus des prisons des T.N.-O. 

La nouvelle ligne d'information COVID-19 permet de signaler les infractions aux règles

Les "lignes de dénonciation" peuvent créer la peur et la division, selon le chef du service canadien de surveillance des libertés civiles

L'état de préparation militaire a progressé d'un cran en réponse à la pandémie

Mais, mis en garde Association canadienne des libertés civiles directeur exécutif Michael Bryant, "il...

La "mesure de dernier recours" : Qu'est-ce que la loi sur les situations d'urgence et que fait-elle ?

Le Premier ministre Justin Trudeau et les dirigeants des provinces et territoires du Canada s'entretiendront par téléphone ce soir pour discuter de la possibilité....

DES SANCTIONS POUR FREINER LA PROPAGATION ?

Des États misent sur la coercition pour faire respecter les mesures de distanciation sociale. Le Québec souhaite pour l'instant éviter de recourir à cette approche.

L'Association canadienne des libertés civiles demande la libération des prisonniers "libérables" pour freiner la propagation de COVID-19

Dans le but de freiner la propagation de COVID-19 derrière les barreaux, l'Association canadienne des libertés civiles demande à Ottawa de libérer certains prisonniers et de limiter les nouvelles incarcérations.

Des juges disponibles pour les violations constitutionnelles de la COVID-19

Des tribunaux prêts à maintenir l'État de droit face aux pouvoirs d'urgence du gouvernement

Le côté sombre de la réponse du Canada aux coronavirus

L'Association canadienne des libertés civiles a demandé à Ottawa de "...

Le gouvernement fédéral va-t-il déclarer une urgence concernant COVID-19 ?

En France, par exemple, il y a maintenant 100 000 policiers qui errent dans les rues parce que les gens ont refusé de cesser de se mêler dans les lieux publics

Les défenseurs des libertés civiles mettent en garde contre les pertes de droits

La loi d'urgence de la C.-B. donne au ministre de la C.-B. des pouvoirs d'entrée, de saisie et d'évacuation sans mandat

La réponse impressionnante de Taiwan à COVID-19 est-elle possible au Canada ?

On attribue à Taïwan le mérite d'avoir fortement limité la propagation du coronavirus sur l'île en couplant et en analysant les....

Les Canadiens "pourront toujours rentrer chez eux", précise M. Freeland, alors que les questions de COVID-19 s'agitent

...les visas expirent. Michael Bryant, directeur exécutif de la Association canadienne des libertés civilesa déclaré que son organisation a été...

Cela change d'heure en heure, de jour en jour" : Le premier ministre Doug Ford déclare l'état d'urgence en Ontario

Bryant, directeur exécutif et avocat général de la Association canadienne des libertés civilesa exprimé son inquiétude quant au flou...

Les Canadiens à l'étranger présentant des symptômes potentiels de la COVID-19 bénéficieront d'un "soutien consulaire renforcé".

La crise COVID-19 Michael Bryant, directeur exécutif de la Association canadienne des libertés civilesa déclaré à CBC News que, sauf...

COVID-19 - Jusqu'où pouvons-nous aller en matière de fermeture des frontières ?

Ceux qui sont symptomatiques de la COVID-19. (Le Association canadienne des libertés civiles a déjà dit que le fait d'interdire les vols aux Canadiens...

Ottawa peut rendre les quarantaines obligatoires - voici pourquoi ce ne sera probablement pas le cas

Michael Bryant, avocat et directeur exécutif de la Association canadienne des libertés civilesa déclaré l'itération moderne de la...